Comment honorer le Maroc tout en allant à Canossa...

Et tout cela LR de rien...



Avant 2005, personne n'avait jamais pensé à célébrer (sic) les entretiens (re-sic) d'Aix-les-Bains qui, en août 1955, n'avaient été qu'une des nombreuses péripéties finissant par conduire aux accords de la Celle Saint Cloud de Novembre 1955 et la reconnaissance de l'indépendance du Maroc enfin signée par la France en mars 1956. Avant Dominique Dord, aucun des maires d'Aix les bains n'avait eu l'idée saugrenue de faire graver dans le marbre cet épisode très secondaire de l'histoire entre les deux pays...

En 2005 de nombreux Marocains sont implantés à Aix les Bains et dans sa région et des rivalités apparaissent pour désigner celui qui prendra la tête de cette communauté.
Mohamed Es Slassi fait partie de ces prétendants. Très proche des autorités marocaines, et pour être mieux encore en cour, c'est lui qui a eu l'idée d'organiser une grande cérémonie à l'occasion du cinquantième anniversaire de ces entretiens d'Aix les bains de 1955.

Dord est alors à la recherche de tout ce qui est susceptible d'asseoir sa notoriété et il donne son accord. C'est Es Slassi qui organisera les festivités et c'est la ville d'Aix les Bains qui paiera la facture. Pour pérenniser l'histoire, une fontaine typiquement marocaine, à la gloire de Mohammed V, sera même installée au beau milieu du Parc de Verdure en remplacement de la fontaine style art déco qui faisait les bonheurs des enfants depuis des lustres. Les festivités pour ce cinquantième anniversaire seront un très grand succès médiatique que M. Es Slassi tentera de prolonger au travers de son association des Marocains aixois (AMAIX) créée pour la circonstance.

Mais un autre mouvement, l'Association culturelle (ou cultuelle) des Marocains, revendique également le leadership au sein de la communauté marocaine. Elle est présidée par Mohamed Gaydi. C'est ce dernier qui enlèvera, au terme de luttes épiques, la prédominance au sein de la mosquée du Bd Lepic. M. Es Slassi gardera le contrôle de tout ce qui concerne les manifestations anniversaires à la gloire de Mohammed V, feu le roi du Maroc, commandeur des Croyants. Bien que cela n'ait pas été mis en avant, c'est d'ailleurs essentiellement en l'honneur et à la mémoire du roi Mohammed V qu'ont été organisées les journées dites franco-marocaines qui se tiennent en ce moment à Aix, ainsi que le prouve le document officiel tel qu'il a été distribué mais que la presse papier a passé sous silence:


A l'heure où l'actuel roi du Maroc, Mohammed VI, déclare publiquement vouloir prendre ses distances avec l'occident en général (et la France en particulier), à Aix les Bains on célèbre la mémoire de son grand père. On a du mal à imaginer qu'un député-maire (Les Républicains) ait pu se prêter aussi facilement à cette opération sans chercher à en tirer le moindre enseignement politique. Il faut dire aussi que, en l'occurrence, le député-maire LR (de rien) compte quasiment pour du beurre dans cette histoire. Dans le document officiel diffusé par les Marocains il faut atteindre la sixième page pour découvrir son nom. Et encore, on le retrouve placé en troisième position parmi les intervenants, derrière un conseiller de Sa Majesté et un historiographe marocain et devant des représentants qui n'ont même pas fait le déplacement, c'est dire s'il compte bien peu :

En vérité, ces manifestations ne sont qu'une pure opération marocaine sur le territoire français. Une sorte de reconquête, si l'on peut dire, dont le président Es Slassi a tout lieu d'être satisfait. Ce n'est pas tous les jours que les représentants des anciens pays colonisés peuvent ainsi venir fêter leur légitime indépendance sur le territoire même du pays qui les avait occupés. Ceci aux frais de leurs hôtes et en contraignant le représentant de l'autorité locale à n'être qu'un faire valoir. Et à aller à Canossa...

Vu d'ici, certains appelleraient cela de la repentance, d'autres de la soumission.



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
marocindépendanceMohammedVdord