Pourquoi mettre notre grain de sel?

La presse, les politiciens et les électeurs, rien ne va plus!

POURQUOI SAMIZDAT?

Le mot russe samizdat se traduit par auto-édition. Ce mot est utilisé par dérision envers le Gosizdat qui signifie: les "Editions d'Etat" officielles du régime. Ceux qui ont pris en charge notre pays par une fraude institutionnalisée, par un système inique, s'acharnent contre les citoyens qu'ils rendent responsables de toutes les misères humaines alors que ce sont eux les misérables. Nos pitoyables "élites" font injure à l'intelligence des gens qui travaillent dur pour leur payer leurs  ''avantages acquis'' -par le simple fait qu'ils se les octroient- . Nous, ici, nous refusons de nous adapter à une société malade par leur action.

Nous croyons à la vertu des petits peuples et à la vertu du petit nombre. Pour nos enfants et petits enfants nous n'avons pas le droit de laisser notre pays entre les mains de ceux qui s'acharnent à le détruire.

LES "RESPONSABLES": LA PRESSE, LES POLITICIENS, SANS OUBLIER LES ÉLECTEURS.

La presse- A qui appartient la presse? La quasi totalité des médias sont réunis dans une vingtaine de grands groupes propriétés de riches industriels qui font fortune dans des domaines bien éloignés de la presse. Cette presse dégoulinante de pensée unique est en train de disparaître et leurs propriétaires font payer les pertes par les contribuables au moyen de subventions.

Les politiciens- Mettre un bout de papier avec un nom dessus dans une boîte, avec la satisfaction du devoir accompli, est peut-être une fierté "citoyenne" pour beaucoup. Ce geste qui est dit "démocratique" n'est qu'une adhésion sans condition, à la mascarade électoraliste sur fond de populisme, de tous ces prétendants au trône qui, diplômés es mensonges, se moqueront de leurs électeurs, une fois le cul assis dans le fauteuil convoité. Notre pays avait un patrimoine envié, des valeurs, son prestige rayonnait à travers le monde. Il a été détruit par des magouilleurs, des escrocs, des opportunistes, des arrivistes sans foi ni loi.Tous responsables mais pas coupables. Ils ne savent rien, ne sont fautifs de rien, ce sont les autres. Il n'y a plus de barrières entre justice et pouvoir. Par le passé il y avait le roi, la cour et les manants, aujourd'hui nous avons le président, les ministres, les hauts fonctionnaires et les prolétaires... Le résultat est le même, sauf qu'on sait comment à fini le roi...

Les électeurs- Les électeurs ont oublié que ces gens-là ne sont grands que parce qu'eux-mêmes sont à genoux en attendant que ceux-là règlent leurs problèmes. Ils ne régleront strictement rien, parce que le problème, c'est eux. Les dettes ne sont pas celles des peuples, mais celles des états et de leurs élites politiques. Il faut leur rappeler que c'est nous qui les payons, ils doivent nous rendre des comptes.

ANTIPARLEMENTARISME? Certainement pas. Notre souhait c'est d'avoir des représentants qui servent sans se servir. Beaucoup le font, mais ceux là ne sont que très peu présents dans les médias qui ne sont que dans le ''buzz'' et l'info abrutissante et inutile! Les vrais problèmes étant rarement abordés. Nos "élites"" politiques, médiatiques ou du show-biz ne lâcheront rien. Depuis des lustres ils occupent tout le terrain, tous les postes, et se gavent avec l'argent public. On sent qu'ils commencent à s'affoler, nul doute que certains vont devenir dangereux pour le peu de démocratie qui reste.

UN EXEMPLE POUR TERMINER- Notre grand journal d'investigation, le Dauphiné Libéré, nous a offert le 23 septembre une grande page sur le président du Conseil Départemental qui est sur tous les fronts.(De la campagne présidentielle! Pas du chômage, du terrorisme, de la dette, etc...)  De ce roman photo nous ne retiendrons que deux choses:

1- A la question: ''Vous êtes coordinateur du projet d'Alain Juppé''. Il s'agit bien sur de la présidentielle qui a lieu dans neuf mois! En toute simplicité, sans être contredit, comme si tout ceci était normal, il répond: ''Trois jours par semaine je suis à Paris... et dans le reste du pays.'' Vient ensuite la liste de ce qu'il a à faire comme coordinateur de la campagne. Il est donc tout à fait normal pour lui de passer trois jours par semaine à faire campagne pour Juppé aux frais des contribuables. On ne l'a pas entendu dire que trois jours par semaine il abandonnera ses indemnités de député ou de président du Conseil Départemental.

2- Le brave garçon nous reprend le concept de ''L'identité heureuse'' du repris de justice Juppé. Comme toutes nos "élites", il considère que les Français ont peur! (Terrorisme, climat, etc...) Non, ils n'ont pas peur, ils en ont tout simplement marre de leur classe politique!

B.F.


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter