A Aix on se fout outrageusement des lois: la preuve par Chambéry!

L'ex-député-maire est vraiment un homme d'actions



Ce lundi 16 septembre, le conseil municipal de Chambéry, à la demande de son maire, a décidé de se mettre en conformité avec la loi et de vendre l'unique action que la ville possédait dans le capital social de la société anonyme des casinos aixois. Précisons que la loi interdit formellement à une commune de posséder une ou plusieurs actions d'une société anonyme, sauf si celle-ci est une société d'économie mixte et que la collectivité y est majoritaire.
Le quotidien régional a relaté l'information dans son édition de ce mercredi:

Mais le daubé a rapporté cette info sans faire la moindre comparaison avec ce qui se passe à Aix-les-Bains et qu'il ne peut ignorer.


Car il se trouve que, pour sa part, la commune d'Aix-les-Bains détient toujours en toute illégalité non pas une seule mais 250 actions (sur un total de 488) de la société anonyme des casinos aixois. (Paradoxalement, sous Dord,  la mairie est restée majoritaire en actions tout en étant minoritaire en voix et cela ne dérangeait pas notre turlupin)

Dans un rapport daté de 2002, la Chambre régionale des Comptes avait déjà mis l'accent sur cette irrégularité et avait demandé à la mairie de se mettre en conformité avec la loi.
Notre Rastignac local n'en avait rien eu à faire et il avait même laissé entendre que, grâce à ses accointances avec le pouvoir à Paris, il allait faire modifier la loi. Il n'a rien fait modifier du tout, c'était encore une de ses fanfaronnades.
Quatre ans plus tard la même CRC refaisait les mêmes recommandations. Mais Dord n'en avait toujours strictement rien à ficher, comme la CRC le notait dans un nouveau rapport
:

Allez comprendre pourquoi Dord voulait préserver l'indépendance  d'un casino qui n'a aucune utilité publique alors qu'il n'a cessé de brader à des grands groupes financiers privés les bâtiments ou services publics de la Ville, confer la SAEMCARRA ou les Anciens Thermes, entre autres.

Et la détention illégale des actions par la Ville s'est poursuivie en toute impunité. Bref, Dord n'en faisait qu'à sa tête et tout le monde
s'inclinait.

En septembre 2019, la Ville est toujours actionnaire majoritaire de la société anonyme des Casinos. C'est illégal. Tout le monde le sait. Et personne ne bouge.

Voilà qui permet de tirer au moins trois enseignements.
Un, sous Dominique Dord (et son successeur), Aix-les-Bains est restée une république bananière dans toute la plénitude de l'expression.
Deux, il n'existe aucune autorité locale, départementale ou nationale, ni administrative ni judiciaire qui a été susceptible de mettre un terme à cette situation ubuesque
Trois, la bonne presse locale continue de faire semblant d'ignorer ce scandale.

Ceci dit, à quelque chose malheur est bon... Parfois.
Ainsi, en ayant illégalement gardé ses actions, au prix unitaire de 30.000 euros la ville se retrouverait à la tête d'un pactole de 7,5 millions d'euros. Pactole que la prochaine municipalité va pouvoir dépenser sans compter.
Au moins Dord n'aura-t-il pas eu le temps de gaspiller ce "patrimoine" financier comme il en a gaspillé honteusement d'autres.

Ce sera l'objet de nos prochains articles où l'on va découvrir que l'inexplicable indulgence à l'égard de l'ex-député-maire est en train de conduire la Ville à une perte financière directe de 15 millions d'euros, et sans doute d'avantage dans l'avenir. Même si cet argent n'est pas vraiment perdu pour tout le monde.

Une affaire qui est sans doute LE sc
andale des deux dernières décennies en Savoie, un scandale à la fois politique, immobilier et financier .

Un feuilleton...à suivre !


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter