Laisse béton, c'est une histoire de fous

Au jeu de l'égo, le député-maire va décrocher la timbale


H
âtons nous d'en ri
re et faisons comme si, pour une fois, Aix-les-Bains était une ville d'avance. Du moins, en avance de 30 jours. Et que c'est un 2 mars que son député-maire aurait lancé son plus gros poisson d'avril: la préfiguration des Anciens Thermes aixois vue par Bouygues, le marchand de béton!

Telle qu'elle a été présentée, la maquette des futurs nouveaux anciens Thermes (ci-dessus) ressemble à une sorte de jeu de Légo. A moins que ce ne soit plutôt un jeu de l'égo (démesuré) du commanditaire, une sorte de délire mégalomaniaque.

Fallait-il commenter ce délire qui ressemble à un premier avril ou se contenter d'en rire. Face à ce dilemme, on a préféré demander l'avis de deux conseillers municipaux (d'opposition faut-il le préciser) qui ont assisté*, trois heures après la presse officielle du maire, à la présentation du projet en présence de ses concepteurs. On leur laisse la parole:

Fabrice Maucci:  Ce projet est une énormité ! 

Quand on sait le caractère massif du bâtiment thermal lui-même, vu de la place de la mairie, je vous laisse deviner l'impact visuel écrasant des deux saillies immobilières prévues pour contenter Bouygues. Ou comment nous faire croire qu'il faut deux gigantesques immeubles pour "équilibrer" les dépenses de rénovation du bâtiment ex-thermal. Je crains le mensonge intégral. Et les 15 millions d'euros de participation de la ville, c'est en échange de quoi? des couloirs? d'un petit espace pour caser le centre d'interprétation du patrimoine? du parking qui retardera le basculement d'Aix vers des déplacements durables?

Ce projet est une énormité qui n'a d'autre objectif que de transformer une énorme masse d'argent public en logements à 80% accessibles aux seuls hauts revenus et en bénéfice pour Bouygues Immobilier. Un pur scandale politique, budgétaire, urbanistique. Les Aixois, inertes devant le bétonnage des bords du lac maladroit et handicapant pour le tourisme, insensibles à nos alertes sur les précédentes affaires foncières et immobilières de l'ère Dord, seront-ils encore sans réaction devant cette gabegie?  (Voir aussi:  https://www.facebook.com/fabrice.maucci?fref=ts)

 
André Gimenez dénonce un Maxi-Prix (formule à double sens)

Rien dans ce projet de vraiment innovant c'est-à-dire capable de faire revenir à Aix un thermalisme et un tourisme en baisse (comme par exemple le projet de liaison par tram crémaillère Gd Port Petit Port Gare Thermes, autoroute Revard pour lequel je me bats).
-   La répartition-appartements-commerces-bureaux-services-espaces publics- parkings ne saurait attirer sur Aix une nouvelle clientèle dont la ville a tant besoin
-   L’hébergement d’un grand office de tourisme, éventuellement du musée lapidaire, du Centre d’Interprétation d’art et patrimoine, la remise en valeur des vestiges romains comme des deux cabines de l’aga khan ne sont pas novatrices et ne feront pas vibrer plus les touristes du monde entier
-  Il serait dommageable que ce bâtiment chargé d’histoire abrite une superette « Maxi prixi » comme annoncé (le nom est de mon invention !)
-  L’obligation de faire 200 logements pour rentabiliser la rénovation est une donnée présentée comme commercialement inévitable.
-  Suite à ma remarque l’architecte a dit que pour l’instant il raisonnait en termes de surfaces au sol pour avoir ce nombre de 200 mais que donc la hauteur des bâtiments dépendrait de la largeur et de l’épaisseur !!!! En tous cas la hauteur présentée sur certaines images me semble fortement démesurée et  ne passera pas j’espère le filtre de l’ABF.
- Ensuite que la ville (et/ou Grand Lac) veuille acquérir pour 15 millions maxi d’espaces divers reste à étudier.

Ce qui m’inquiète le plus c’est que dans les clauses proposées pour une vente à hauteur d’1,2 millions d’€ (chiffre annoncé par le maire) soit demandé le désamiantage des bâtiments ainsi que la dépollution du site qui contient encore ces fameux transformateurs au pyralène. Qu’ensuite les travaux entamés sur la toiture de Pellegrini devront être menés à terme alors qu’on sait maintenant que toute la toiture et le bâtiment entier menacent écroulement. Donc financièrement ça demande vraiment une évaluation avant la vente puisqu'aussi bien le relogement des occupants actuels sera à la charge de la ville (notamment la trop célèbre école Peyreffite).


Note aux benêts:
Ci-dessous une maquette réalisée à partir d'un vrai jeu de Lego


Toute ressemblance ou similitude avec une maquette symbolisant l'égo du député-maire-président ne serait que fortuite et involontaire.

* Qui ont assisté ou qui se sont faits représenter comme F. Maucci par Dominique Fié (ndlr)

      





Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
immobilieraixdordbouyguesdéliremaquettelégo