Aix-les-Bains: les ''réservistes'' rappelés en renfort

On peut vraiment tout leur demander...


L'Assemblée nationale a rendu publique la manière dont les députés avaient utilisé leur réserve parlementaire. Anachronisme, survivance des temps où il pouvait sembler normal que les élus achètent leurs électeurs, cette réserve parlementaire est, par surcroît, totalement antidémocratique puisqu'elle permet à un élu de décider, lui tout seul, sans vote, sans contrôle, d'octroyer plusieurs dizaines de milliers d'euros à qui bon lui semble alors qu'il s'agit d'argent public, de celui des contribuables. Par les temps qui courent, les députés devraient avoir honte de dépenser ainsi notre argent.

Dominique Dord, lui, n'a pas honte. On a ainsi appris qu'il avait "offert" (avec notre argent) 15 000 euros au maire de Viviers-du-lac pour l'aider à financer la bibliothèque municipale du village. Quel beau geste! Désintéressé? Voire.

Voici quelques semaines le président de la communauté d'agglo devait faire avaler une drôle de pilule amère aux "petits" maires, à savoir leur faire adopter le principe du transfert de compétence "eau potable" des communes vers la CALB. Pour cela, il avait besoin du soutien, et même du renfort, de "petits" maires. Comme le rapporta le dauphiné libéré qui ne sert pas toujours à rien (même sans le faire exprès), c'est Robert Aguettaz, le maire du Viviers-du-lac, mais aussi vice-président de la CALB, qui a été désigné pour monter au créneau:

Voter d'abord le transfert de compétence et mesurer seulement après les conséquences de ce vote, voilà l'aberrant raisonnement que ce "petit" maire a osé tenir. Une telle ineptie, c'est à se taper le cul par terre, les abonnés à l'eau potable des "petites" communes ne tarderont pas à s'en apercevoir quand leurs factures doubleront. Naturellement, les intéressés vont nous jurer qu'il n'y a aucun rapport entre ce raisonnement idiot s'il en est et l'offrande de 15 000 euros prise sur la réserve parlementaire. Bah, oui! On veut bien les croire. Mais dans ce cas là, à quoi ça sert la réserve si ce n'est pas pour avoir des "réservistes" sous la main? Hein?

Pas si Saint-Innocent que cela !

Tiens, un autre qui ne manque pas d'air c'est le maire de Brison-Saint-Innocent. Voici tout juste un an (un siècle en politique) il se fâchait tout rouge. Il en avait marre des élus qui trustaient les postes depuis trop longtemps, il voulait pour le département du jeune, du neuf, de l'allant. Lui, quoi! Sa cible, c'était le suppléant de Dominique Dord, l'incertain Claude Giroud. Son terrain d'affrontement, c'était les élections départementales. Jean-Claude Croze était candidat pour bousculer les mauvaises habitudes, les petits arrangements entre amis. Avec lui tout serait plus beau, plus franc, plus sincère, plus désintéressé. Plus affiché. Il proposait une autre façon de faire de la politique. Une idée qui n'a pas vraiment séduit les rares électeurs qui sont allés aux urnes. Privé de second tour, Croze avait publié ce communiqué:

C'était en mars 2015. Trois mois plus tard, le même J-C Croze, vice-président de la CALB chargé de l'urbanisme, adoptait le nouveau PLU d'Aix-les-Bains. J-C Croze signait alors différents documents, dont celui-ci:


Il s'agit de la fameuse voie verte dont il a déjà été question ici. A la lecture de ce document, on voit bien que la voie verte cache en fait une opération d'urbanisme destinée à créer environ 240 logements, dans un premier temps. Et pourtant.

Pourtant sur le site officiel de la CALB, on trouve de nombreux règlements, de nombreux plans mais, curieusement, pas la moindre trace de ce document. Comment il disait déjà, le maire de Brison, vice-président de la CALB? Ah, oui: faire de la politique autrement! En voilà encore un qui aurait mieux fait de rester... sur sa réserve!

Et un dernier pour la route, non pour la voie verte:

A la lueur de ce qui précède, vous ne la trouvez pas un peu sibylline cette petite phrase placée au milieu du communiqué du candidat Croze: "Une voie est ouverte...".
S'agissait-il de cette voie (verte) qui part désormais de Cotefort pour desservir le nord de Brison-Saint-Innocent et ses futures constructions et dont Croze a signé le nihil obstat trois mois plus tard ?


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
aix-les-bainssaint-innocentbrisonréserve-parlementairedord