Le mystère qui entoure la déclaration de patrimoine de Dominique Dord

Problèmes récurrents d’informatique ou souci de protéger un député en mauvaise posture ?


En consultant, comme c’était leur droit et même leur devoir, la déclaration de patrimoine de Dominique Dord, quelques citoyens aixois avaient été étonnés d’y constater une notable différence entre le patrimoine supposé du député de la 1ère circonscription et celui qu’il avait effectivement déclaré à la HATVP (haute autorité pour la transparence de la vie publique). Pour en avoir le cœur net, ces citoyens avaient pris la plume et avaient demandé à la HATVP de s’assurer du bien fondé des déclarations du député Les Républicains. On ne sait jamais. Un oubli est si vite arrivé. Pour preuve, le chouchou de Dord, François Fillon, avait bien oublié, selon le Canard enchaîné, de déclarer à la HATVP un « prêt » de 50.000 euros. C’est vrai que quand on brasse autant d’argent sur ses comptes, 50.000 euros de plus ou de moins ça passe vite inaperçu.

Depuis ces courriers, les citoyens aixois n’avaient plus eu de nouvelles de quiconque. D’où leur surprise en découvrant en ce début d’année que Dord avait transmis à la HATVP une nouvelle déclaration de patrimoine. Confer cet extrait du site de la HATVP :

Ainsi, il apparaît que Dord avait fait une première « déclaration de situation patrimoniale » le 10 juillet 2015 et que, quinze mois plus tard, le 21 octobre 2016, le même député Dord a produit une « déclaration de modification substantielle de situation patrimoniale ».

Qu’avait-il bien pu se passer entre le 10 juillet 2015 et le 21 octobre 2016 pour que Dord se sente obligé de faire une déclaration de modification substantielle, c’est à dire importante.

C’est ce que l’on a tenté de découvrir. Et le mystère s’ajoute au mystère...

Pour consulter la déclaration de patrimoine d’un parlementaire il faut demander audience à la préfecture qui fixe alors un rendez-vous. Courant janvier nous tentons d’abord de contacter le service au numéro indiqué et tombons sur un répondeur. Avec persévérance nous parvenons quelques jours plus tard à obtenir une interlocutrice qui nous répond, très aimablement, que le directeur du service étant en vacances, elle ne peut pas nous fixer un rendez-vous et qu’il faudra rappeler.
Fin janvier nous rappelons et un rendez-vous nous est proposé pour le 15 février. On va enfin savoir. Le 15 février, deux heures avant le rendez-vous, notre interlocutrice de la préfecture nous annonce que le rendez-vous est annulé. Motif, explique-t-elle : « un bug informatique ». Elle promet de nous rappeler dans la semaine pour fixer un autre rendez-vous.
Faute d’avoir été rappelés, c’est nous qui rappelons la semaine suivante.
  Chaque fois nous tombons sur un répondeur sur lequel nous laissons un message resté sans réponse.
La semaine suivante nous parvenons à joindre notre interlocutrice qui nous déclare que son directeur n’étant pas disponible elle va essayer de le contacter pour fixer un rendez-vous le plus rapidement. Et qu’elle nous rappellera. Mais elle ne nous rappelle pas. Ce mercredi matin, nouvel appel à la préfecture. Notre interlocutrice décroche. Cette fois le directeur n’est pas loin, est-ce que le rendez-vous va enfin pouvoir être fixé? Eh bien non, nous répond-elle car « Je suis désolée, il y a encore un problème informatique ». Et la dame, appa
remment bien embarrassée, n’est pas en mesure de nous dire quand ce problème sera réglé. Et donc, pas en mesure de nous fixer un rendez-vous. Deux mois que ça dure. Et, là, ça commence à faire beaucoup...

L’alternative est donc la suivante : soit il y a à la préfecture une direction non seulement incapable de mettre du personnel pour répondre aux demandes légitimes des citoyens mais, de surcroît, incapable de régler un problème informatique qui dure depuis quatre semaines ! Et, au prix où ces gens sont payés, il faut vite mettre de l’ordre dans tout cela. Soit il y a quelqu’un qui fait obstacle à ce que nous puissions consulter la nouvelle déclaration de patrimoine de Dord, avec ses modifications si substantielles. Et il faut vite savoir pourquoi.

Bon, on ne voudrait pas paraître paranos, mais le lecteur déduira de lui-même vers quelle option nous penchons. Allez, il ne nous reste plus qu’une solution : demander à Dominique Dord qu’il prenne l’initiative de publier lui-même sa déclaration de patrimoine.
Pour un homme si transparent et irréprochable, ce ne devrait pas être une difficulté. Après tout, le même exige bien que les futurs utilisateurs de la déchetterie lui fournissent la « déclaration de leur patrimoine automobile », preuves et documents à l’appui.. !


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
dordfillonprêtpatrimoinehatvppréfecturebug-informatiquecanard-enchaîné