Y'a l'feu au Grand Lac?

Un touriste s'étonne, un conseiller municipal dénonce...

Voici deux histoires édifiantes racontées par deux témoins

I) Ils étaient six selon la police, une demi douzaine selon les organisateurs!


Si, d'ordinaire, entre les comptes officiels de la police et ceux des manifestants, on arrive à des estimations qui vont parfois du simple au décuple, mardi à Aix-les-Bains, qu'on se place d'un côté ou de l'autre, on ne pouvait qu'être très près de la vérité. C'est ce que confirme un lecteur qui est tombé ce mardi sur cette scène et qui nous la rapporte:

Ce matin, me promenant devant l'hôtel de ville, je remarque une camionnette décorée de drapeaux rouges et quelques personnes autour.

A l'évidence, il s'agit de salariés qui revendiquent. Je remarque aussi que quatre policiers municipaux montent la garde devant l'entrée de la mairie. J'imagine dans ces conditions qu'il existe un danger sérieux pour l'élu de la république qui siège en ces lieux. Je me renseigne auprès des policiers de faction pour savoir qui manifeste et pour quelle raison. Je n'obtiens pas de réponse. J'insiste. Sans plus de succès. Les policiers municipaux me regardent comme si j'étais moi-même un trouble-fête mais ne m'adressent pas la parole. Je ne saurais donc jamais pourquoi ces hommes manifestaient. Peut-être une manifestation organisée par les syndicats pour la défense des syndicats. Ce que je sais c'est que la police municipale aixoise n'a pas fait preuve de beaucoup de courtoisie. Moi, touriste, je ne suis pas sûr que j'aurais envie de revenir dans cette ville.

P.S.: Les manifestants étaient une bonne demi-douzaine selon les organisateurs mais seulement six selon la police municipale. Au moins sait-elle compter jusque là.

II) Grand Lac tombe à l'eau ?

Un autre lecteur, conseiller municipal dans la commune de Voglans, nous a fait part du communiqué suivant:

Je suis récemment intervenu lors d'une réunion de conseil municipal pour faire remarquer que l’appellation Grand Lac, la seule mentionnée dans le texte de la délibération que nous devions voter, n’existait pas. Elle n’a aucune existence juridique officielle, contrairement à la dénomination CALB qui est clairement enregistrée dans les statuts actuellement en vigueur de la communauté d’agglomération.

 Cette délibération était donc irrégulière en tant qu’elle proposait la modification du nombre de délégués au conseil communautaire d'une communauté Grand Lac qui nexiste pas !

Face à la stupeur déclenchée par mon intervention et l'habituelle incompréhension des membres de la majorité municipale, la première-adjointe, obligée de reconnaître que j’avais raison, indiqua publiquement que le nom de CALB serait ajouté à côté de Grand lac.
Il reste un souci cependant : non prévu dans les statuts officiels, le nom de Grand Lac n’aura toujours aucune existence juridique. Les délibérations de la CALB et des autres communes qui auraient mentionné, comme Voglans, le seul nom de Grand Lac ou qui auraient accolé Grand Lac à celui de CALB, n’auraient donc, à mon avis, aucune valeur légale, car la seule dénomination reconnue est "Communauté d'agglomération du Lac du Bourget".
Marcel Girardin, conseiller municipal de Voglans


NDLR: Si l'on s'en tient au formalisme administratif ou juridique habituel, celui qui s'impose aux simples citoyens, le conseiller municipal de Voglans a raison. Grand Lac n'a aucune justification officielle, c'est un nom que le président de la CALB a sorti de son chapeau parce que ça l'arrangeait, politiquement parlant, mais qui n'a été adopté officiellement par aucune des communes membres et encore moins validé par la préfecture. Mais n'oublions pas...
N'oublions pas que dans la République bananière d'Aix-les-Bains le droit et le bon sens sont à géométrie variable.
Selon que vous serez puissant ou misérable...




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
grand-lacpolice-municipalemanifestationconseil-municipalcalb