Ah, comme certains seraient plus crédibles s'ils n'avaient pas raconté tant de bobards...

Politiciens et presse locale nous bercent d'illusions


Le moins qu'on puisse en dire, c'est que le projet de réhabilitation des Anciens Thermes, tel qu'il a été présenté par le député-maire, a sérieusement du plomb dans l'aile. Plus personne aujourd'hui ne croit à sa crédibilité. Il est vrai que, depuis une quinzaine d'années, les Aixois ont été quelque peu échaudés avec les promesses de leur grand baratineur de maire. Alors, pour rester dans l'ambiance thermale, voici deux petits rappels pas vraiment inutiles...

C'était en Octobre 2002, un peu plus d'un an après que nouveau maire, encore tout feu tout flamme, promettait de redynamiser le thermalisme local. Voyant que le projet d'un "centre balnéo-cosmétique" qu'il avait annoncé, avec tambour et trompette, sur le terrain de la Crémaillère (Bois Vidal) ne verrait jamais le jour, Dominique Dord faisait fait feu de tout bois. A défaut de Bouygues ou de Vinci, il avait fait venir à Aix une célébrité du monde sportif, le rugbyman Serge Blanco, reconverti dans la balnéothérapie. Pour la bonne presse quotidienne locale, il n'y avait alors plus de doute, un vent de renouveau allait souffler sur Aix les Bains. L'inénarrable daubé s'était déjà emballé:

La balnéo signée Serge Blanco, c'était bien un nouveau rêve. Hélas, ce ne fut rien d'autre qu'un rêve car après cette petite virée, on ne revit plus jamais l'ancien rugbyman sur les bords de notre lac. Mais le rêve n'était pas fini pour autant car...
Envolés les espoirs d'une balnéo signée Serge Blanco, bonjour la balnéo à la marocaine.

Cette fois ci le doute n'était quasiment plus permis car "le rapprochement économique était dans l'air". On allait voir ce qu'on allait voir. Dord en personne avait reçu les envoyés très spéciaux du Royaume chérifien et si les discussions n'en étaient encore qu'aux prémisses, la chaleur entre les futurs partenaires était telle que l'on imaginait déjà une prochaine collaboration entre les deux pays. La presse y croyait fermement. Hélas, encore, à peine les photos-souvenirs étaient-elles imprimées que les investisseurs marocains retraversaient la Méditerranée dans l'autre sens pour ne plus jamais revenir sur les bords de notre lac.

Finalement, faute de Blanco, faute de Marocains, faute surtout de clairvoyance et d'intelligence, l'activité thermale aixoise chuta, chuta, chuta sans s'arrêter. Et, à l'occasion d'une privatisation gâchis, les contribuables perdirent tout ce qu'ils avaient investi au fil des décennies, c'est à dire plusieurs dizaines de millions d'euros.

On comprend pourquoi après avoir été tant échaudés, les Aixois, du moins ceux qui n'ont pas perdu la mémoire, restent très sceptiques face aux nouvelles élucubrations de leur Lider Minimo.

Un dernier pour la route:

Voici comment le daubé avait relaté la venue prochaine (sic) de Serge Blanco. Juré, on n'invente rien aux extraits reproduits
ci-après en bleu italique:

La ville se prend à rêver. En fermant les yeux, elle imagine déjà le magnifique complexe de loisirs siglé Serge Blanco, où les soins de balnéo thérapie seraient pris par une jet-set attachée au standing haut de gamme et ravie de découvrir Aix les Bains sous cet angle.

Ah, cette Jet-Set attachée au standing haut de gamme qui faisait rêver! Et si l'article reconnaissait que tout restait à faire, sa conclusion ne laissait que peu de doute sur la réussite de cette entreprise:
Sans vouloir mettre la charrue avant les boeufs, les professionnels du tourisme aixois se sont frottés les mains à cette nouvelle, estimant que c'était de bon augure."
Et cet article enthousiasmant était signé: Muriel Bernard. Celle-là même qui, dans le même daubé, s'extasie aujourd'hui sur le projet de rénovation des Anciens Thermes tel que Dord l'a présenté.

C'est dire tout le sérieux qu'il convient désormais d'apporter à ces baratineurs.




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
thermespromessesblancomarocbalnéorêvemarocain