Le thermalisme, ils n'en avaient cure !

Grosses pertes pour la ville, gros bénéfices pour une société privée


Il est aussi là le triste bilan de Dominique Dord et de ses compères d
e la majorité municipale


Alors que l'année précédente on avait enregistré un peu plus de 37.000 curistes, en 2001 pour se faire élire il promettait à des Aixois ébahis par tant d'audace et de prochaine réussite qu'il allait faire repasser cette fréquentation au-delà des 40.000 curistes. Et fissa! 
Huit ans après ces folles promesses, sous sa responsabilité entière la fréquentation thermale avait connu le plus beau gadin de toute son histoire, touchant le seuil de 24.000 curistes annuels.
Dix huit ans plus tard la fréquentation thermale stagne encore bien en deçà des 30.000 curistes comme le prouve le tableau ci-dessous.
Plus remarquable encore, si l'on peut dire, alors qu'Aix-les-Bains était la deuxième ville thermale de France elle n'est plus aujourd'hui que la quatrième derrière Balaruc, Gréoux-les-Bains et Dax (toutes stations confondues).


Malgré cet échec cuisant annoncé, Dord continuait de ramener sa fraise.
Il profitait de la présence de ses amis au gouvernement pour obtenir la transformation des Thermes en société anonyme. Puis, l'Etat ayant décidé de les céder, il refusait cette proposition en estimant que les Thermes nationaux ne valaient même plus un euro! Véridique. C'était en 2010.


Huit ans plus tard, si les Thermes n'ont pas retrouvé la fréquentation d'avant Dominique Dord, les bénéfices, eux, sont au rendez-vous. Depuis que la société Valvital les a rachetés (pour 3 petits millions d'euros) elle a plus que quintuplé sa mise de départ rien qu'avec les seuls bénéfices (et cela sans compter les reventes ou les locations de biens immobiliers dont elle a hérité grâce à Dord).
Comme le montre le tableau ci-dessous, au cours des deux derniers exercices déclarés les Thermes Chevalley ont enregistré  un bénéfice net de près de 7 millions d'euros (6 846 100 € très exactement, cadre vert). C'était un tout petit peu moins les années précédentes.


Il est là le bilan du passage de Dord à Aix-les-Bains: une fréquentation en baisse pour l'ensemble des professionnels du tourisme aixois (la ville a perdu près de 400.000 nuitées par an) et des bénéfices en hausse pour une seule société privée.

Ce type se sera (?) et en tout cas, nous aura toujours trompés.

Qu'en pense l'intéri-maire qui a accepté, voire encourager, tous ces errements? Il ne se sent pas un tout petit peu responsable de ce gâchis lui qui a collé à Dord pendant 14 ans?

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter