Aix-les-Bains parmi les villes les plus romantiques d’Europe ? Mort de rire !

Heureusement que le ridicule ne tue pas

Si le ridicule tuait, l’article (reproduit ci-dessous) qui a été publié en haut de page du daubé-dimanche aurait provoqué une véritable hécatombe :

A la première lecture, on se dit que ce n’est pas un 14 février mais un 1er avril que cette pseudo information aurait dû être publiée tant le poisson paraît énorme.
Aix-les-Bains désignée dans le Top 10 des destinations les plus romantiques d’Europe (et pourquoi pas du monde) voilà qui devrait faire s’esclaffer tous les Aixois qui sont sortis un jour de leur Savoie. Ceux-là ils savent bien que, en dehors du département, il y a très peu de Français qui sont capables de localiser Aix-les-Bains sur une carte. Au mieux, à Marseille et dans le sud, ils nous confondent avec Aix-en-Provence. Ailleurs, il faut souvent ajouter que c’est « en Savoie au bord du plus grand lac naturel de France » pour s’entendre répliquer « Ah, oui, Annecy ! ». Et ça, c’est seulement pour la France. Alors dans l’Europe entière...
Essayer de demander à des habitants de Dublin, d’Oslo, de Madrid ou de Lisbonne s’ils connaissent la ville d’Aix-les-Bains, voire pire, de la localiser sur une carte, c’est prendre le risque de passer pour un doux dingue. Ou pour un romantique attardé...


Qui paie, commande


Fort judicieusement l’article du daubé édulcore cet aspect et se contente de préciser que cette "consécration (sic) a été sélectionnée (re-sic) par 10200 voyageurs*". Quels voyageurs ? De quelle nationalité, où ont-ils été consultés, comment se sont-ils prononcés ? L’article se garde bien de le dire. Quant à savoir ce que pèserait l’avis de 10 200 voyageurs (si tant est qu’ils avaient un jour existé) par rapport aux dizaines ou centaines de millions de « voyageurs» qui parcourent l’Europe chaque année, ça donne une autre idée du sérieux de cette prétendue info. Seulement, comme souvent, à force de vouloir trop prouver les bluffeurs en font trop. Ainsi l’article précise que cette enquête aurait été « diligentée » (sic) par l’European Best Destinations. Alors nous sommes allés voir ce qui se cachait derrière ce nom ronflant.

L’European Best Destinations (EBD pour la suite) est un site basé en Belgique qui prospecte auprès des stations ou villes touristiques ou autres lieux en quête de davantage de notoriété. Moyennant un « droit d’entrée » de 500 euros, il accepte tous ceux qui pensent qu’un tel site peut servir leur cause ou leur promotion. EBD est très éclectique, pas sélectif pour deux sous. Il propose ainsi d’ouvrir ses pages aussi bien aux plus belles plages comme aux plus grands ponts, aux stations de ski comme aux meilleurs centres commerciaux, et même aux plus beaux marchés de Noël ! Tout est bon pourvu que le client adhère et paie. A partir de là, et selon des barèmes différents, le site se propose de mettre en ligne les informations que lui fournira son client. C’est ainsi que,  sur le site de EBD, on découvre depuis peu une promotion pour Aix-les-Bains et ses environs dont le texte et les photos ont été manifestement préparés et envoyés par l’office de tourisme qui a payé pour cela. Avec un petit bémol à la clef puisque, alors que l'image de la ville est censée rappeler La Riviera, le texte prétendant désigner Aix comme "ville la plus romantique" faisait essentiellement référence au 4ème rang (national) de la cité thermale et à ses 28 000 "visitors" qui viennent y soigner leurs rhumatismes. On connaît plus glamour:

Quant aux bateaux au pont d'acajou qui apparaissent sur la seule photo, difficile de prétendre qu'ils seraient très représentatifs de ceux qu'on rencontre dans les ports aixois!
Heureusement (?) le site EBD propose à ses clients un petit plus, à savoir un classement censé avoir été établi par les votes des visiteurs*.

Le voyage imaginaire

Pour entrer dans ce classement, il suffit qu’un certain nombre de visiteurs du site (pas de la ville ou de la station touristique mais du site) votent (sic) en faveur de la ville de leur choix. Et, pour atteindre un score acceptable, la ville (comme n'importe quel adhérent au site) a une multitude de moyens à sa disposition. Soit elle convainc son personnel et ses habitants (ou ses clients) de voter pour elle, ce qui reste très aléatoire et peut prendre du temps. Soit elle s’adresse à un autre site qui, moyennant finance encore, lui fournira des votes (comme d’autres fournissent des « like » ou des « followers ») ce qui lui permettra de respecter le timing prévu. Et c’est comme cela que, le jour même où le député-maire et son ombre lançaient le concept de « La Riviera Aixoise », le site EBD annonçait qu’Aix-les-Bains venait d’être consacrée au Top 10 des villes les plus romantiques d’Europe. Il n'y a pas de hasard!
Enfin on notera, toujours dans cet article d’anthologie du daubé, que le lendemain même de l’annonce officielle de la nouvelle marque aixoise, le site EBD, très spon-ta-né-ment, « affichait déjà la nouvelle marque en Anglais ». Car en plus, on ne l’avait pas précisé : European Best Destinations ne s’exprime qu’en anglais. See you later, french visitors.

De tout cela, on se demande ce qui est le plus désolant. Les élus, député-maire en tête, qui se sont prêtés à cette mascarade ? Ou la presse quotidienne qui a réalisé un « article » qui ressemble davantage à un « publi-rédactionnel » qu’à un travail journalistique nécessitant un minimum de recul et d’esprit critique?
Comble de l’ironie (ou du foutage de gueule du lecteur) le DL a joué sur la confusion en prétendant que la fameuse "consécration" aurait été proposée par « 10 200 voyageurs » alors qu’il ne pouvait s’agir que de 10 200 visiteurs, non pas de la ville, mais du site European Best Destinations.
On tire la chasse ?

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter