Quels revenus obscurs ont donc à cacher nos élus aixois?

DÉCLARATION D'INTÉRÊT INCOMPLÈTE OU ABSENCE DE DÉCLARATION SONT LEUR LOT


Des élus politiques locaux vraiment sans intérêts?

Rappel: une loi de 2013 oblige certains politiques à déposer auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) une déclaration d'intérêts, c'est à dire à faire connaitre d'où proviennent les revenus et autres émoluments qu'ils perçoivent et quels sont leurs liens avec des sociétés ou organismes privés. Cela concerne les ministres (cf Delevoye) mais aussi les maires des villes de plus de 20.000 habitants (cf Beretti), les présidents des EPIC et autres organismes inter communaux (cf Dord avec la CALB), les élus départementaux (cf Ferrari et Beretti)). L'absence de déclaration et la fausse déclaration sont susceptibles d'entraîner des sanctions pénales allant jusqu'à la prison ferme et des amendes de plusieurs dizaines de milliers d'euros. Voilà pour la loi.


Et voilà qui nous a donné l'idée de nous pencher sur les déclarations (sic) de ces personnages qui font l'actualité politique aixoise. Et là on est allés de surprise et en surprise, voire d'étonnement en ébahissement !

Commençons par la pure et dure Marina, celle qui ne reconnaît plus le cap politique. A l'évidence elle a aussi perdu le cap dans sa déclaration d'intérêts tel que cela apparait sur le site de la HATVP. Certes elle y déclare bien les modestes (rires) revenus tirés de ses fonctions politiques locales (20.000 euros nets annuels). Par contre on ne trouve aucune trace des avantages qu'elle pourrait retirer de sa fonction de vice-présidente du Conseil départemental. Voilà qui est étonnant surtout quand on regarde les déclarations des autres vice-présidents et que l'on constate que leur rémunération annuelle peut atteindre 60.000 euros. Que faut-il en conclure? Soit que ses collègues au Département prennent Marina pour une tache et ne lui ont confié ni mission ni responsabilité, ce qui expliquerait qu'elle soit la seule vice-présidente à ne pas recevoir de rémunération? Soit que la future ex-première adjointe de Beretti a manqué le cap et a omis de déclarer ses revenus départementaux à la HATVP? On attend ses explications.

Encore plus surprenante est la déclaration d'intérêt de l'autre vice-président du conseil départemental et intéri-maire d'Aix-les-Bains, l'homme sandwich du dauphiné (à lui seul il y a plus souvent sa photo que l'ensemble des autres maires de l'agglomération réunis) on veut parler du cumulard Renaud Beretti.
Voilà quand même un personnage qui empile les fonctions comme à la fête foraine on empilait jadis les boites en fer blanc. Maire, vice-président de la CALB, vice-président du Conseil départemental, président de l'office de tourisme, vice président du conseil d'administration de l'hôpital etc, etc, sans compter président de l'association La Ribambelle (laquelle par parenthèses est en train d'entreprendre un sacré chantier à Aix sans doute pour lutter contre la sur-urbanisation, rires). Un vrai chamboule-tout !

Bref, la curiosité nous poussait de savoir quelles rétributions financières le Béret' de ces dames percevait en échange de ses participations à tous ces machins dispendieux.
Eh bien on en a été pour notre curiosité. Conseiller départemental depuis trois ans et maire depuis un an, Beretti n'aurait pas encore trouvé le temps de déposer une déclaration d'intérêt comme le laisse supposer le site de la HATVP.

Trois ans après qu'il ait été élu vice-président du Conseil départemental et un an après qu'il ait pris la place du maire, la HATVP n'a toujours pas publié les déclarations du Béretti.

Et c'est aussi très fâcheux car, selon la loi, il disposait de deux mois pour faire sa déclaration, faute de quoi il risquait un rappel à l'ordre et une amende. Et même une peine de prison si la HATVP faisait appliquer la même loi.
Pour l'heure il ne semble pas que la HATVP se soit émue de cette absence de publication. Sans doute est-elle débordée, elle qui ne s'était pas aperçu que les revenus perçus par JP Delevoye pouvaient relever du conflit d'intérêt*. Quant à expliquer pourquoi Beretti rechignerait à publier sa déclaration, disons qu'à l'approche des élections municipales il ne serait peut-être pas très judicieux d'annoncer aux gogos d'électeurs que l'ancien porteur de valise de Dominique Dord perçoit des revenus dignes d'un haut fonctionnaire en fin de carrière.
Tout cela pour faire le mannequin photo dans des manifestations publiques.
Ne dites pas à mes électeurs que je vis grassement à leurs crochets, ils me croient dévoué et désintéressé.

Allez, il reste à voir le cas d'école ou, si l'on préfère, le cas Dord.
Ce sera pour une prochaine mise en ligne



* N.B.: C'est la presse qui a révélé ce scandale Delevoye. Bien qu'ayant eu connaissance de ses revenus et de leur origine la HATVP n'avait pas réagi.

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter