Saemcarra: Les copains d'abord

Ou le Radeau qui nous Méduse


Non ce n'était pas le radeau de la Méduse ce bateau... (G. Brassens, les Copains d'abord)

C'est un rapport qui aurait pu finir entre les mains de la justice. Un rapport accablant pour Dominique Dord et sa petite bande de copains.
Un rapport qui explique comment et pourquoi Dord a fini par brader au secteur privé une société "municipale" qui logeait 247 familles et qui
faisait de bons profits. Un rapport accablant à plus d'un titre.


Ce rapport c'est celui publié par l'Ancols, l'agence nationale du contrôle du logement social, à propos de la gestion de la SAEMCARRA sous la présidence de l'ex-député-maire mais toujours président de la CALB. (La Saemcarra était une société mixte dont la ville détenait près de 80% du capital)
Et quand on le lit, ce rapport, on se dit que si Dord a géré la mairie et continue de gérer la CALB comme il a géré la Saemcarra, les contribuables ont du souci à se faire. Quant aux "copains" qui s'en mettent plein les poches au détriment de la collectivité, on peut également se demander si ce n'est pas une vilaine habitude aixoise, surtout si l'on se souvient que la Chambre des Comptes avait déjà relevé de curieuses complaisances financières réalisées en toute illégalité au profit d'autres copains dans la gestion de l'office de tourisme.


A la Saemcarra parmi les "copains" on trouve en premier chef l'incertain François Philippe. Cet ancien marchand de casseroles devenu conseiller municipal, Dord en avait fait son homme de confiance pour gérer les affaires immobilières de la mairie lors de son premier mandat. En décembre 2001, c'est Philippe qui, à la demande de Dord, avait défendu la proposition de vendre les 3 hectares du Bois Vidal pour 15 euros le mètre carré en promettant que des merveilles allaient y voir le jour... C'est dire la crédibilité du personnage.

C'est aussi à F. Philippe que Dord avait un temps confié, en sa qualité d'élu, le soin de remettre de l'ordre  (sic) à la Saemcarra. C'est ensuite ce Philippe, qui en toute illégalité, après avoir quitté son statut d'élu, deviendra le directeur (bien) salarié de la Saemcarra selon une "procédure irrégulière" comme l'écrit l'Ancols. C'est Philippe qui, toujours en toute illégalité, mais avec le blanc seing de Dord, recrutera son propre fils comme directeur adjoint de la Saemcarra. C'est encore Philippe et Dord qui, bafouant les règles, créeront un "comité exécutif" bidon avec trois personnes de leur choix. Toujours selon le rapport de l'Ancols, l'un de ces trois membres, pourtant réputé être bénévole, empochera néanmoins plus de 120.000 euros en trois ans pour des prestations dites d'assistance. Et que dire de cet autre marché de plus de 45.000 euros passé sans le moindre appel d'offre ni mise en concurrence. (ndrl: le rapport de l'Ancols a omis de signaler que c'est avec l'argent de la Saemcarra que Dord a sauvé le centre équestre privé.

Ce rapport était tellement accablant que ses auteurs en sont arrivés à la conclusion que le mieux qu'il restait à faire pour Dord et sa clique c'était de céder sans perdre de temps le patrimoine de la Saemcarra à une société tiers. C'est ce qui arrivé, la mairie cédant les 247 logement pour moins de 12 millions d'euros à la Sollar. Est-ce que pour ce prix d'ami (48.000 euros l'appartement) la société lyonnaise a recasé les copains que Dord avait placés à la Saemcarra..?

Il est vrai qu'on ne connait personne, à part Dord, qui a cédé en 2015 à Aix-les-Bains des appartement habitables et entretenus à plus ou moins 48.000 euros l'unité. Avec un peu d'humour (noir) on pourrait dire que malgré tout la Ville s'en sort bien en se souvenant que le même Dord, en 2010, avait affirmé que les Thermes Chevalley, leurs bâtiments, les sources et leurs dépendances, ne valaient pas plus d'un euro. Et il les avait abandonnés au privé.
Mieux vaut en rire. Avec la Saemcarra,par l'effet de Dord, la Ville ne s'est appauvrie que de 247 logements sociaux en bon état.
Et c'est le même personnage qui continue de donner des leçons à la terre entière et de gérer les affaires publiques.

Au fait, qu'en pense l'intéri-maire qui a eu connaissance tout cela quand il n'était que le 1er adjoint de l'autre et qui a laissé faire? Il espère se refaire une virginité d'ici mars prochain?

Ceux qui veulent en savoir davantage trouveront ci-dessous un lien vers le rapport complet publié par l'Ancols
En attendant, en voici une entrée en matière:

Lien vers le document au format pdf

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter
saemcarra_ancols.pdf