Le feuilleton de l'automne

Prologue: Comme les feuilles mortes les ennuis se ramassent à la pelle


    L'histoire commence en 2005, comme un rêve, quand le député-maire d'Aix-les-Bains prend, seul, la décision de faire racheter par la Ville les Anciens Thermes qui sont encore propriété de l'Etat. Dominique Dord affiche alors de grandes ambitions et annonce de magnifiques projets publics pour la transformation de ce bâtiment qui fait partie du patrimoine aixois.


Dans les années qui vont suivre, il y dépensera plusieurs millions d'euros d'argent public. Au début ce sera pour de la rénovation d'équipements thermaux qui ne serviront jamais rien. Puis ces travaux viseront à installer dans les lieux divers services publics, communaux ou autres, dont on sait aujourd'hui qu'ils ne resteront plus dans les lieux demain. Il y installera même aux frais de la princesse une société privée lyonnaise. Et ce sera l'un des noeuds de l'histoire.

Et puis, progressivement, le rêve de 2005 va se transformer en cauchemar. Aucun des projets mis en avant par le maire pour acquérir ce bâtiment ne verra jamais le jour. Si bien que treize ans après avoir fait des pieds et des mains pour acquérir ce bâtiment, D. Dord estimera que la Ville n'a décidément aucun intérêt à le conserver dans son patrimoine, en dépit des sommes folles déjà investies dans les lieux. Et au mépris de celles qu'il va falloir encore dépenser sur les fonds publics avant de se "débarrasser" définitivement de ce qui est devenu une encombrante acquisition.

En 2018, D. Dord décidera de céder l'ensemble des bâtiments à un promoteur immobilier. Il réussira à cacher au grand public combien pour la collectivité la perte financière et patrimoniale est abyssale. Et combien les difficultés restent à venir. Il réussira surtout à dissimuler comment, pour arriver à cette aberration, il aura fallu de manoeuvres obscures, de faux semblants et de tricheries, ceci dit pour rester dans un vocabulaire prudent.


Le comité de rédaction a décidé de raconter ici par le menu cette drôle d'aventure, d'en faire une sorte de feuilleton que l'on réunira à la fin en un recueil, lequel devrait alimenter les prochaines élections municipales, sinon une chronique judiciaire.
C'est l'affaire de la plus belle arnaque politico-immobilo-financière du siècle.
Ce sera le feuilleton de l'automne et ça commence dès cette semaine.

J.G.

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter