La reconnaissance de l'incompétence, clef de voûte de la vie politique locale

Moralité: y a plus d'moralité !


En mars 2001 une « nouvelle » équipe s’installait à la mairie d’Aix les Bains et, entre autres promesses fallacieuses, annonçait un avenir radieux pour le tourisme. Dominique Dord, président de droit de l’office de tourisme et du thermalisme nommait Michel Frugier vice-président de cet OTT pour le seconder à ce poste.


Seize ans plus tard le bilan est éloquent.
En seize ans la Ville a perdu plus de 100.000 curistes cumulés, soit plus de 2 millions de nuitées (ça en fait des recettes en moins!). Les Thermes nationaux, qui appartenaient aux contribuables, ont été bradés au privé et la Ville n'exerce plus le moindre contrôle dessus. Plus d'une trentaine d’hôtels ont définitivement fermé leur porte à mesure que les touristes se faisaient moins nombreux. Le nombre de meublés a été divisé par deux. Le camping du Sierroz a été amputé d’un tiers de sa surface, l’Alp’Aix a disparu tout comme le modeste camping du Petit Port. On n'ose plus compter le nombre de commerces (dont beaucoup étaient tributaires de l’activité touristique) qui ont tiré le rideau. Le Centre des Congrès est totalement vide 95% de l’année et n’accueille plus que des manifestations secondaires. Les accès aux Bords du Lac, traditionnellement destinés au tourisme, ont été bétonnés pour le seul profit des promoteurs. Dans le même temps, l’Office de Tourisme (au budget démentiel) a dépensé près de 100 millions d’euros dans on ne sait trop quoi. La dernière campagne de promotion autour du ridicule slogan, Riviera des Alpes, a coûté près de 200.000 euros et elle a fait s’esclaffer le peu de gens qui l'ont vue et a quasiment indigné les ligues de vertu. Malgré cette débauche de moyens financiers, la fréquentation touristique n'a cessé de dégringoler. Alors, pour couronner ce désastre....

... Dominique Dord vient de nommer Michel Frugier (à gauche sur la photo du DL) nouveau directeur du tout nouvel Office Intercommunal de Tourisme. Il sera assisté dans cette mission par le fonctionnaire qui a eu la haute main sur les finances de l’OTT depuis 16 ans.

Moralité : On ne change pas une équipe qui perd!

Surtout quand elle perd avec autant de constance. Bon courage (et surtout beaucoup d'abnégation) aux communes qui viennent de rejoindre la CALB dans Grand Lac et vont être désormais associées à la suite de la mésaventure touristique.

Ah, un dernier détail: le nouveau président de l'Office intercommunal du Tourisme est aussi, depuis des années, le président de Savoie Grand Revard. Sous cette présidence ce site "touristique" a cumulé les mauvais résultats. Il enregistre cette saison un nouveau déficit record avec moins cinquante pour cent (-50%) de fréquentation!
Pas grave. Le déficit financier, soit un peu plus d'un million d'euros rien que pour cette année, sera comblé, comme c'est prévu, par... Par les contribuables locaux! Y compris, désormais, par les habitants de Motz ou de Serrières-en-Chautagne, eux qui ne montent jamais au Revard et qui
ne s'attendaient sans doute pas à une telle farce. Et cela ne fait que commencer, le pire restant à venir avec un projet d'investissement complètement démesuré qui semble négliger la partie "aixoise" du site (le Revard) au bénéfice de la Féclaz... qui relève de Chambéry-Métropole. 


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter