Humour et vacances: in-con-tournables !

Si l'humour est la politesse du désespoir...


... L
e daubé nous en fournit des illustrations chaque semaine!
Même si c'est involontairement...



Ce dimanche le dauphiné libéré de tout complexe, sous le titre « Nos cinq visites incontournables » nous propose une énumération surprenante ou n’apparaît qu’un seul site ( ?) vraiment public, les autres étant tous privés ou en passe de l’être. Quant à la qualité touristique de ces cinq « sites », qu’on en juge...

En un, les anciens Thermes. Le daubé oublie juste de préciser qu’ils sont (quasiment) vendus à Bouygues. Mais il précise que leur principal attrait touristique, à savoir les vestiges romains, sont désormais... interdits au public pour des raisons de sécurité!  Bonne visite quand même!
En deux, le Théâtre de Verdure. Quel est l’intérêt touristique de ce machin de béton construit dans les années cinquante et garni aujourd'hui de sièges en plastique ? On ne voit vraiment pas. A moins que son intérêt ne réside dans la plaisanterie du daubé qui prétend que ce théâtre aurait dû être couvert dans les années quatre vingt dix mais que ce projet est resté sans suite. Plaisanterie ou mensonge éhonté? Car ce n'est pas dans les années 90 qu'un maire a fait cette promesse non tenue mais c’est dans sa profession de foi, en 2001, que l’ineffable Dominique Dord avait promis de couvrir le Théâtre de Verdure. Il est vrai qu'il ignorait à ce moment là que le « monument » (sic) était la propriété de l’Etat qui le cèderait bientôt à la Société Valvital, laquelle finirait par le céder à la mairie car sans intérêt pour elle et trop cher à entretenir. Mais de cela le daubé s'est bien gardé de parler. Pour ne pas faire de peine, sans doute.
En trois, le Casino. Un bâtiment tout ce qu’il y a de privé et de lucratif pour ses propriétaires et où d'aucuns perdent des fortunes qu'ils n'ont pas. Comme dit l'autre, ça fout les jetons !
En quatre,
les palaces, qui n’ont pas tous été restaurés dans les règles de l’art et surtout qui sont tous des propriétés privées, non visitables
Et enfin, en cinq,
le château de la Roche du Roy, un bâtiment tout délabré et qui est une propriété totalement privée et non ouverte aux visiteurs pour cause de chantier.
Bref, quand on voit que notre BobardNews local n’a pas hésité, à propos de ces sites (sic), à parler de visites INCONTOURNABLES, on n’ose pas imaginer les autres merveilles (?) que la Capitale de la Riviera des Alpes réserverait à ses visiteurs.


On comprend mieux d’un seul coup la perplexité des commerçants aixois quand un touriste leur demande : « Qu’est-ce qui est intéressant à visiter à Aix les Bains ? ».

 

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter