Anciens thermes. (2ème partie) Plus de 5 ans à tourner en rond. Faillite totale du ''système'' Dord.

Combien ce caprice absurde de nos ubuesque récidivistes nous a-t-il déjà coûté?


Rappel.
Pris de frénésie bétonneuse et ne se sentant plus de joie de s’être débarrassé pour une bouchée de pain de nos nouveaux thermes, qu’il a été incapable de gérer, notre maire se mit en tête d’acheter les anciens . Ce qui fut fait dans la foulée. Pour en faire quoi ? Ou il ne savait pas ou il avait une idée derrière la tête que les aixois ne devaient pas connaître.
Il nomma à l’époque T. Guigue rapporteur du projet. Il semble aujourd’hui que ce soit Mme Ferrari qui ait pris la main. On veut bien croire que ces gens soient brillants et multifonctions, mais quelles qualités ont-ils pour gérer une telle affaire ? Connaissant la puissance des groupes tels que Vinci et Bouygues, avec leurs équipes de monteurs d’affaires, leurs commerciaux plus que rodés à la manœuvre, leurs ingénieurs hyper pointus et surtout un panel d’avocats encore plus puissants qui gèrent toutes les pièces écrites du contrat technique et financier à la virgule près ! La moindre faute d’inattention peut coûter une fortune au pauvre signataire de leurs contrats plus que complexes.
Mettre nos ‘’rapporteurs’’ municipaux en face de telles équipes, c’est un peu mettre Fourniret à la tête d’un internat de jeunes filles. Nos fonctionnaires de la SAS et nos élus aixois ne peuvent pas avoir les épaules en face de tels professionnels.

Que sait-on aujourd’hui de ce projet ?
. Mars 2011, vente des thermes de Chevalley.
. Mars 2012, achat des anciens thermes.
. Le 16 mai 2013, Vinci présente un projet avec Patriarche, architecte.
. Le 18 mai 2013 on lit dans le Dauphiné :  ‘’Une première étude a été présentée au conseil municipal.’’ Mais rien dans le compte rendu. Une seule demi-page dans la délibération. Aucune mention de la présence des architectes et Vinci ! ‘’Les aixois s’étaient déplacés en nombre pour assister à ce débat d’idées entre les élus.’’  En nombre ? Dans le salon de l’hôtel de ville ? A retenir, la ville versera des indemnités à l’équipe si Aix abandonne le projet. A noter, une équipe d’architectes était bien présente à cette réunion, selon le Dauphiné . ‘’Intense débat entre les élus !’’ Mais rien dans le compte rendu.
. Le 14 mars 2014. Le Dauphiné.  Débat campagne électorale. Critiquant l’opposition qui voudrait en faire un bâtiment public comprenant la mairie, D. Dord invoque un centre de vie couvert avec l’OT, galerie commerciale, parkings, logements. Et l’on nous reparle de médiathèque et de salle des fêtes ! Comme à chaque élection.
. Juin 2015. Journal municipal. D. Dord : ‘’une seule réponse à l’appel à manifestation.’’ Pour un monstre de 50 000m2, en période de chômage ? ‘’Après 18 mois d’études.’’ On efface tout et on recommence, on lance la SAS, avec la Drac. D. Dord critique ceux qui lui reprochent d’aller trop vite, on en est à 5 ans et demi ! (Pour info, nous avons eu un responsable de la Drac au printemps 2016. Pour avoir quelques explications sur le projet Bouygues. Celui-ci n’a rien voulu nous dire. A la question, ‘’c’est une affaire spéciale ?’’ Il nous a répondu sur un ton très humoristique qu’il ne pouvait rien en dire parce que c’était ‘’effectivement une affaire très spéciale.’’ Avant de nous souhaiter bonne chance.) Étonnant, non? 
. Le 4 novembre 2015. L’Essor, D. Dord : ‘’On a eu la remarquable idée’’ souriait le maire, ‘’d’acheter cette affaire, pas cher heureusement. On était les seuls à vouloir le faire mais en réalité on a acheté des charges !’’ (1,2 million ! Plus 500 000 euros d’entretien annuel !) Il avoue que c’est une belle connerie, mais ça le fait rire ! Peut-on trouver plus irresponsable ?) On repart à zéro, et on change tout avec Bouygues .L’étude doit être rendue en octobre 2015. ‘’Les anciens thermes, une sorte de boulet qu’inévitablement d’autres que Dord récupéreront vu la difficulté à bâtir un projet viable et pas trop coûteux.’’ N’est-ce pas ce qui s’est passé ? Dord ne maîtrise plus rien. L’Essor a vu juste .
. Le 8 juin 2016. L’Essor qui, contrairement au daubé, est un peu moins à la remorque du service communication de la mairie, nous apprend qu’il y avait bien un projet parallèle ! (Voir 1ère partie du 14/09/2017)
. Le 30 juin 2016 . Compte rendu du conseil municipal. Le conseil municipal autorise le maire à signer une promesse de vente au groupement SAS développement/Bouygues Immobilier.
. Le 15 mars 2017. L’Essor. Peyrefitte renonce à récupérer l’emplacement de l’ancienne piscine. Pas d’accord sur le prix de vente. L’architecte jette l’éponge.
. Le 27 août 2017. On peut lire sur Wikipédia. Au printemps 2017, un accord non trouvé autour du prix de vente entre le groupement Bouygues /SAS et l’école privée Peyreffite perturbe l’avancement du projet, tout comme le refus de l’école d’aménager dans l’aile extrême-sud. De plus l’architecte a démissionné !
Madame Ferrari, le 26 juin 2017, réunion du conseil municipal, nous dit : ‘’Nous sommes à la résolution des éléments préalables. Avant de déposer les permis de construire, terminer les diagnostiques de l’amiante cet été ce qui permettra de libérer le bâtiment de ses locataires : Valvital, pour Peyrefitte le groupement travaille pour trouver une place dans la partie sud du bâtiment. Une nouvelle étude a été livrée à l’école, une réponse définitive est attendue fin juillet pour un objectif de rentrée septembre 2019. Un concours d’architectes sera lancé visant à établir les permis de construire nécessaires.
A-t-elle seulement conscience de l'énormité de son intervention ou se contente-t-elle de lire un document préparé par un service communication?

Les dirigeants nationaux prennent les bretons pour des illettrées, les ch’tis pour des alcooliques  tabagiques et le reste de la populace pour des chômeurs et des fainéants !
La présidente du Modem Savoie prendrait-elle les aixois pour des crétins des Alpes ?

Et notre deuxième adjointe multifonctions s’énerve parce qu’un opposant ose émettre quelques doutes sur cette opération ! Ne serait-ce pas plutôt à nous contribuables, qui avons avancé l’argent pour ce projet ubuesque, d’être un peu énervés ?Ça fait cinq ans et demi que Dord a acheté les anciens thermes et aujourd’hui il n’y a plus d’architecte, il n’y a toujours pas d’accord avec Peyrefitte, il faut relancer un concours d’architectes, etc… et on nous dit que tout va bien, que le projet est lancé, qu’il chemine conformément à la promesse de vente , (On voudrait bien en connaître le détail !), qu’il faut tordre le cou à la rumeur disant que le projet est abandonné .
‘’Nous reviendrons très prochainement vers les aixois pour les inciter pleinement à ce beau projet important pour notre ville.’’ Nous dit la deuxième adjointe.
Très prochainement, dans la tête de nos élus et si l’on se réfère au passé, c’est pour dans combien d’années ?

Osons une comparaison.
Nos élus ont perdu tout sens commun. Entre les cumuls de mandats, les notes de frais, les prébendes et leurs ''avantages acquis'' (sur le dos du contribuable!) ils n'ont plus aucune notion des réalités!
Une entreprise privée est constituée d’actionnaires avec à la tête un président et des cadres ! Ceux-ci doivent rendre des comptes aux actionnaires.
Dans une municipalité, les actionnaires sont les contribuables, le président est le maire et les adjoints les cadres.
Imaginons que l’équipe en tête de l’entreprise privée ne soit pas capable de sortir en cinq ans un projet qu’elle a imaginé, que se passe-t-il ? Les actionnaires les virent et ils vont pointer au chômage !
Pourquoi en serait-il autrement des élus ?
Et Dord nous boude depuis sa mise à pied comme député! Incroyable suffisance, il ne comprend toujours rien. 

   

BF

 

 


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter