Des prix de l’eau qui vont augmenter de 50 à 80% pour les usagers...

Les « petits » maires vont-ils sacrifier leurs administrés sur l’autel de leurs intérêts politiques?


Partout ailleurs ce serait un concert de protestations, d’aucuns mettraient même leur démission dans la balance ou saisiraient les tribunaux pour tenter d’empêcher cet attrape-nigauds. Mais, ici, rien. L’apathie totale. Et pourtant pour certains usagers, principalement ceux des communes périphériques, la facture de l’eau du robinet va bientôt être salée.

Pour bien comprendre ce qui se trame, on va prendre deux exemples, celui de la commune de Tresserve, 3.500 habitants, et celui de la commune d’Aix les Bains, 29.000 habitants.

Tresserve a un contrat avec Veolia (anciennement Cie Générale des Eaux) pour la distribution de l’eau et l’entretien des réseaux. Il y a quatre ans, au moment de renouveler le contrat, le maire de Tresserve a renégocié le prix de l’eau. Aujourd’hui Veolia facture le mètre cube d’eau 0,53 euro. Quant à la commune, elle ne prélève rien sur les consommations. Sans les taxes ou surtaxes (imposées par la CALB et l’Agence de l’Eau) les consommateurs tresserviens paieraient donc le m3 d’eau 56 cents, tva comprise.

Aix-les-Bains a un contrat avec la SAUR. Voici quatre ans son maire a prolongé le contrat qui liait la ville à la SAUR mais sans le renégocier. La SAUR facture le mètre cube d’eau 0,82 euro. A quoi elle ajoute 0,31 euro au titre de « collecte et traitement des eaux usées ». Soit 1,23 euro prélevés par la SAUR sur les consommations. Là-dessus le député-maire d’Aix a ajouté il y a quelques années une « surtaxe » locale qui atteint aujourd’hui 0,52 euro le m3. Au total les Aixois (toujours sans les autres surtaxes CALB et Agence de l’Eau) paient leur mètre cube d’eau 1,85 euro tva comprise.


Et maintenant comparons les prix de l’eau dans les deux communes. Tresserve :  0,56 € le m3 tva comprise, Aix les Bains 1,85€ le m3 tva comprise. Autrement dit, l’eau est 3,3 fois plus chère à Aix-les-Bains qu’à Tresserve. Imparable.

Ce qui est vrai pour Tresserve l’est aussi pour la majorité des communes périphériques. Mais cela devrait bientôt changer selon la volonté du président de la CALB, lequel est aussi.... le maire d’Aix les Bains.

L'eau la plus chère et le réseau le plus pourri
Dominique Dord a en effet fait adopter, dans la douleur mais sans de trop vives protestations, le principe de la mutualisation de la distribution de l’eau au profit (sic) de la CALB. Si aucune des communes membres ne réagit rapidement, le principe deviendra réalité dès l’année prochaine. Et gare à la casse. Car, comme Dord l’a déjà annoncé, les prix de l’eau dans toutes les communes vont être alignés sur ceux d’Aix les Bains. C’est à dire là où un Tresservien payait l’eau 0,56 € le mètre cube (avant toutes les surtaxes CALB et Agence de l’eau) il devrait en payer 1,80 l’an prochain. Ça risque de gronder quand les premières factures vont tomber.

Pour l’heure, comme il sait si bien le faire, Dord a réussi à endormir tout  le monde en mélangeant les prix hors taxes, les prix avec ou sans surtaxes, les prix nets, les prix bruts, les parts machin, les parts truc. De surcroît, chaque distributeur et chaque commune ayant son propre système de facturation, il est très difficile de s’y retrouver et de comparer. Une chose est sûre, personne n’y gagnera rien, pas même les Aixois. Car le gros problème à Aix c’est que, depuis 1995, les maires ont refusé d’appliquer à la lettre le contrat qui avait été signé avec la SAUR en 1992. Un contrat qui prévoyait le renouvellement des réseaux aux frais de la compagnie fermière. De fait, les réseaux aixois sont dans un triste état et malgré la surtaxe (52 cents par m3) créée par Dord en 2004, rien n’a vraiment avancé. Près de la moitié de l’eau produite s’échappe toujours des canalisations. Aix a donc ce triste privilège d’avoir l’eau la plus chère et le réseau le plus pourri de l’agglomération. On comprend que son maire insiste pour que ce service soit mutualisé...

En attendant, les usagers de la périphérie aixoise seraient sages de surveiller l’ordre du jour des prochains conseils municipaux dans les "petites" communes. Ils pourraient aussi poser la question suivante à leur maire, qui a voté pour la mutualisation du service d’eau à la CALB : est-ce normal que les petites communes, qui ont fait des efforts pour renouveler leurs réseaux, paient pour que la Ville d’Aix continue de faire des dépenses de prestige plutôt que de rénover les siens ?

Poser la question, c’est déjà y répondre.

Note aux benêts: Pompe à eau mais surtout pompe à fric!
L'usager ne s'en rend plus compte mais sa facture d'eau est, avant tout, un avis d'imposition. Car ce qu'ils appellent taxes ou surtaxes ne sont rien d'autre que des impôts. Des impôts qui se veulent indolores puisque collectés par une société privée avant d'être reversés aux organismes publics.

Ainsi, avec l'exemple d'Aix-les-Bains, on constate que le prix de l'eau tel que le facture le distributeur est de 0,81 euro le m3. Mais au final, après toutes les taxes, surtaxes, lutte contre la pollution, modernisation des réseaux de collectes et TVA, le prix du mètre cube sort à 3,07 euros. Soit 2,28 euros d'impôts divers par mètre cube facturé. Soit encore entre 200 et 300 euros d'impôt par an pour une famille moyenne. Ni vu, ni connu, ou presque...




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
prixeauréseauxcalbagglomérationsurtaxeaix