Non mais, c'est qui l'patron ici ?

R. Beretti, un éternel second !

Certains se demandent encore pourquoi l'intéri-maire Beretti fait publier autant de fois sa trombine dans le quotidien local (on y a largement dépassé la centaine de photos de lui depuis sa nomination comme maire en octobre dernier).


La réponse est simple; Renaud Beretti a ancré en lui le sentiment qu'aux yeux de la population il sera toujours l'éternel second de Dominique Dord. Et que personne à Aix et alentour ne le considère autrement que comme un intéri-maire. D'où ces innombrables photos et articles dans le joyeux dauphiné où il est question six jours sur sept (ou presque) du "maire Beretti".

Ce que l'intéri-maire semble avoir compris c'est que son maître Dord fait toujours comme si c'était encore lui qui dirigeait les affaires aixoises. Non seulement Dord est toujours le président de la CALB (Grand-Lac) qui détient quasiment tous les pouvoirs financiers mais de surcroît il intervient sur tous les sujets aixo-aixois. Et pas seulement.
Voici en effet ce que l'ex-maire a publié sur sa page facebook:


Eh, oui, sans complexe, Dord nous explique comment il va préparer la prochaine liste municipale aixoise en alliant l'expérience, la compétence et le renouvellement. Bref, un, vrai plaidoyer pro domo (ou pro-dordo, c'est selon).

On comprend qu'après cela le Béret' puisse craindre de n'être qu'un bref intéri-maire.
D'où sa propension à s'afficher dix fois par semaine dans le canard local avec sa chère Marina qui, elle, n'en pense pas moins (sic) mais qui rêve elle-aussi de s'installer un jour dans le fauteuil de maire.
Ce qui donne parfois lieu à des photos du plus haut comique où l'on peut voir  les deux prétendants (plus une élue de seconde classe) poser en compagnie d'un unique invité de passage que, de surcroît, personne à Aix ne connaît et dont on n'entendra plus jamais parler.


Des photos ridicules comme celle-là, les lecteurs du daubé n'ont pas fini d'en avaler, histoire de complaire à l'intéri-maire.



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter