L'idiocratie! De quoi parle-t-on? -Suite-

On est tellement dedans que plus rien ne choque.


Tout savoir sur ‘’l’idiocratie’’.
 
Définition : ‘’c’est le paravent de l’immobilisme, du carriérisme et du cynisme. Il caractérise parfaitement les pratiques de la caste obtuse, méprisante et vénale qui domine l’Etat-parti.’’(Virgil Lerunca. Journaliste-écrivain Roumain qui a vécu sous la botte soviétique.)
Pour ceux que ça intéresse. Comment l’idiocratie se définit-elle ? (Toute ressemblance, etc…etc…)
‘’Idiocratie signifie régime politique dont le pouvoir souverain est sous le contrôle d’idiots. Synonymes : crétinocratie, imbécilocratie, stupidocratie. (Selon Wiktionary)
C’est l’incapacité de tenir un discours construit à partir d’une pensée propre animée par une passion politique personnelle et l’envie de servir le bien commun.(Dord : ‘’Je considère qu’un député dans une majorité est d’abord là pour soutenir, aider et faciliter l’action du gouvernement.’’ Le Point, le 30/08/2010. Autrement dit : rien à foutre des électeurs ! C’est ce que l’on appelle la ‘’démocratie ''représentative’’.) 
Ils ânonnent les éléments de propagande, récitent leurs discours, lisent leurs notes dans une absence totale de conscience de leur environnement . C’est un comportement d’idiot. Mais il n’est pas besoin de leur jeter la pierre, ce qu’il faut voir c’est la laisse qui les tient au maître. Tous les candidats doivent porter un projet commun devant les électeurs. Comment voulez vous entendre autre chose que ‘’on applique le programme’’. Il faut être idiot pour vouloir accéder à la députation en aliénant la fonction de représentant du peuple au chef de l’exécutif. Ce qui rend idiot, (et nous sommes tous concernés), c’est l’abandon de notre esprit critique, de notre liberté de pensée, des mots mêmes avec lesquels nous l’exprimons, épousant les mots des autres, de l’autre. Nous pourrions rire si nous étions idiots, mais c’est à pleurer. L’idiotie affichée et revendiquée va désormais déterminer notre destin.’’

Ainsi va notre monde après 34 ans de Dorcron en politique.
Pour s’en convaincre, il suffit de voir une réunion du conseil municipal ou de lire la presse papier locale.
. ‘’République exemplaire de Dorcron-Madord’’, nous semble d’une courtoisie excessive.
. ‘’République exemplaire, mon cul !’’, est ce qui nous vient de plus modéré et de mieux approprié .
Ce pays souffre, avant tout, d’une caste qui se prend pour une élite et dont la pauvreté de pensée, qui se révèle dans la pauvreté de son expression, abîme tout ce qu’elle touche.
Comment avons-nous pu laisser la chose publique tomber en de si mauvaises mains ? 

Brassens à l’Assemblée.
Journal ‘’Le Parisien’’ le 9 août 2003, titre : ‘’Brassens à l’Assemblée !’’ ! Extrait :‘’Dominique Dord écrit à tous ses collègues de l’Assemblée nationale pour les inviter à adhérer à son club Brassens.’’. Dord compte organiser à la rentrée une soirée ‘’pour se rassembler autour d’un mec à part.’’. Compte tenu de l'état du pays, n'avait-il rien de plus important à faire à l'Assemblée Nationale notre ex?
On rappellera une chanson du grand Georges, qui, s’il était encore là, n’aurait pas manqué de la dédier à nombre de nos hommes politiques : ‘’Le roi des cons’’, une de nos préférées de plus en plus d’actualité .
‘’Non certes elle n’est pas bâtie (bis)
Sur du sable sa dynastie, (bis)
Il y a peu de chances qu’on détrône le Roi des cons !
Il peut dormir ce souverain (bis)
Sur ses deux oreilles serein, (bis)
Il y a peu de chances qu’on détrône le roi des cons !
Je, tu, il, elle, nous, vous, ils, (bis)
Tout le monde le suit docile (bis)
Mais il y a peu de chances qu’on détrône le roi des cons !
Etc…’’
Rien à ajouter, tout est dit. La chanson date de 1972 et depuis nos élites et leurs larbins se sont surpassées.

Bienvenue dans le monde que Dord nous a fabriqué.
Alors que chaque jour quelqu’un meurt sous les coups de racailles, pour une cigarette, un vol à l'arrachée d'un bijou à trois sous d'une mamie ou un simple regard, nos politicards cumulards et la presse pourrie regardent ailleurs et nous répètent à longueur de journée qu’avec la chaleur il faut boire ! Allez, ‘’cassez vous, pov’cons !’’
   
                      Années 60!                                                    Aujourd'hui!
                                         
                                  Demain, un monde d'esclaves désynapsés!

Après une telle carrière, notre ex député, mais toujours maire-président, absent la plupart du temps, avec au moins 10 000€ mensuel, a de grandes ambitions. Il doit bien y avoir encore quelques bricoles à démolir quelque part. On lui fait confiance. Il est très doué pour.

BF

   


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter