« Si t'es pas content, alors tu dégages »

Interpellé par un riverain mécontent, D. Dord a perdu son sang froid

On connaissait déjà le "Casse toi, pauv' con" de N. Sarkozy, désormais, dans la série des amabilités des élus L.R. il faudra ajouter "Si t'es pas content, alors tu dégages" de l'ex-trésorier de l'UMP.

Après l'incendie de la soirée de mardi dans la tour La Misaine, la Mairie craignait des débordements à l'occasion de l'inauguration, ce jeudi matin, de trois immeubles déjà occupés par leurs locataires depuis plusieurs semaines, dans le quartier Sierroz. Dans la nuit de mercredi à jeudi des "patrouilles" de sécurité avaient effectué des rondes qui n'avaient pas empêché le "taggage" de l'Antenne de Ville, là où D. Dord devait prendre la parole.

Les services municipaux avaient été à pied d'oeuvre pour effacer ces affronts mais, à l'évidence, Dord était extrêmement tendu quand il a fait son arrivée sur la place. Pourtant l'ambiance paraissait alors plutôt tranquille. Il faut dire que sur la petite centaine de personnes présentes, plus des trois quarts étaient des "obligés" de la mairie tandis que la présence de la population locale était vraiment très discrète. Seuls quelques jeunes hommes, très calmes, souvent accompagnés de "mamans", semblaient attendre le député-maire pour lui demander quelques explications, notamment sur les promesses d'emplois qui n'ont jamais été tenues.
.
Le maire remis à sa place par une "maman"

C'est dans cet esprit qu'un des habitants du quartier interpella Dord à son arrivée et lui fit part de son mécontentement et de celui de nombreux résidents. A peine le jeune homme s'était-il exprimé que l'on vit le maire s'emporter, se mettre à crier en agitant les bras, presque menaçant. Avant de lancer à son interlocuteur "Si t'es pas content, alors tu dégages".

Dans l'entourage du maire, à défaut de surprise, c'était la consternation. Plus tard, un de ceux qui accompagnaient Dord lâchera même, sans que l'on sache si c'était pour l'excuser ou l'accabler: "Il est à cran". Une explication que la mère du jeune homme n'a sans doute pas entendue, elle qui s'est alors adressée au maire en ces termes: "Ce n'est pas bien de parler comme ça. Vous êtes un homme important mais vous ne donnez pas le bon exemple". Dord remis à sa place, et en public, par une petite femme en foulard, voilà qui avait de quoi le mettre un peu plus en rogne puisqu'on l'entendit peu après continuer de fulminer en ces termes "On leur fait des logements neufs et ils sont pas contents". Pouvait-il ne pas mesurer le mépris d'une telle formule? "On leur fait". Comme si habiter des logements décents était une grâce que le député-maire avait faite à des résidents dont certains sont nés et ont grandi dans ce quartier et cela bien avant que Dord ne jette son dévolu sur Aix-les-Bains afin d'y bâtir surtout... sa carrière politique! 

L'inauguration s'est déroulée sous haute sécurité, des policiers (nationaux) en civil ont même patrouillé à pied dans le quartier avant l'arrivée de D. Dord tandis qu'une société privée avait été appelée en renfort. Parano, quand tu nous tiens!

Oui, il fallait vraiment que Dord soit "à cran" pour réagir aussi stupidement, lui que l'on a connu beaucoup plus subtil et très doué pour retourner les situations à son profit. Ce jeudi, il lui aura fallu beaucoup de temps pour tenter de récupérer son self-contrôle. Au moins le temps d'un discours inaugural insipide, sans souffle, un discours qui semblait inspiré par un technocrate à destination de technocrates.
Alors que le public était invité à boire le coup et à manger les friandises préparées par un traiteur, Dord en profita pour faire rappeler le jeune homme à qui il avait conseillé de dégager. Dans un aparté, Dord, sans vraiment s'excuser, expliqua qu'il y avait sûrement eu des malentendus et fit sienne la fameuse antienne "c'est pas d'ma faute". En gros, si tout ne va pas dans la rénovation urbaine comme il l'avait promis, c'est parce qu'il est entouré de gens incompétents qui ne comprennent rien. Et si le jeune homme mécontent cherche du boulot, eh bien qu'il lui laisse son numéro de téléphone, ça devrait s'arranger. Le député-maire avait soudain retrouvé ses esprits et ses vieilles habitudes d'enfarinade.
Au moins, sur un point, on ne peut que lui donner raison: c'est évident qu'il est entouré de gens incompétents! Il n'y avait qu'à voir ce jeudi la cohorte de parasites qui l'accompagnent en permanence comme son ombre pour s'en convaincre. Des gens qui, sans lui, ne seraient rien et dont certains attendent qu'il trébuche pour espérer prendre sa place. 

Et là, quand lui-même ne peut plus s'empêcher de faire ce constat évident, on se dit que Dord a très certainement de bonnes raisons supplémentaires d'être "à cran". 



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
dorddiscoursénervédégagesierroz