Nos élus et Clipsol: courage, fuyons!

Clipsol se meurt, merci à nos élus locaux!


Dord et le cumul des mandats. Rappel.

Pourquoi cette entrée en matière? Parce qu'elle a un lien avec le désastre Clipsol.

  • ''On ne peut pas tromper l'électorat.'' Venant d'un professionnel en la matière, on est pris de fou-rire. 
  • ''Il en résultera une déperdition de temps et d'énergie entre le maire, le président d'agglomération et le député pour assurer une réelle concertation des élus.'' A l'époque d'internet! Décider de toutes les folies locales tout seul, en étant certain d'avance du vote des béni-oui-oui qui feront payer les énormités par les autres, fait effectivement gagner du temps à la procédure. Les systèmes totalitères ont bien compris ça.
  • ''On aura affaire à des candidats hors sol et à des parachutages. Les élections législatives risquent d'être le jeu des partis.'' Là, on se pisse carrément dessus! On assiste depuis 40 ans à toutes les conbinaziones mafieuses possibles de leur part.
  • ''Il serait plus opportun de prévoir un durcissement du dispositif de plafonnement.'' Il suffit d'appliquer le code général des collectivités territoriales ''les fonctions de maire, d'adjoint et de conseiller municipal sont gratuites.'' Pour mémoire, en 2009, le coût des élus municipaux a été de 1,2 milliard d'euros. Que notre maire donne l'exemple et exige la même chose de ses disciples.
  • Nous avons là l'argument imparable: ''Pour faire avancer les dossiers, il faut pouvoir porter sa voix à Paris!'' On touche au sublime! Encore faut-il ne pas passer son temps à l'assemblée nationale à sortir des galéjades dignes de l'almanach Vermot des années 50.
  • ''Je pense par ailleurs que les aixois sont attachés à avoir un député-maire.'' A part le maire, qui dit ça? C'est peut-être le résultat d'un sondage, selon la méthode des quotas, effectué auprès des élus de la majorité? Le maire devrait parfois délaisser sa cour pour se mêler au peuple, il entendrait un autre son de cloche.

Clipsol. Ce qu'en disaient nos élus du Conseil Départemental et du Conseil Général.

Conseil Départemental. (à l'époque UMP): 

''Depuis longtemps, la Savoie a fait le choix de promouvoir les énergies renouvelables s'appuyant sur la présence d'acteurs économiques comme Clipsol. Elle est aujourd'hui le département pilote en matière d'énergie solaire.''

Conseil Régional. (à l'époque PS):

''Depuis de nombreuses années, le Conseil Régional a mis en place une importante batterie de mesures pour soutenir les particuliers et les collectivités qui font le choix des énergies renouvelables, participant ainsi au développement de Clipsol et faisant de la région Rhône-Alpes la région solaire phare de France.''

Un ancien ministre est même venu chez Clipsol pour que: ''Les énergies, l'intelligence et les innovations des travailleurs qui se situent à la base soient reconnues, respectées et considérées.'' Il faut dire que c'était en 2011 et qu'il envisageait de se présenter en 2012! Grands causeux, petits faiseux!

Clipsol ou la mort promise d'un fleuron de l'industrie aixoise. (Comme titre un journal local.)

Cette belle entreprise locale pionnière de l'énergie solaire à subit ce que nombre de nos petites et moyennes entreprises subissent. La recherche et le développement coûtent très cher et à la moindre petite crise l'argent vient à manquer. Les banques sont aux abonnés absents, n'est-ce pas monsieur Macron? Il est tellement plus facile de gagner des milliards en quelques clics en jouant sur les dates et les valeurs des monnaies que de soutenir nos industries. Ce jeu de roulette truquée est d'autant plus facile que si la banque perd un gros paquet d'argent, il suffit d'appeler les élus qu'ils ont mis en place pour se faire renflouer par les contribuables. Qui va s'intéresser à Clipsol? Et bien EDF-SUEZ. Ce monstre dirigé par des énarques copains de nos politiciens. Il est à noter que c'est sous le gouvernement Fillon avec à l'écologie l'ineffable NKM. (Celle qui trouvait dans le métro un lieu de charme où l'on pouvait vivre dans des moments de grâce!) Ce qui devait arriver arriva. Après peu de temps les cerveaux à la tête d'Engie se sont désintéressés de l'affaire et les licenciements ont commencé. Début septembre un repreneur potentiel jetait l'éponge. La quarantaine de salariés encore présents vont être fixéx sous peu. C'est inexorable.

Dans cette affaire, quelle a été le rôle de nos élus locaux?

Le 9 juillet 2015, une manifestation des employés de Clipsol part des Cambaruches pour se rendre à la mairie d'Aix les Bains pour être reçue à 11 heures par le député-maire. Sur place la police municipale et des policiers armés et en civil attendent les dangereux terroristes qui doivent bien être une bonne trentaine.


On ne critique pas, on constate! On était sur place. A 10h47, on voit le premier adjoint quitter le parking de la mairie, suivi à 10h49 par le député-maire! Troublant. Sans doute prévenus de l'arrivée imminente de la manif à la mairie par la police municipale. On se dit qu'ils ont eu peur d'affronter la horde sauvage assoiffée de sang prête à prendre la Bastille. Vers midi, la manif se disperse, seuls restent les syndicalistes. Vers midi trente le député-maire, après la dispersion, revient pour recevoir les délégués syndicaux. Tout se passe donc entre ''partenaires sociaux''. 

Dans la presse, nous avons pu lire à propos de cet entretien:

"Le député s'est engagé à s'entretenir avec les responsables du groupe Engie pour demander le maintien de l'activité de la société aixoise et de prévoir des mesures sociales de reclassement pour le personnel licencié.'' De toute évidence le cumul des mandats n'a servi à rien!

C'est Bernadette Laclais qui a organisé et rencontré les représentants d'Engie et le préfet.

Mais il y a encore mieux, il a promis ''D'écrire à Ségolène Royal.'' !!!!!!! Ministre de l'environnement et de l'énergie!

Extraordinaire! Qui peut attendre quelque chose de cette brillante énarque entrée en bravitude, à part ceux qui veulent se débarrasser d'un problème?

Que pèse la sort des salariés de Clipsol et de leurs familles à côté du travail que demandent les campagnes électorales et l'abattage des arbres pour faire place au bétonnage?




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter