C'est plus fort que lui, il faut toujours qu'il la ramène...

Dord en donneur de leçon de déontologie, fallait l'oser!


On s'en doutait, sa cure de silence et de décence n'aura pas duré très longtemps. Alors que ses semblables ont déjà commencé à s'étriller pour accuser le camp adverse d'avoir des responsabilités dans les attentats terroristes, l'ineffable Dominique Dord a trouvé un autre créneau pour faire parler de lui. Avec une quarantaine de ses compères de droite il s'est érigé en statue, non pas du commandeur, mais de gardien de l'orthodoxie journalistique. Et voilà ce que ça donne, confer un article du Parisien:



Certes, les médias ne sont pas toujours très regardants, certes dans le feu de l'action, si l'on ose dire, il est probable que ces télés ont manqué de retenue mais de là, comme le rapporte l'article, à les accuser de faire de la propagande djihadiste, il n'y a qu'un pas que l'ex-trésorier de l'UMP et ses complices semblent prêts à franchir. Et pourquoi ne pas interdire aux médias aux ordres de parler des choses qui fâchent, pendant qu'il y est notre grand moraliste aixois?

Quand on pense que c'est un type qui fait le gugusse à l'Assemblée (avec nos sous), en gesticulant et en s'énervant tel un pantin, un type qui prétend n'avoir pas vu s'envoler plusieurs dizaines de millions d'euros de la caisse d'un parti qu'il était chargé de surveiller, un type qui fait en sorte que les médias locaux soient à sa botte, un type qui sanctionne ou vitupère ceux qui seraient tentés de s'écarter de sa ligne, que c'est ce type là qui donne des leçons de déontologie à la presse, ça fout la gerbe, non?

Mais le pire reste à venir. Dominique Dord, le redresseur de tort, le donneur de leçons de morale, n'était même pas présent à l'Assemblée lors des débats et du vote sur la prolongation de l'état d'urgence. Pour preuve ce compte rendu publié par l'A.N.

Rappelons que pour ne pas être présent sur son lieu de travail, surtout quand des débats importants sont engagés à propos de l'avenir et la sécurité du pays, notre donneur de leçons de morale perçoit chaque mois près de 15.000 euros en salaires et indemnités diverses.
Ça (re)fout la gerbe, non ?


Opticon

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
dorddéontologieorthodoxiepresse