Terrorisme et Riviera des Alpes, la presse en accusation

Quand il ne reste plus que la dérision...



Suite à la perquisition qui a eu lieu dans le quartier de Franklin Roosevelt dans le cadre de l'enquête sur l'attentat islamique de Saint-Etienne-du-Rouvray:


... Nous nous attendions à recevoir de Dominique Dord le communiqué suivant:

C'est pas d'ma faute...

Il y a une semaine, avec mon compagnon d'arme Eric Cioti et 39 autres camarades de combat, je fustigeais l'attitude d'une certaine presse qui, en rendant compte sans retenue des attentats,
faisait l'apologie du terrorisme islamique. Mais cette fois-ci, c'est contre l'attitude de l'ensemble de la presse française et son irresponsabilité que je m'insurge.
Je n'épargnerai pas la presse locale, en particulier celle qui a dénoncé l'existence d'une mosquée clandestine à Marlioz dans un bâtiment appartenant à la mairie.

Je tiens à signaler aujourd'hui que, loin d'être clandestine, cette mosquée devait son existence à l'autorisation que j'avais donnée pour cette utilisation à la condition expresse que personne n'en sût jamais rien.
Mais la presse locale est souvent plus pernicieuse. Ainsi, elle n'hésite pas à publier de moi des photos qui me ridiculisent et tendent à me faire passer pour ce que suis, confer cette photo parue en mai dernier dans un dauphiné libéré que je croyais à ma botte:


Enfin, je ne manquerai pas de dénoncer l'attitude méprisante de la presse nationale dans son ensemble, laquelle presse, relatant la perquisition qui a eu lieu dans la ville que j'administre avec tant de dévouement désintéressé, a sciemment évité de préciser qu'Aix les Bains n'était pas qu'en Savoie et n'a pas précisé qu'elle était avant tout la capitale de la Riviera des Alpes.

Pour une fois que l'on parle d'Aix-les-Bains au niveau national, c'est une attitude que je qualifierai d'inqualifiable... Surtout quand je pense à tout cet argent que j'ai dépensé pour essayer d'imposer ce slogan ridicule, y compris avec un "Riviera des Alpes" en plus gros que le nom d'Aix les Bains sur des documents de propagande.

Cette discrimination des médias nationaux envers ma Riviera des Alpes est lamentable. Aussi j'entends saisir la commission de contrôle de la presse. Et si cet organisme n'existe pas, eh bien je signerai une proposition de loi pour l'inventer car l'heure est grave..

Fin de communiqué.

NDLR: Précisons que, en dépit des informations vraies qu'il contient, ce communiqué est totalement apocryphe. Face à l'attitude des élus qui, à l'image de notre Turlupin local, nous conduisent droit dans le mur et en chantant, il ne nous restera bientôt plus que la dérision.


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter