Il n'y a plus de limites à l'indécence...

Le temps passe mais n'efface quand même pas tout...


Gratien Ferrari, ancien député-maire d’Aix-les-Bains, est décédé en novembre dernier. Ses filles, c’est fort compréhensible, ont choisi de ne pas poursuivre à sa place le combat politique que leur père avait mené depuis des années contre Dominique Dord, lequel avait été son attaché parlementaire puis son successeur. Il y a un temps pour les querelles, un temps pour le recueillement et la paix. Toutefois, considérant que dans ce combat il n’avait pas été très loyal envers leur père, les filles de G. Ferrari avaient prié D. Dord de ne pas assister aux obsèques. Ainsi fut fait.
Dès sa réunion suivante, le conseil municipal avait proposé de donner le nom de G. Ferrari à la Maison de la Culture. La famille de l’ancien maire accepta cette marque d’hommage. Ce samedi 12 mars, c’était l’inauguration de la plaque symbolisant cette reconnaissance. On aurait pu penser qu’à cette occasion l’actuel député-maire se serait montré discret, très discret. Et voici ce que cela a donné dans la presse quotidienne locale :

A l’arrière plan, sur la photo de cette inauguration, la famille. A gauche la plaque à peine lisible. Au premier plan, bien reconnaissable, applaudissant, Dominique Dord. Aucune honte. Aucune gène.
Et dire qu’il y a tout juste un an, le même Dord envoyait un huissier chez Gratien Ferrari pour le menacer de saisir ses biens.

Il n'y a plus de limites à l’indécence.                                                                          

Nota bene: Par contre, je suis quasiment certain que Gratien Ferrari, s'il en avait l'occasion, savourerait ce moment. Une sorte de petit bonheur posthume...
                             
   



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
dordferraridécèshommageindécenceaix-les-bains