Ça déménage à l'office de tourisme

Un an et demi après son arrivée la directrice fait déjà ses valises


Est-ce le climat aixois qui ne leur convient pas ou bien sont-ce les difficultés relationnelles avec le président et son ombre qui créent le malaise? En tout cas, en quelques années, et si l'information est officiellement confirmée, ce sera le troisième directeur (ou directrice) de l'office de tourisme local qui s'apprêtera à faire ses valises.

Non confirmée officiellement par le président ou le vice-président de l'office, la nouvelle du départ éminent d'Evelyne Gasse de l'OT aixois aurait été annoncée ce lundi à certains membres du personnel. A l'origine de ce départ il y a très certainement des choix pas très judicieux mais aussi un très mauvais climat relationnel au sein de l'office. Il est vrai que Dominique Dord avait confié à la directrice, arrivée il y a tout juste un an et demi, quelques missions impossibles.

Côté animation et promotion, elle devait faire mieux que ses prédécesseurs (ce n'était pas très difficile) mais avec beaucoup moins d'argent. Les restrictions budgétaires l'obligeaient aussi à "faire le ménage" parmi les employés en place, ce qui ne facilitait ni son intégration ni l'adhésion des gens placés sous ses ordres. Et puis surtout, mission impossible de chez Impossible, Dord aurait voulu que la dame Gasse réussisse à faire la promo de ce fiasco annoncé qu'est la pitoyable Riviera des Alpes. C'était vraiment trop. Alors il se dit que depuis des mois la directrice envisageait d'aller voir sous d'autres cieux. Il se dit même que, par un courrier, elle aurait fait savoir au maire-président de l'OT qu'elle se sentait soudain une attirance pour des îles lointaines.


De source mairie, il se confirme qu'en cas de départ de la directrice (nommée voici seulement 18 mois) l'OT ne procèderait à aucun recrutement, puisque à compter de janvier prochain le tourisme devrait être la compétence de la communauté d'agglo agrandie à la Chautagne et à l'Albanais sous le nom de "Grand Lac". Qui dit nouvel office, dit nouveau directeur et un nom circule déjà!  Autant dire que le départ de la dame Gasse arrange bien tout le monde et surtout tous ceux qui n'avaient guère apprécié certains de ses choix ou comportements.

Si, comme on nous l'a laissé entendre, la directrice a elle-même programmé son départ pour les Antilles, cela explique peut-être aussi la grande poilade avec le projet de promotion de la Riviera des Alpes dont il a été question ici (voir notre mise en ligne du 5 juillet). Vues sous cet angle nouveau, les fameuses vidéos censées promouvoir la ville, son lac et ses environs, prennent d'un seul coup un tout autre relief. Rappelons que, à défaut de montrer des images d'Aix et de ses environs, ces vidéos d'une grande stupidité montraient surtout un couple dans des attitudes lascives (confer le fameux orgasme qui a tant fait sourire certains et fait grincer les dents de nombreux grincheux). Voilà donc qui, sous ce nouvel éclairage, ressemblerait à un ultime pied-de-nez aux élus. Du genre: "Vous aimez vendre du vent et bien en voilà du vent et pour très cher". On retrouvait le même foutage de gueule quelques jours plus tard avec une promotion de Musilac par la dame Gasse, promotion qui ressemblait à un mauvais gag mais que le daubé avait néanmoins repris mot pour mot et chiffre pour chiffre. Ah, les 862.000 euros (il ne manquait que les centimes) de prétendues retombées économiques!


 
Si tel était le cas, on pourrait dire qu'il s'agirait alors d'une sortie réussie. Sauf que, comme toujours, c'est le contribuable qui paie tout cela.


Il n'en reste pas moins que le départ de celle qui était censée redynamiser le tourisme dans le bassin aixois, comme l'avait chanté la presse papier enthousiaste, est un nouveau camouflet pour le grand baratineur aixois. D'autant plus que ce n'est ni Dord ni son ombre Frugier qui ont eu l'occasion d'annoncer la nouvelle. C'est dire si, malgré les apparences, bien des choses leur échappent dans le fonctionnement des institutions qu'ils prétendent diriger.
Quant au tourisme aixois, dire qu'il bat de l'aile et qu'il ne s'est jamais aussi mal porté, cela relève désormais de l'évidence. Et, aux lendemains d'un Musilac qui a déçu jusqu'à ses plus fidèles supporters,
ce n'est pas les cris d'enthousiasme d'une presse papier stipendiée qui changera la donne.


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
office-tourismeaix-les-bainsevelyne-gasse