Dord peut-il perdre cette élection?

Certains médias ne sont pas loin de le penser

Dominique Dord peut-il perdre cette élection législative que tout le monde croyait imperdable? Il se trouve de plus en plus de gens pour penser que sa victoire est loin d'être acquise. Même si elle-même ne semble pas trop y croire, la candidate En Marche est présentée, y compris dans la presse nationale, comme la vraie challenger du député sortant. Un député sortant que certain aimeraient voir en député sorti.
Voici ce qu'en pense le site "daixcryptage" qui fournit au passage une information pas inintéressante.

B.F.


Marche avant, marche arrière...

Pour un candidat qui manque encore... d'instruction!
 

Avant-propos :

C’est une affaire qui traîne sur le bureau d’un juge d’instruction chambérien depuis l’été dernier. Une affaire qui pourrait valoir à notre saltimbanque local d’être entendu, voire d’être mis en examen comme un quelconque F. Bayrou, lui-même poursuivi pour diffamation avant d’être nommé Garde des Sceaux. Après de longs mois de réflexion, ce juge vient de commencer ses premières auditions. La justice savoyarde a été très prudente. La première audition aurait dû avoir lieu en avril dernier. Elle a été reportée à ce mois juin. Un répit. Le premier justiciable auditionné par ce juge a mis en cause le député-maire d’Aix-les-Bains à travers un document accablant qu’il avait rendu public. Logiquement, Dominique Dord pourrait être la prochaine personne à être entendue par le magistrat. Les élections législatives seront alors derrière lui. Une affaire à suivre.

Et maintenant, comme promis, revenons à la campagne législative à travers la profession de foi de notre saltimbanque.
 
Ça commence très fort avec ses trois prétendues qualités qu’il entend mettre en valeur « loyauté, expérience, confiance ». Défense de rire !
Loyauté ? Tous ceux que Dord a trahis ou abandonnés (à Aix, de Ferrari à Grosjean, ailleurs, de Millon à Sarkozy) sont là pour en témoigner. Son expérience de député godillot ? Sans doute celle du saltimbanque qui faisait rire l’assemblée avec ses sketches ! Et son indépendance ? Laissez nous rire. Ce type est passé par toutes les chapelles pour se faire élire, du Parti Républicain à Les Républicains en passant par le RPR, l’UMP et autres, tour à tour milloniste, madeliniste, villieriste, raffariniste, sarkosiste, filloniste et aujourd’hui indépendant...iste ? Et demain macroniste derrière son copain Philippe ?

En page 2, c’est l’artillerie lourde. Sa suppléante serait « atypique ». Atypique cette cumularde, mairesse, vice-présidente de Grand-Lac et vice-présidente du conseil départemental et demain députée-suppléante ? Mort de rire.
Ensuite il se qualifie de « patriote » (tiens, tiens, comme le FN) et rappelle qu’il est colonel de réserve. Mais il oublie de dire que cet « aviateur » n’était qu’un gonfleur d’hélice, un planqué au sol, qu’il n’a gagné ses barrettes qu’à l’ancienneté, dans le civil, et qu’il n’a jamais participé à la moindre opération militaire. Avec des patriotes comme ça, elle n’est pas gagnée « la guerre qui nous a été déclarée par le terrorisme ».
Un mensonge de plus quand il écrit plus loin qu’il n’aurait « strictement pas » augmenté les impôts à Aix depuis 16 ans. Sur le site officiel du ministère des Finances on peut pourtant vérifier que ces taux sont passés de 11,39% (TH) et 20,24% (TF) en l’an 2000, à 13,77% et 25,04% (soit plus 25%) en 2015. Ce qui fait que l’impôt local moyen par habitant, dans le même temps, est passé de 344 euros à 610 euros, toujours selon le ministère. Soit une augmentation de 77%, sans compter les taxes additionnelles (eau, électricité..)
Le papier ne refusant pas l’encre, Dord prétend encore avoir sauvé le thermalisme aixois qui serait « reparti à la hausse ». En oubliant qu’entre 2001 et 2010 il a fait dégringoler la fréquentation annuelle de 37.000 à 25.000 et qu’elle n’a toujours pas repassé la barre des 30.000 alors qu’en 2001 il en promettait plus de 40.000.
Enfin, on ne résistera pas à ce morceau de bravoure quand il écrit que « notre endettement est insupportable et nos déficits continuent de l’aggraver ». Mais qui c’est qui a voté depuis vingt ans tous les budgets en déficit, y compris pendant les 10 ans sans interruption où lui et ses amis étaient au pouvoir ? Il ne s’en souvient plus ?
Bref, à le lire, ce n’est ni pour un homme loyal, expérimenté et indépendant qu’il faudrait voter dimanche mais pour un amnésique. Ça tombe bien, ses électeurs le sont aussi.

Conclusion :

Ce dimanche, en dépit des avertissements sur cette pseudo démocratie qu’on est en train de nous vendre, des citoyens vont aller voter estimant ainsi « faire leur devoir ». C’est un choix.
Alors, tant qu’à choisir, autant choisir le moins pire.
Il semble de plus évident que les tripatouilleurs de la République en Marche ont tout fait, ici comme dans bien d’autres circonscriptions, pour ne pas trop gêner le député sortant, lequel, comme il l’affirme dans sa profession de foi, a pu compter sur « un réseau d’élus, un réseau d’amis », au sein cette REM hétéroclite et ramasse-tout. Aucun de ses adversaires ( ?) de gauche ou d’extrême droite, n’ayant la moindre chance de l’emporter, il paraît dés lors évident que le match va quand même se jouer entre les deux candidats macron-compatibles, l’officielle et l’officieux, Typhanie Degois Vs Dominique Dord.
La candeur et la fraîcheur d’un côté, la roublardise et la ringardise de l’autre. L’inexpérience et la fragilité d’un côté, le poids des habitudes et un sentiment de toute-puissance de l’autre.
Une chose est sûre, l’une comme l’autre seront incapables de faire entendre notre voix, celle des électeurs, des citoyens, dans la prochaine assemblée.
Si, entre deux maux, il faut savoir choisir le moindre, le choix, alors, n’est plus cornélien.
Entre le vieux ringard, roublard, rompu à toutes les combines politiques et à toutes les aventures financières et la jeune fille sans passé ni expérience mais (peut-être, qui sait ?) pleine d’avenir, la balance devrait facilement pencher en faveur de cette dernière. A l’ évidence, y a pas photo !
 

Extrait du magazine en ligne Le Point.fr

Un choix d’autant plus évident que l’électeur, lui, n’a plus rien à perdre.
Alors, à défaut de compétence, au moins un peu d’audace et de fraîcheur ?

L'article ci-dessus est reproduit avec l'autorisation du site daixcryptage.com

Un article et d'autres à lire sur : https://www.daixcryptage.com/


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter