La "Riviera des Alpes" aurait déjà pu coûter 200.000 euros aux contribuables

Et l'on s'interroge sur l'intérêt d'une telle dépense


Le 12 février dernier, à l'occasion d'un de ses shows qui démontrent que le ridicule ne tue plus, le député-maire, président
de l'office de tourisme, annonçait que désormais tout comme dorénavant, Aix-les-Bains ne serait plus une simple ville thermale mais devenait la Capitale de la Riviera Des Alpes. A cette occasion, dans notre article (Riviera des Alpes, ou bien cette fois ils ont fumé la moquette...) après s'être beaucoup gaussé de cette trouvaille, on posait la seule question qui vaille: combien cette plaisanterie avait-elle coûté aux contribuables?

Bien entendu, Dominique Dord s'était bien gardé de nous apporter la précision. Quant à la presse papier locale, entre deux coups de brosse à reluire, elle avait également oublié de lui poser la question. Il faut donc tout faire soi-même ici...

C'est une société parisienne, CoManaging, qui avait réalisé le plan com' de l'office de tourisme et l'on se doutait bien que cette société ne travaillait pas pour des queues de cerises. Autrement dit, il était probable, voire certain, qu'un marché officiel avait été conclu entre CoManaging et l'OT.  Bingo, on a alors retrouvé ceci:

Petite explication. Selon le code des marchés publics, chaque prestation réalisée pour un organisme public doit faire l'objet d'une procédure spécifique selon sa nature et son montant. On découvre donc que, dès le mois de mars 2015, l'OT d'Aix les Bains, à la demande expresse de son président, avait décidé que ce marché ne pourrait être inférieur à 90 000 euros et pourrait aller jusqu'à plus de 200 000 euros.
Un budget communication d'un minimum de 90 000 euros pour une prestation qui, à priori, ne présentait aucun caractère indispensable, c'était déjà faire peu de cas de l'argent des contribuables. Or, selon des sources proches du dossier, il se confirme que le montant définitif du marché serait plus près des 200 000 euros que des 90 000. Déjà, à cette lueur, on serait en droit de se demander si le président de l'OT, également maire d'Aix les Bains et président de la CALB, ne se ficherait pas allègrement  des contribuables en dépensant autant d'argent pour un simple plan com'. Mais quand on voit ce que ce plan com' a produit comme résultat, on ne se pose même plus la question: c'est du foutage de gueule, rien d'autre.

Il est fort probable que le plan com' tout comme le slogan "Aix-les-Bains, Riviera des Alpes" après avoir fait sourire (ou grincer des dents) ne resteront pas longtemps dans les mémoires et seront sans effet sur les éventuels touristes.

La question est alors posée: ce grand barnum valait-il vraiment jusqu'à 200 000 euros? 
         

Note aux benêts:

L'office de tourisme est-il la vache à lait du député-maire-président, à savoir un organisme qui sert à dissimuler les dépenses que la ville ne voudrait pas officiellement assumer? Là encore, rien qu'en consultant la "liste des marchés recensés pour l'année 2015 de l'OT" on se pose la question.
On y découvre en effet qu'au mois de juillet dernier l'OT a passé des marchés de "gardiennage" pour un prévisionnel de 50.000 euros. Or, à notre connaissance, l'OT n'a organisé en juillet 2015 aucune manifestation susceptible de nécessiter un gardiennage à ce prix. En juillet il n'y a qu'une seule manifestation de ce style et c'est Musilac. Est-ce à dire que l'OT (donc les contribuables) supporterait le coût du gardiennage pour une manifestation privée dont seule une société privée encaisse les bénéfices? Là encore, on peut longtemps attendre une réponse officielle qui ne viendra jamais.


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
aix-les-bainsriviera-des-alpesdordoffice-tourisme