L’OT n’a conservé trace d’aucun document de travail réalisé par le chargé de mission .

Il devait être surchargé rien que pour faire ses notes de frais !

Il semble que dans notre ville les vices soient devenus une habitude. Après les remarques de la chambre régionale des comptes en 2016 sur les nombreuses anomalies du ‘’système’’ municipal en place,  la même CRDC observe le même type d’anormalités à l’OT en 2018.
 
Rappel de cas qui peuvent entraîner la révocation d’un maire :
‘’Le maire qui a commis des négligences dans la gestion du budget communal et qui a, en outre, refusé de manière répétée de prendre en compte les diverses recommandations émises par la chambre régionale des comptes et le préfet.’’ (Conseil d'État, 2 mars 2010 - n°328843)

Rapport de la CRDC du 22 février 2018 – Office du Tourisme.

Extrait 1
 

Extrait 2
 

 

Extrait 3
 
  

Si on comprend bien, il se passe aussi des choses bizarres à l’OT .
Les contrats des directeurs ne respectent pas les dispositions et les textes complémentaires applicables aux directeurs d’OT .
Deux ans après le recrutement d’un directeur, une convention de rupture donne lieu au versement d’une indemnité de 99 010€. ( ????, il manque les centimes.) Nettement mieux que Pôle emploi, mais réservé aux copains.
L’office du tourisme n’a conservé aucune trace d’aucun document de travail du chargé de mission. (Hormis en 2009 un projet de privatisation du centre de congrès ( ??? on nous l’avait caché ?) et une étude sur l’avenir des thermes nationaux .) Épuisé, qu’il doit être notre homme.
Le ‘’chargé de mission’’ (pas surchargé !) n’a assisté à aucun comité de direction, mais il lui a été payé des notes de frais pendant trois ans. (Voyages d’études au Caraïbes, Fidji, Seychelles ? Certainement pour y trouver des investisseurs. On plaisante, bien sûr .)
Il lui a été payé 10 640€ de congés payés non pris ! Or il ne lui en était dû que 1267€.
Etc… etc…
Mais tout ceci n’est-il pas que broutilles et queues de cerises pour un super trésorier qui ne voit pas passer sous son nez 18 millions d’euros de notre argent .

Ça commence peut-être à faire beaucoup .
Pourquoi nos politiciens professionnels et leurs copains pourraient-ils tout se permettre, alors que le premier artisan venu a sur le dos une nuée de fonctionnaires qui contrôlent tout et à qui rien n’échappe ?
Pourquoi les autorités compétentes n’interviennent-elles jamais ?
Pourquoi les rapports de la CRDC n’entraînent-ils pas automatiquement des sanctions. 
Pourquoi les préfets ne sont-ils que de passage, n’ayant pas le temps (ou la volonté, ou le pouvoir) de prendre connaissance du contexte local de réseaux et de copinages ? (Savoie : depuis 2001, 8 préfets !!) Qu’ont-ils le temps de faire contre des politiciens retors et bien implantés ?
Pourquoi faut-il autant de temps pour juger un homme politique sur des malversations alors que si vous criez dans la rue ‘’ils sont tous pourris’’ vous bénéficiez d’une comparution immédiate.
Pourquoi les citoyens aixois ne s’inspirent-ils pas de ce proverbe targui : ‘’Pour traverser le désert on choisi des dromadaires, pas des chèvres.’’
Pourquoi être tolérant alors que la tolérance consiste à bien connaître des individus malfaisants et détestables dont on ne cite pas les noms?

BF

 



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter