Inscription aux déchetteries: au mieux, une belle connerie, au pire, encore un fichage de la population!

Suite à l'article du 9 mars 2017 titré: un citoyen révèle l'absurdité de nos élus. (Plus de 1 600 visites)


Rappel:
pour s'inscrire à la déchetterie ce citoyen avait remis à Grand Lac:
-  Le formulaire d'inscription.
-  Deux justificatifs de son adresse.
-  Une copie de la carte grise.

Sur ces documents, tous les renseignements autres que le nom, l'adresse du citoyen et le numéro du véhicule avaient été floutés.
La suite n'est pas triste.

A la fin du formulaire d'inscription nous pouvons lire que l'on peut s'opposer au traitement des données, c'est écrit aussi petit que les réserves que l'on peut lire sur les contrats d'assurances. (Le piège classique.)

Le 11 mars, ce citoyen a donc fait parvenir ce courrier à Grand Lac


Ce courrier précisait que ni le site grand lac, ni le formulaire d'inscription ne respectaient la nouvelle loi pour une république numérique du 07 octobre 2016.
Soit 7 points de motifs légitimes permettant de s'opposer au traitement de données.

Sans réponse, un second courrier est envoyé en LR/AR à Grand Lac.


Ce courrier rappelait celui du 11 mars 2017, il récapitulait les éléments dont disposait déjà Grand Lac et demandait à être averti par courrier de son inscription, ce citoyen ne désirant pas donner son adresse courriel à l'administration.
Ce courrier est encore resté sans réponse!


Le citoyen se rend à Grand Lac pour savoir s'il est inscrit. On l'envoie sur place pour vérifier. Il se rend dans une déchetterie le 12 avril 2017 pour vérifier son inscription.

En trouvant une déchetterie fonctionnelle, il a pu entrer. Il est allé s'adresser à une brave jeune fille, charmante au demeurant, pour demander s'il était inscrit ou pas. (Seul le premier accès fonctionne si l'on n'est pas inscrit.) Impossible d'avoir la réponse. Elle ne pouvait pas vérifier si l'inscription avait été effectuée au siège! Sur place, on pouvait s'inscrire, mais pas savoir si on était inscrit. Elle a néanmoins noté le numéro du véhicule et le nom pour vérifier. (A noter qu'autant la jeune fille était cordiale et professionnelle, autant les gilets fluo qui l'entouraient devenaient limite menaçants. Visiblement ce citoyen emmerdait avec ses questions en ne voulant pas faire comme tout le monde.)


Toujours sans nouvelle, le citoyen se rend à Grand Lac le 28 avril 2017.

Il redemande pour la énième fois s'il était bien inscrit. Très bien accueilli on lui dit qu'il aurait dû recevoir un mail d'inscription. En répétant que Grand Lac n'avait pas son adresse mail, il demande si quelqu'un pouvait le renseigner. Une très gentille jeune fille arrive donc du fin fond d'un couloir pour demander le nom et le numéro d'immatriculation de ce citoyen. Elle revient avec un grand sourire: " Oui, monsieur, vous êtes bien inscrit." Effectivement depuis ce jour il peut accéder aux déchetteries. Ah, si l'on pouvait remplacer tous ces élus et tous ces cadres fonctionnaires planqués par ces jeunes filles, que ce monde serait plus efficace et plus facile à vivre!

Ainsi donc, ce citoyen a appris le 28 avril 2017 qu'il était inscrit pour un formulaire d'inscription déposé le 8 mars 2017! Ouf, que de temps et d'argent perdus, pour les citoyens et les services de Grand Lac!''

Mais le plus grave n'est pas là!
Ce citoyen n'a donc remis à Grand Lac que son nom, son adresse et son numéro de véhicule, et rien d'autre! Et il a été inscrit!
Pourquoi, alors, l'administration (les politiciens?) demandait-elle autant de renseignements sur la vie privée des citoyens si la simple donnée du nom, de l'adresse et du numéro du véhicule suffisait?
On imagine deux réponses possible à la question:
1- Le ridicule ''pourquoi faire simple quant on peut faire compliqué'' cher à nos administrations.
2- Mises en place de méthodes dignes de la Stasi.

Le Président du Praesidium du Soviet Suprême de Grand Lac devrait pouvoir répondre à cette question. Après tout, il n'est que notre salarié et il nous doit des comptes!

BF








 

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter