Le feuilleton de l'automne 6 : OHÉ, LES AIXOIS, ON SE RÉVEILLE

UN BÂTIMENT HISTORIQUE PERDU ET 20 MILLIONS D'EUROS ENVOLÉS, CELA LAISSE TOUT LE MONDE INDIFFÉRENT?


A ce stade du feuilleton, et avant sa conclusion, il est temps de rappeler en quoi cette affaire de la revente des anciens Thermes est un vrai scandale 
à la fois politique, financier et patrimonial...

Ce bâtiment, en grande partie historique, était dans le patrimoine public aixois depuis près de deux siècles, bien avant que la Savoie soit rattachée à la France. Il n'aura suffi qu'une quinzaine d'années au chambérien Dominique Dord pour que ce patrimoine historique soit bradé à une entreprise privée avec, en prime, si on ose dire, un désastre financier d'une vingtaine de millions d'euros pour la collectivité. On se demande comment les Aixois n'en ont pas encore pris la mesure. Rappel...

En 2005, Dord commandite un expertise pour évaluer le bâtiment en vue de son rachat par la Ville. Selon un expert agréé par
la cour d'appel de Chambéry, le bâtiment est modestement estimé à 4,6 millions d'euros*.

2 900 000 + 1 700 000 = 4,6 millions d'euros

Entre 2005 et 2016, Dord va faire réaliser à l'intérieur de ce bâtiment différents travaux: réhabilitation de l'espace thermal (cabine Agha Khan et piscine thermale entre autres), le hall d'entrée (rebaptisé l'Atrium), des locaux pour l'Office de Tourisme, d'autres pour une annexe de la police municipale, pour les services municipaux de comptabilité ou du personnel, une salle de gym et autres réfections d'ascenseurs. Il encouragera l'école Peyrefitte à réaménager totalement l'aile sud, et autorisera les aménagements d'un plateau pour accueillir une annexe de l'hôpital psy de Bassens. Il y aura aussi des travaux de réfection de toiture et de consolidation. L'ensemble de ces travaux est évalué à une dizaine de millions d'euros. Et puis la Ville va supporter l'entretien quotidien du bâtiment, le chauffage, le gardiennage comme les menues réparations, etc. Dord reconnaîtra lui-même que rien que cet entretien représente un coût annuel de 0,5 million d'euros, à multiplier par les quinze années d'occupation par la Ville, soit encore entre 5 et 7 millions d'euros de dépenses.
Enfin, en 2012, la mairie versera 1,2 million d'euros à l'Etat pour devenir propriétaire du bâtiment.
En tout la collectivité aura donc dépensé entre 15 et 20 millions d'euros pour acquérir un bâtiment évalué, brut, à 4,6 millions d'euros.

Ce patrimoine revalorisé, réaménagé, modifié et entretenu à grands frais, Dord a décidé de le céder pour 1,2 million d'euros à un promoteur immobilier. Mais la Ville ne bénéficiera jamais de cette somme puisque, en contrepartie, elle s'est engagée à réaliser encore pour 3,5 millions d'euros de travaux dans le bâtiment avant que l'acquéreur n'en prenne possession.

Au final, Dominique Dord non seulement va priver le patrimoine public aixois de son plus beau bâtiment historique mais, de surcroît, la Ville et ses contribuables y auront dépensé en vain pour près de 20 millions d'euros. Et on n'a pas encore tenu compte des millions d'euros que la ville va débourser pour reloger ou indemniser tous ceux qui vont devoir quitter les anciens Thermes où Dord les avait installés.

Un bâtiment historique définitivement perdu pour la collectivité, vingt millions d'euros envolés, voilà le bilan de Dominique Dord dans cette affaire des anciens Thermes.


ET PERSONNE N'A RÉAGI. ET LE CONSEIL MUNICIPAL A TOUJOURS LAISSÉ FAIRE. ET LE SUCCESSEUR POURSUIT DANS LA MÊME VOIE.
ET CES GENS SE PRÉPARENT À SOLLICITER SANS VERGOGNE, ET SANS DORD CETTE FOIS, UN NOUVEAU MANDAT..!
MAIS DANS QUEL AUTRE MONDE UNE TELLE GABEGIE PASSERAIT-ELLE SOUS SILENCE? DANS QUEL AUTRE MONDE LES RESPONSABLES DE CE GÂCHIS FINANCIER ET PATRIMONIAL NE DEVRAIENT PAS RÉPONDRE DE LEURS FAITS?

TRISTE BILAN DE FIN DE MANDAT: UN PATRIMOINE HISTORIQUE  ET VINGT MILLIONS D'EUROS PERDUS:

Vingt millions d’euros, c’est quatre écoles maternelles toute neuves avec leur mobilier.
Vingt millions d’euros, c’est sept fois le prix estimé de la rénovation de la piscine Aqualac.
Vingt millions d’euros, c’est deux fois le bénéfice que la Ville
a tiré de la vente à une société privée des 250 logements sociaux qui lui appartenaient (via la SAEMCARRA).
Vingt millions d’euros, c’est deux fois la somme que les contribuables aixois versent chaque année comme impôts directs à la commune, taxe d’habitation et taxe foncière réunies (moins de 10 millions en 2017).
Vingt millions d’euros, c’est environ mille cinq cents euros par foyer fiscal aixois.
Vingt millions d’euros, c’est treize fois le prix payé par Dominique Dord pour acquérir sa gentilhommière de 350 m2 sur un hectare de terrain protégé zone verte à Saint Innocent.


OHÉ, LES AIXOIS, ON SE RÉVEILLE !


* En 2005, un expert agréé par la justice a évalué le bâtiment à 4,6 millions d'euros. En 2018, après travaux, les Domaines ont autorisé Dord à vendre le même immeuble quatre fois moins cher. Comment est-ce possible? 

C'est à suivre et c'est...à se taper le cul par terre!

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter