Coucou les revoilou, nos homos politicus parasitus!

Les vautours migrateurs sont de retour.

Comme tous les printemps électoraux, les néophrons percnopterus (Ou vautours migrateurs.) arrivent en groupe sur le marché aixois le samedi matin.
L'attaque est bien rodée depuis 16 ans! Vol au dessus d'un nid de cocus!

L'escadrille survole l'objectif, puis chacun plonge en piqué redoutable sur les commerçants et les chalands. Impossible d'y échapper! Et je fais la bise, et je tutoie, et je grignote un peu de saucisson par ici, un peu de fromage par là, un petit coup de blanc et au revoir Thérèse, je vous laisse, je passe au suivant! Bonjour Martine, votre reblochon est magnifique! Mais monsieur le député, c'est pas du reblochon, mais de la tome des Bauges! Des Bauges? Mais c'est où les Bauges? Mais madame , je plaisante, je sais bien que les Bauges sont dans l'avant pays savoyard!  On exagère à peine! Et la clique et la claque qui suit l'artiste de s'esbaudir. Il y a même sur place un gugusse avec un appareil photo équipé d'un téléobjectif qui permettrait d'avoir en gros plan un pou dans la tignasse d'un vieux chômeur rayé des listes! Deux mondes que tout oppose se croisent.

Ce n'est pas rien! C'est un déplacement ''professionnel''! Les producteurs ont signé une charte les engageant à ne pas dépasser 20% de marchandise non produite dans leurs exploitations. Il parait que le député-maire-président-candidat met au point une charte interdisant aux politiciens professionnels de dépasser 20% de mensonges et de promesses non tenues. C'est pas gagné.
Tout ceci est surnaturel. Voilà des gens dont les partis sont au pouvoir depuis 40 ans, donc responsables de l'état du pays, mais qui viennent encore solliciter les suffrages pour sortir le pays du désastre dans lequel ils l'ont mis!

Tous ces prétentieux ne sont pas fiers. On n'aura jamais vu des gens tout rater avec autant d'obstination.

Et on assiste au pire! On voit des gens les remercier, alors que ça devrait-être le contraire! C'est le monde à l'envers. Ce sont les élus qui nous doivent des comptes.

Stratégie? Subterfuge? Les trois larrons, le député-maire-président, le premier adjoint et la deuxième adjointe ne draguent pas dans la même allée! Le filloniste fidèle au roi des costards ne se mêle pas avec le premier adjoint soutien d'un repris de justice et la deuxième adjointe, qui préfère celui qui représente le renouveau en politique, Bêêêrou!

A noter le profil identique des individus: ils cumulent et n'ont jamais travaillé ou si peu.

Et il faudrait leur faire confiance? Autant donner à Dutroux la direction d'un pensionnat de jeunes filles! Une seule chose est certaine, les élections passées, ils retourneront tous bouffer dans la même gamelle remplie par les contribuables.

On attend avec impatience le passage de relais Dord-Beretti à la mairie. On va rigoler!

Imaginons que notre catastrophique député soit réélu et qu'il abandonne la mairie si le non-cumul des mandats s'applique enfin. (Ce qui peut encore changer.) Beretti, l'adoubé de service, va se retrouver à la tête du grand foutoir aixois. Et là, ses ennuis vont commencer.
A chaque changement de maire, le nouveau augmente les taxes en accusant son prédécesseur d'avoir mis la ville sur la paille. L'année suivante il fait campagne en disant: '' Je n'augmente pas les impôts, moi!''

C'est le double effet ''Kiss Cool'' qui s'apprend dans toutes les bonnes écoles d'enfumage politique. Dord l'a utilisé. En 2002 il a augmenté les taxes de 25%. Depuis, à chaque élection, il se vante de ne pas augmenter le taux d'imposition. Mais il ne dit pas qu'en tant que député, il augmente la base d'imposition.

Notre Beretti, il est coincé et bien coincé! Il ne peut pas mettre en cause son prédécesseur dont il était le premier adjoint!

La ville est passée de 26 000 habitants à 30 000 habitants! 4 000 habitants de plus, ce n'est pas rien.

Personne ne s'est soucié de ce qu'impliquent ces 15% d'habitants supplémentaires. 

De nouveaux moyens sont nécessaires, il faut des écoles, des crèches, des gymnases, des centres de santé, renforcer la sécurité publique, plus d'agents de la fonction publique, des zones sportives, des espaces verts, des transports en commun, des voiries, des parkings, adapter les traitements des eaux, etc... (On ne parle même pas de salle des fêtes! Grande spécialité dordienne.)

Avec quel argent? Notre patrimoine a été bradé. Ce sont les entreprises qui fournissent le gros des taxes et non les logements. Or elles ont quitté la ville. Et pour beaucoup grâce à Dord qui multiplie les zones industrielles, artisanales et commerciales dans les communes limitrophes qui, elles, raflent la mise. (On ne parlera pas de la laideur des entrées de nos villes et villages.) Nous retrouvons là, le même ''système'' attrape-voix que les réserves parlementaires, la distribution des subventions et les articles de la presse papier locale.

Le retour de bâton risque d'être terrible pour notre premier adjoint! Déjà que sur le marché il nous donnait l'impression de se traîner et de ne pas être d'un grand dynamisme. Il va falloir qu'il se réveille.

Mais on sait comment tout ceci va se terminer, et il n'y a pas lieu d'être optimiste: par des taxes, des impôts et des emprunts supplémentaires!

Que peut-on attendre de la classe politique actuelle? Rien de bon, parce qu'ils y trouvent leur intérêt et que leur avidité est sans limite.

BF 




  

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter