Il n'avait pas vu s'envoler 20 millions d'euros des caisses de son parti et...


Il ne va pas voir non plus disparaître 25 millions d'euros dans les vestiges des anciens Thermes


L'affaire est simple mais son explication donne le vertige.

En 2005 l'ex-trésorier de l'UMP, alors député-maire d'Aix-les-Bains, a décidé que la Ville allait racheter à l'Etat les anciens Thermes. L'acquisition ne sera effective qu'en 2012 au prix de 1,8 million d'euros.
Treize ans plus tard, en juillet 2018 (avec effet au 30 juin 2020) le même maire a revendu les mêmes anciens Thermes à un promoteur immobilier pour 
1,8 million d'euros, soit leur prix d'achat.
Mais il ne s'agit pas là d'une opération blanche, bien au contraire!
C'est plutôt un gouffre financier !

On explique.

Entre 2005 et 2012 la collectivité publique a investi environ 4 millions d'euros de travaux divers dans les anciens bâtiments.
De plus, selon Dord lui-même (justifiant a posteriori pourquoi il avait décidé de les revendre) l'entretien des anciens Thermes aurait coûté
500.000 euros à la ville chaque année, soit 6 millions d'euros au total (déduction faite des modestes participations financières des "locataires")
L'addition est vite faite: 4 millions + 6 millions = 10 millions d'euros!

Mais ce n'est pas tout. Dans une déclaration reprise par France Bleu en juin 2018, Marina Ferrari, alors deuxième adjointe de Dord, reconnaissait que, en revendant les bâtiments, la Ville allait devoir encore dépenser quelque 15 millions d'euros pour reloger les services publics et financer le désamiantage, confer l'extrait ci-dessous:


Ainsi, si l'on ajoute ces 15 millions aux 10 millions précédents, cela fait un coût résiduel de 25 millions d'euros pour les contribuables aixois.

Dans cette opération, Dord ferait donc déjà perdre à la Ville vingt cinq millions d'euros (c'est plus encore qu'avec Bygmallion)

25 millions d'euros, soit une année pleine de ressources fiscales!


Et cela, c'est seulement pour la perte financière sèche. Mais il y a le reste...

Le reste, c'est que la collectivité publique locale n'aura plus jamais son mot à dire sur l'avenir et la destination des anciens Thermes. Le reste c'est que si la Ville veut récupérer par la suite quelques surfaces à l'intérieur des bâtiments elle devra le demander poliment au promoteur et en payer le prix fort. Le reste c'est que la ville a promis de céder au promoteur le sol et le sous-sol devant les anciens Thermes pour y réaliser un parking souterrain avec les frais que cela va engager.

Bref, non seulement les contribuables en sont déjà largement de leur poche mais les habitants n'ont pas fini d'être emm... avec des travaux qui ne leur apporteront aucun avantage et que les contribuables continueront de financer.

Avec un tel bilan, un honnête homme se couvrirait la tête de cendres, demanderait pardon de ses fautes et se retirerait dans le désert pour méditer sur sa responsabilité.
Un honnête homme..!

Un avis, une précision: contact@aixlesbains-lejournal.fr

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter