Revue de presse à travers le Journal de Oui-Oui et Oui-Oui-Magazine

Bonjour les petits Aixois et les petites Aixoises. A l’intention de celles et ceux d’entre vous qui ne seraient pas encore abonnés au Journal de Oui-Oui ou à Oui-Oui Magazine, voici quelques nouvelles de l’actualité locale heureuse.

Le tourisme en état de Grasse

Tout d’abord adressons toutes nos félicitations à la nouvelle princesse Grasse (Evelyne de son prénom) qui n’a pas hésité à revêtir sa tenue de femme des neiges pour nous annoncer la bonne nouvelle.

Sous sa bienveillante autorité, l’Office de Tourisme ne vient-il pas de se doter d’une nouvelle marque afin que « Aix retrouve sa renommée internationale ». Bravo ! Quelques grincheux ne manqueront pas de faire remarquer que cela fait maintenant 15 ans que le maire, président de l’office de tourisme, nous fait la même promesse. Oui-Oui, mais lui il n’avait pas les lunettes de soleil ni le châle sous l’anorak. Et ça change tout. N’empêche qu’à la place de Monsieur Dord on serait un peu fâché que la princesse Grasse (
à qui ?) affirme qu'Aix aurait besoin de "retrouver" sa renommée! Comme si ces 15 dernières années la Ville l'avait perdue, cette renommée..!
C.Q.F.D.

Très couleur locale
Coucou les militants Républicains, vous êtes tellement épatants, vous et votre nouveau grand chef, que le journal de Oui-Oui vous a consacré un grand article sur 5 colonnes avec photo couleur.

Il faut dire que pour la première fois, comme a tenu à préciser le journal, il y avait « un enjeu majeur ». Eh, oui, mes chers amis, avant cette année votre président il était nommé par un collège restreint alors que désormais c’est vous qui élisez le président qui a été choisi parmi le collège restreint. Ça change tout, non ? Bien sûr, vous qui n’êtes pas Républicains, vous allez nous demander: mais à quoi ça sert un président départemental des Républicains? Eh bien, sachez que nous aussi on se pose la question. Mais c’est comme ça au pays de Oui-Oui ! Ah, ces sacrés coquins, on en voit d’autres qui, déjà, s’esclaffent en remarquant que pour accompagner son article, le journal y a inséré une publicité pour des vins. Des vins ? C’est peut-être pour faire plus couleur locale.

Retour aux sources (jeu de mots riacien)
Un petit salut au passage à ceux d’entre vous qui ne se souviendraient plus des épisodes précédents à propos des Thermes Chevalley. Sans remonter aux sources (thermales, bien entendu) revenons juste sur cet article publié il y a un peu plus de trois ans.


Oui-Oui,
  en octobre 2012 les Thermes aixois affichaient bien un objectif de 30.000 curistes, voire même 35.000, et cela à l’aube de 2015. La presse Oui-Oui ne doutait de rien et se tenait prête à sermonner vertement les vilains méchants pas beaux qui osaient douter.
Et elle avait raison, la presse Oui-Oui. La preuve, en 2015, on y était presque arrivé aux 35 000 curistes. A la vérité, avec seulement 26 780 curistes revendiqués en 2015, il en manquait juste 8.220, des curistes, pour faire le compte.


On remarquera la discrétion avec laquelle le journal de Oui-Oui a publié la nouvelle (une petite colonne). Pourtant, qui oserait chipoter pour 8.220 curistes manquant à l’appel alors qu’en se tournant vers le marché chinois, c’est un potentiel de 1.255.675.326 curistes qui va bientôt s’offrir aux Thermes Chevalley. Alors, on fait moins les malins, maintenant, les critiqueurs !

Ah, ce couloir qui change tout, tout, tout. Oui-Oui !
Et si certains se demandent comment on sait déjà tout ça, c’est parce que c’est écrit dans le Oui-Oui Magazine du mois où l’on découvre que le nouveau pédégé des Thermes est un homme que rien ne trouble lui qui déclare, à propos des critiques : « ça ne m’empêche pas de dormir », en ajoutant,  plein d’esprit « n’en avoir cure ». Ah, ah, il est drôle le pédégé : cure, thermes ! Jeu de mots ! Quant aux Chinois, c’est un peu par anticipation que l’on pronostique leur arrivée. En effet, le 12 février prochain, c’est Monsieur Dominique Dord lui même qui va inaugurer « Le couloir qui change tout » comme c’est écrit dans Oui-Oui Magazine.

Alors, comme depuis 15 ans, Monsieur Dord a tout promis au sujet des Thermes, le 12 février prochain, à part l’arrivée de curistes chinois, on ne voit pas bien ce qu’il pourrait encore annoncer en inaugurant ce couloir. Pas des curistes belges ou marocains, cela a déjà été promis dans le passé sans succès. Et pas non plus des Martiens ! Ceux-là il se les garde sûrement pour 2017. Oui-Oui. Il ne reste donc plus que les Chinois pour sauver les Thermes.
C.Q.F.D.



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
pressedordthermestourismeaixriac