Prôner le respect de la loi... Mais seulement quand ça l'arrange

Laisse béton (et les cabanons en bois aussi)


Il n'y a pas que la rénovation (sic) des anciens Thermes qui pose problème aux Aixois. A la folie destructrice du passé qui anime l'équipe municipale et à la mode du béton est venue s'ajouter la fameuse Loi Duflot supprimant les coefficients d'occupation des sols, les COS. Et l'on commence à s'en rendre compte un peu partout à Aix les Bains. Il ne se passe plus une semaine sans qu'un lecteur attire notre attention sur telle ou telle construction qui ne semble plus rien respecter mais qu'un permis de construire, dument signé par le député-maire, a néanmoins autorisée.

Dernièrement, interpellé par des riverains qui déploraient que leur quartier pavillonnaire allait être dénaturé par des immeubles cubiques en béton gris, Dominique Dord avait répondu en substance "Je n'y peux rien, si la loi le permet un maire ne peut qu'appliquer la loi". Défense de rire. Alors, en application de cette loi, de nombreux riverains voient leur environnement menacé par la bétonite aigüe qui sévit ici. D'aucuns n'hésitent même plus à afficher leur mécontentement:

ou leurs inquiétudes comme ici dans le secteur du Rondeau:

(au passage on admirera sur ces photos l'état des bas-côtés de la route, l'élégance des conteneurs à poubelles et la largeur des trottoirs de la "ville d'avance", ce slogan qui, depuis, a été remplacé par "Riviera des Alpes")

Aucun quartier ne semble échapper à l'emprise du béton. Ainsi, jusqu'à présent le Musée Faure avait su relativement préserver son environnement immédiat fait de villas du 19 ème ou du début du 20 ème siècle.

Mais depuis peu, face à ce bâtiment symbole de la culture et de l'histoire aixoises, c'est un édifice ultra moderne qui est en train d'être édifié sur une toute petite parcelle déjà construite:

C'est la loi, répondra le député-maire, en oubliant de préciser que la loi permet toujours aux maires de fixer des limites aux constructions, notamment par rapport aux voies de circulation ou aux autres constructions ou encore en limitant leur hauteur.

Alors, puisque Dord se dit respectueux de la loi, on ne saurait trop lui demander de se pencher sur ces cabanons réalisés au bord du lac, sur l'esplanade:

Petite précision: ces cabanons sont implantés (durablement) dans la bande littorale des 100 mètres, une zone totalement interdite à ce genre de construction et pour cet usage commercial. Ils ont, par surcroît, été réalisés sans dépôt de permis de construire. Et qui a décidé leur construction? C'est le même qui déclare que la loi doit être respectée. Il a juste oublié d'ajouter: quand ça m'arrange!

Aix-les-bains, ce n'est sans doute pas la Riviera mais, par certains côtés, ça ressemble un peu parfois à la Corse!

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter