Ça ne vous rappelle pas quelque chose?

Il y a comme un petit air de déjà vu dans la danse nuptiale* autour des Anciens Thermes.



*Danse nuptiale: Si, à la fin du mois, le conseil municipal bée de complaisance devant son maire, Bouygues pourra s'apprêter à fêter ses noces Dord dans les Anciens Thermes!

Les Aixois ont-ils à ce point la mémoire courte pour ne pas faire le rapprochement entre ce qui se passe actuellement autour de la prétendue réhabilitation des Anciens Thermes et ce qui s'est passé il y a six ans avec la privatisation des Thermes Chevalley au profit d'une société privée parisienne..?


Ces jours-ci, certains se sont étonnés d'apprendre (?) qu'il aurait existé une solution alternative au projet Bouygues mais que le député-maire LR (de rien) aurait tout simplement négligé d'en informer le conseil municipal et la population. C'est l'Essor Savoyard qui, dans sa dernière édition, a confirmé très opportunément (!) l'existence de ce projet alternatif dont il avait été question seulement à mots couverts jusque là. Voilà qui mérite une explication et d'abord un petit rappel.

En 2010, alors que sous la responsabilité de Dominique Dord les Thermes nationaux avaient connu la plus belle dégringolade de toute leur existence (à peine 25.000 curistes en 2007 contre 37.000 en 2000), l'Etat décidait de les mettre en vente aux enchères. A cette annonce, un certain nombre de "décideurs" aixois, des hôteliers, des restaurateurs, des médecins et autres investisseurs potentiels, se réunissaient et se proposaient de s'associer pour racheter les Thermes Chevalley. L'un de ces décideurs rencontra alors le député-maire qui lui répondit en substance, l'air enthousiasmé "C'est une excellente idée, si vous réussissez, vous me trouverez à vos côtés".
Forts de cet encouragement les "décideurs" locaux se mirent à la tâche mais bientôt arrivèrent les chausse-trappes. D'abord faussement enthousiaste, Dord se montra de plus en plus prudent puis hésitant et finalement plus intéressé du tout. Il s'arrangea même pour que capotent les réunions prévues par les décideurs en vue de promouvoir leur action, notamment en exigeant que ces réunions se tiennent à huis clos. Eh, oui, déjà! Il se dit aussi que Dord, en aparté, convaincra même certains "décideurs" à renoncer à leur idée. C'est que le député-maire avait déjà un autre client en tête, à savoir la société Valvital. Pressé, en décembre 2010, lors d'une mémorable séance de conseil, de faire une proposition de rachat, en association ou pas avec les "décideurs" jusqu'à hauteur de 4 millions d'euros, Dord fit pourtant mine de s'y engager devant les élus.  Une délibération en ce sens fut même adoptée à l'unanimité:

Mais, au dernier moment, et contrairement à la délibération ci-dessus, Dord oublia les 4 millions d'euros promis et chargea un commissionnaire de ne proposer à l'achat qu'un euro symbolique. De surcroît, il exigea que l'Etat lui verse 6 millions d'euros, soi-disant pour éponger les dettes!!! Incroyable mais vrai. Bilan de ces atermoiements et de ces enfumages, avec seulement trois petits millions d'euros sur la table, la société parisienne Valvital a raflé la mise et est devenue propriétaire des Thermes Chevalley, de tout leur patrimoine immobilier, des sources chaudes et froides et de quelques biens annexes comme une blanchisserie en exercice, des parkings ou des villas. Soit une valeur de plusieurs dizaines de millions d'euros. Et Dord s'est lavé les mains de cet exploit.

Alors? Bis repetita en 2016? On peut le craindre.


Quand, l'an dernier, d'autres "décideurs" aixois sont allés dire à D. Dord qu'ils avaient quelques idées pour la réhabilitation des Anciens Thermes, celui-ci leur a répondu en substance: "'Chiche. Si vous aviez un projet ça m'arrangerait bien car aujourd'hui je ne vois toujours rien de concret". Les décideurs ont alors pris cela pour un encouragement et ont invité deux cabinets d'architectes de leurs relations à se mettre au travail. Mais quand ceux-ci sont venus présenter une esquisse de leur projet au député-maire, ce dernier se montra moins enthousiaste. Il est vrai qu'entre temps il avait quasiment promis à la SA Bouygues (à qui Vinci avait laissé courtoisement (!) la place) que c'est à elle que reviendrait l'honneur de réhabiliter les Anciens Thermes. Y compris, s'il le fallait, en modifiant le Plan Local d'Urbanisme. Ce qui fut fait. Exit donc le projet des décideurs aixois qui avalèrent la pilule amère sans trop protester.

Bilan de tout cela, LR de rien, le député-maire va parvenir à ses fins en enfumant tout le monde. Dans quelques jours ses béni-oui-oui de la majorité municipale vont lui signer un blanc-seing pour qu'il traite avec Bouygues. Et l'on peut même parier qu'il n'y aura aucun vote contre, les plus courageux (sic) se contentant d'une absence ou d'une abstention fort opportune. Et l'affaire sera pliée. C'est ainsi que cela se passe dans le Royaume d'Ubu-Dord.
Quant à l'opposition, elle aura alors un boulevard pour contester en justice ces arrangements immobilo-politico-financiers! Reste à savoir si elle empruntera ce boulevard ou si, comme elle a su si bien le faire jusqu'à présent, elle se réfugiera dans sa confortable Impasse du Renoncement.




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
bouyguesdordanciens-thermesaix-les-bainschevalleyvalvital