duralaix, sed lex: le préfet donne raison à l'association

il était bien interdit d'interdire


L'association Duralaix* avait interpel
lé le préfet de la Savoie à propos de la plage de l'Aqualac. L'association avait déploré que la loi ne fût pas respectée à Aix-les-Bains.

En effet, la loi exige des propriétaires riverains du Lac du Bourget qu'ils laissent une servitude de passage de 3 mètres. Mais depuis des années les maires d'Aix-les-Bains faisaient comme si la loi ne s'appliquait pas à eux. Tour à tour Dominique Dord et Renaud Beretti avaient traité par le mépris ceux qui osaient réclamer le respect de la loi à Aix comme ailleurs.
Il semble que cette situation digne des républiques bananières va bientôt prendre fin si l'on s'en tient à la réponse que le préfet a adressée à l'association Duralaix, confirmant qu'il était bien interdit d'interdire le passage des piétons le long du rivage au droit de la plage d'Aqualac.
Dans ce courrier le préfet indique qu'il a averti les élus concernés et leur a demandé de prendre des dispositions pour faire respecter la loi. Et il conclut qu'il sera vigilant sur les suites à donner à ce dossier:


La loi serait donc un jour enfin respectée à Aix-les-Bains?
On a le droit d'y croire.

En attendant on ne peut que féliciter l'association duralaix d'avoir osé intervenir là où tant d'autres, élus y compris, ferment les yeux depuis tant d'années. La réponse du préfet démontre que l'action de l'association était bien fondée en droit et en fait. 
Ce n'est qu'un début?


* NB: dura lex, sed lex, la loi est dure mais c'est la loi.

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter