Apprendre et s'amuser avec Oui-Oui, le magazine municipal !

Pour apprendre et s’amuser avec Oui-Oui et tous ses amis ! Dans chaque numéro : les belles histoires de Oui-Oui, à raconter à vos enfants. Des petits jeux de devinettes ponctuent l’histoire pour faire de votre lecture un joli moment de duplicité.


Comment faire d’une succession de défaites une grande réussite ? C’est le prodige que propose ce mois-ci Oui-Oui le magazine municipal d’Aix les Bains.

Petit retour dans le temps. A peine élu député en 1997, Dominique Dord se mobilise pour sauver l’hôpital d’Aix les Bains menacé de ne plus avoir de chirurgie. En 2001 il en fait son slogan de campagne. Mais deux ans plus tard la chirurgie de plein exercice disparaît. En 2007, c’est la maternité de l’hôpital aixois qui est menacée. A la veille des élections de 2008, Dord affirme aux électeurs qu’il a la solution : un établissement privé (Générale de Santé) viendra s’installer à Drumettaz pour « sécuriser » la maternité aixoise. L’établissement privé n’ouvrira jamais. Alors, une fois réélu, Dord participe aux croisades et autres défilés pour exiger de l’Etat le maintien de la maternité et de ses 700 naissances par an. Mais la maternité ferme. Puis, bientôt, l’hôpital aixois est absorbé par le Centre Hospitalier de Chambéry. Mais aujourd’hui Dord est content. Il n’y a plus de chirurgie de plein exercice, plus de maternité, mais il assure que l’hôpital poursuit sa montée en puissance. Ben voyons !


Poursuivons la lecture de Oui-Oui Magazine Municipal.
Page 4 et 5, une dizaine de photos, Dord est présent sur la plupart, sauf sur celle montrant des plongeurs dans le lac. Il préfère ne pas se mouiller. Alors il plastronne devant les « nouveaux Aixois » accueillis au centre des congrès. A voir la photo des « nouveaux citoyens » qui se sont déplacés pour cette intronisation, on se dit qu'Aix n’a pas vraiment encore entamé sa cure de rajeunissement.

La langue de bois telle qu'on la COS

Page 8, les Aixois qui, de plus en plus nombreux, se plaignent de la « bétonnisation » insupportable de leur Ville ont tort de se plaindre auprès du maire : c’est pas d’sa faute. C’est la faute à la Duflot qui a supprimé le COS, le coefficient d'occupation des sols. Cos toujours, tu m’intéresses !

Page 9, tout va bien pour le dossier des Anciens Thermes, aucune ombre en perspective. C’est juste une affaire à suivre... Devinette : le maire y parle-t-il du déménagement de l’Ecole Peyrefitte et de son relogement en attendant la fin des travaux lesquels commenceront... en 2018 ? Réponse : non. Et même pas un mot sur kicékivapéyétouça !

Page 10 : l’assemblée consultative des quartiers (ACQsA) s’est imposée, dit-il. Tout le monde est content. Mais pas un mot sur les membres qui ont déjà claqué la porte en estimant que c’était du vent. AQCsA sert à rien.

Page 18, grand article sur la chaufferie bois. On y apprend que des riverains mécontents de la future installation avaient créé une association, regroupant une trentaine de membres, pour défendre leurs intérêts. Mais depuis tout va bien. Le maire les a rassurés et ils ne protestent plus. Rien n’a changé mais ils sont tous contents, contents, contents, les membres de l’association. C’est écrit. Tous contents. Oui, tous. Car si certains ont continué à être opposés à cette chaufferie, le président de l’association a en tiré cette conclusion: puisqu’il sont contre la chaufferie ils sont contre notre association.

Exit les récalcitrants. Et vive la démocratie à la aixoise.

Mais l’information qu’il ne faut pas rater, c’est aussi en page 18 qu’on la trouvera. On y apprend que dans le quartier Sierroz la tour La Misaine va être démolie bientôt. On y apprend que cette tour, à elle seule comportait 75 logements. Soixante quinze. Et maintenant, à cette aune, essayons d’imaginer ce que vont représenter deux tours de 100 logements chacune, ainsi que cela est (paraît-il) prévu au-dessus des Anciens Thermes.

D’un seul coup, ça fait peur, n’est-il pas ?
Oui, oui, ça fait peur !

Un dernier pour la route :
Ben, mon colon !

Voici le communiqué que les lecteurs ont pu découvrir hier dans leur daubé :

Organiser dans les Anciens Thermes, à l’heure de la polémique à propos de leur réhabilitation, un voyage ludique appelé "colon-tour", voilà un rapprochement qui ne manque pas de doigté. Comme disait trivialement le correspondant qui nous a transmis l’info « au moins les Aixois vont savoir jusqu’où la mairie peut aller dans ce sens avant que ça leur fasse vraiment  mal ». Ou, pour parodier une célèbre réplique d’un film culte « Vous reprendrez bien un peu de promesses électorales ? -  Juste un doigt ! – Ah, bon vous ne voulez pas des promesses avant ? »


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter