''Main basse sur la ville''

Ce film n'a pas pris une ride!


En ce moment passe sur le câble ou le satellite, le film:

''Main basse sur la ville.'' A voir et à revoir.

Superbe film de Francesco Rosi. Toujours d'actualité! Il date de 1963! 53 ans! Rien n'a changé, c'est même pire.

 Photo extraite du film.


Pauvre Maximilien de Béthune, duc de Sully. 

Aujourd'hui nos politiciens professionnels ont pour devise:

'' Abattage, bétonnage, pose de première pierre et inauguration.''  sont les quatre mamelles de la France. 

S'il fallait retenir une phrase de ce film, ce serait celle-là:

''En politique le seul péché c'est d'être battu!''


Mais attention aux inaugurations et poses de premières pierres! Toutes ne se ressemblent pas!

Il y a les flamboyantes.



Celles qui vous posent un élu! Celles qui permettent de se prendre pour le ''meilleur'' d'entre tous! Celles qui vous propulsent à un emploi d'élu à vie par les ''ploucs'' d'électeurs. Celles qui font croire que l'on est autre chose que ce que l'on est: un professionnel de la politique.

Mais ça, c'était avant! Avant que la supercherie de ''l'allée promenade'' ne saute aux yeux de la population qui s'aperçoit, ébahie, de la monstruosité de la ''chose''!


Il y a les vraies! Comme à Lafin! Celles qui ramènent les choses à leurs justes valeurs. Le néant!



Celles où les gens s'expriment! On caillasse, on tague, on insulte les ''officiels'' venus faire leur discours auxquels plus personne ne croit. En dehors de leur cour, ils sont autant méprisés qu'ils méprisent ceux qui les ont fait rois. Dur retour à la réalité et à la vraie vie, celle que les élus ne veulent pas voir! (Plus de 80% du peuple ne fait pas confiance aux politiciens professionnels.)


Et on entre dans la dernière phase! Celle qui permet d'occulter tous les problèmes. 

 


On va poser dès potron-minet, en catimini, sans annonce dans la presse et sans témoin, une première pierre dans un ''quartier difficile''! On reste courageusement dans l'entre-soi, des fois qu'il y ait des énervés du petit peuple qui viennent passer à la plume et au goudron quelques politiciens.

BF

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter