Vous ne l'avez pas lu ailleurs, c'est tout frais, ça vient de sortir

Il y a comme cela des nouvelles qui ne semblent pas intéresser nos joyeux confrères de la presse papier. Réparons cette lacune.



Par quoi on commence? Par le camping du Sierroz peut-être!

Ce camping qui a déjà été amputé d'un tiers de sa surface au profit de la promotion immobilière risque de vivre ses derniers moments en qualité de camping municipal. Il faut préciser que les derniers chamboulements de gestion lancés depuis deux ans par l'adjoint au tourisme n'ont guère été concluants et que le succès n'a pas été au rendez-vous de la dernière saison. Quant à l"'homme de confiance" que l'ombre de Dord avait placé à la direction de cet équipement, il vient de rejoindre les sédentaires de l'OT en centre-ville. Tout cela laisse penser qu'une future cession du Camping à la CALB (qui a acquis la compétence tourisme) serait dans les cartons. Cette cession sera-t-elle l'ultime étape avant la privatisation des lieux, on peut le redouter. Il faut savoir qu'avec près d'un million d'euros de chiffre d'affaires annuel, le Camping du Sierroz était le dernier établissement à gestion publique aixoise à faire encore des bénéfices, lesquels bénéfices, certes, disparaissaient dans la gestion de l'office de tourisme. Ainsi, bientôt, il ne restera plus rien du patrimoine commercial légué par les anciens puisque le Restaurant de la Plage est lui aussi en passe d'être vendu et qu'il faut s'attendre à ce que le même sort frappe l'Aquarium une fois qu'il aura été transformé en "annexe" d'un restaurant.

Le changement (dans la planification) c'est maintenant!

Après l'Acqsa (assemblée consultative des quartiers aixois), ce sera au tour du Conseil Citoyen de Marlioz de se réunir ce vendredi. C'est dire si la mairie veut donner l'impression qu'elle "consulte" et suit les "conseils" des "citoyens" des quartiers. A cette différence près, c'est que ces fameuses consultations ne semblent être que de la poudre de perlimpinpin aux yeux, puisque, comme d'habitude, tout va être décidé en amont. D'ailleurs, pour être sûrs de ne pas se laisser troubler par des gens du quartier qui auraient trop d'idées, les élus ont  décidé de placer à la tête du Conseil "citoyen" de Marlioz, non pas un habitant du quartier mais une parachutée venue de Haute Savoie. A l'évidence, à voir la photo qu'elle a publiée d'elle sur la page facebook du Conseil Citoyen de Marlioz, la brave dame ne doute de rien et surtout pas d'elle même. C'est bien simple, on ne voit qu'elle:

Pascale Fressoz, c'est son nom, est la dirigeante d'une société pompeusement appelée Cabinet Millenium à laquelle la mairie a fait appel. Parmi les domaines d'intervention du Cabinet Millenium, on  trouve notamment sur son site cette proposition: "accompagnement pour la planification stratégique et la conduite du changement".(Véridique). Ceux qui n'ont pas compris ce que cela cache peuvent toujours inverser les mots, par exemple pour donner "Changement stratégique pour la planification de l'accompagnement de la conduite" (le jeu reste ouvert). Combien cette brave dame est-elle payée par les contribuables aixois pour venir distribuer ses conseils aux quidams de Marlioz? C'est encore un secret bien gardé. N'empêche qu'à la place des résidents du quartier très populaire et urbain de Marlioz, on commencerait à se demander si la mairie ne les prend pas pour des quiches en leur désignant, pour les guider, une conseillère municipale de la mairie de Thônes, commune à la fois bourgeoise et montagnarde de 6000 habitants.

Enquête judiciaire autour de la mairie?

On en dira davantage un peu plus tard mais, de source généralement bien informée, on a appris que le procureur de la république de Chambéry aurait donné le feu vert pour la mise en oeuvre d'une enquête préliminaire qui concernerait la mairie d'Aix les Bains. Cette enquête porterait sur une affaire de harcèlement moral et au travail et serait consécutive à un certain nombre de plaintes déposées auprès du parquet. Une histoire à suivre.

Ce n'est pas reparti, ça n'a jamais cessé...

Dans la rubrique "faits divers" voici une information qui n'a pas (encore) été reprise par nos joyeux confrères de la presse papier. Il semblerait que le début de l'année serait plutôt sombre du point de vue de la sécurité et que la ville a été le théâtre de nombreux cambriolages ou tentatives. Par exemple, lundi matin, en arrivant à sa boutique, un commerçant d'un quartier qui fait l'objet d'une Rénovation Urbaine (mais pas d'une rénovation des us et coutumes) a eu la désagréable surprise de découvrir que sa porte avait été fracturée pendant la nuit. La caisse et divers objets ont été dérobés pour un préjudice de plusieurs milliers d'euros. Voilà qui la fiche mal au moment où le maire et son shérif clament qu'avec leur police municipale et leurs caméras de surveillance les Aixois vont désormais vivre dans un climat de sécurité.
Il est vrai aussi que les malfrats ne jouent pas le jeu. Non seulement ils font leurs mauvais coups à l'abri des fameuses caméras de surveillance mais, par vice sans doute, ils les commettent même en dehors des heures de présence de la police municipale, 9h/midi - 14h/17h30, la semaine, fermeture le week-end. Décidément, ces voyous ne respectent plus rien.
En attendant, il y en a sûrement un qui se demande s'il va continuer encore longtemps de se lever tôt le matin et à travailler six jours sur sept pour voir son outil de travail détruit et pillé par des voyous sans scrupule tandis que nos z'élites dépensent allègrement ses impôts. Sur ce sujet là aussi, on reviendra.






Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter