Celui qui voit des interventions de l'au-delà, celui qui veut « retaper son maire » et celle qui réécrit l'histoire

Chronique de la vie politique locale vue par l'autre bout de la lorgnette

Reconnaissons que la fumeuse histoire de la réhabilitation des Anciens Thermes ne va pas manquer d’alimenter la chronique pendant longtemps. D’ores et déjà elle a inspiré quelques acteurs ou commentateurs. En voici trois exemples.

La mairie ayant la bonne idée de mettre en ligne sur son site l’enregistrement audio des réunions de conseil municipal, on ne saurait trop conseiller l’audition (même partielle) du dernier enregistrement en date qui est un régal pour les amateurs de petites phrases. Au hasard on y entend le député-maire, entre autres exubérances, accuser le conseiller Front de Gauche Dominique Fié, d’être « coaché » par des gens qui auraient déjà perdu soixante procès. Voici l'extrait:
«  Mr Fié, vous n'êtes pas au conseil depuis très longtemps, mais vous avez déjà pris les gros défauts de ceux qui vous coachent probablement dans cette affaire. Dites vous bien une chose, les mêmes nous ont accusés, moi en particulier, depuis quinze ans, des mêmes maux que vous essayez de mettre en avant, y m'ont traînés 60 fois devant les tribunaux ou des procédures contentieuses. Ils ont perdu 60 fois. Donc ça vous devriez quand même, je trouve, au bout de quinze ans ça devrait quand même faire tilt dans votre tête. »

Sachant que ces quinze dernières années il y a peut-être eu, au grand maximum, une petite dizaine de contentieux concernant les affaires menées par la mairie et aboutissant devant un tribunal; sachant que ces contentieux ont été essentiellement menés par l’ancien maire, Gratien Ferrari, lequel n’était pas vraiment un homme de gauche et qui est décédé en novembre dernier, Question: quel auteur de contentieux pourrait bien « coacher » aujourd'hui le représentant du Front de Gauche selon Dord ?  Celui-ci ne pensait quand même pas que c'est l’ancien maire qui « coacherait » D. Fié depuis l’au-delà ? Alors, si ce n’est pas lui, qui peut-il être ? Dord, seul, semble avoir la réponse.
ndlr: On ne connait pas bien Dominique Fié, mais pour l'avoir croisé deux ou trois fois, et pour avoir reçu l'expression de son mécontentement (litote) quand des propos publiés ici lui ont déplu, il ne nous a pas paru être quelqu'un qui avait besoin d'être "coaché".


L'homme qui voulait retaper son maire !

Autre sortie étonnante, celle de « l’opposition » (rires) de droite représentée par Serge Gathier, élu Front national. Lors du débat consacré aux Anciens Thermes en séance de conseil, ce curieux opposant a voulu venir au secours de celui dont il fut le premier adjoint lors de son premier mandat (2001-2007). Et voici le verbatim de cette intervention telle qu’on peut l’entendre (vers 1h39mn sur l’enregistrement) :
« Monsieur le Maire (...) lorsque nous avons pris la municipalité en 2001, nous avons étudié ce sujet. Et avant qu’on soit obligés de retaper notre maire, eh bien nous avons passé cette étude... »
Non, non. Il n’y a pas d’erreur de retranscription. On a passé et repassé cinq fois la bande son, c’est bien ce qui a été dit, mot pour mot. Depuis, nous avons soumis cette citation à des traducteurs spécialisés dans le « Sergio tel qu’on le cause », lesquels sont restés aussi perplexes que nous. Si quelqu’un sait ce que Gathier a voulu dire et pourquoi il se serait cru à un moment «obligé de retaper notre maire», on est preneurs.


Quand le daubé réécrit ou réinvente l'histoire

Mais l’audition de la bande son de la séance nous a surtout confortés dans l’idée qu’il ne faut jamais prendre au sérieux les prétendues informations distillées par l’édition aixoise du daubé. Voici en effet en quels termes le DL a conclu l’article sur la séance de conseil :

Selon la règle en usage dans la presse écrite, les propos rapportés dans le DL ayant été mis « entre guillemets », ils sont donc censés avoir été tenus, dans cette forme, par le député-maire. C’est ce que tout lecteur de bon sens et de bonne foi est amené à croire quand il lit que D. Dord aurait déclaré à F. Maucci: "Ils (les électeurs) m'ont élu au premier tour des élections municipales. Ce qui n'est pas votre cas." Fin de citation.
Or, après avoir écouté et réécouté la bande son et demandé à d’autres de faire la même chose, il a fallu se rendre à l’évidence : D. Dord n’a jamais lancé cette réplique ce lundi là*. Le dauphiné s’est donc livré à une interprétation très personnelle des propos du maire.
On savait déjà qu’il fallait se méfier de ce qui était écrit dans ce journal, on a désormais la preuve que les plus grosses ficelles y sont utilisées de manière éhontée. C’est dire si les lecteurs ont dû en avaler, des couleuvres !

* Il existe une autre éventualité, à savoir que devant le ridicule de la chose, la mairie aurait effacé ce passage de l'enregistrement audio. Mais ça on ne veut pas y croire.


PS : On reviendra prochainement sur la (très) longue lettre que Fabrice Maucci a envoyée à D. Dord et qu’il a communiquée à l’ensemble de la presse locale et régionale.
Vendredi, c'est le groupe "Aix, notre Ville" qui tiendra un point de presse.



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
dordaix-les-bainsdauphinépressegathierfiémaucci