Beretti, l’apparatchik de carrière. 1ère partie

Et le Daubé lui sert la soupe.


Merci de nous avoir encore suivis en 2019. Nous vous présentons tous nos vœux pour 2020 avec ce conseil: quand vous entendrez un politicien souhaiter une bonne année, ne croyez surtout pas qu'il pense à la vôtre. 

Le mensonge est l’énoncé délibéré d’un fait contraire à la vérité, ou encore la dissimulation de la vérité. Dans ce cas on parle de mensonge par omission.Plus précisément, mentir consiste à déguiser sa pensée dans l’intention de tromper. Aix-les-Bains et la Savoie, l’exemple même d’un système politique totalement verrouillé . 

Le 16 décembre 2019. Beretti annonce sa candidature .
Dans l’article du daubé on peut déjà lire quelques énormités qui ne présagent rien de bon, mais qui sont dans la droite ligne de la vie municipale Aixoise depuis 2001. Selon le principe politique bien établi : ‘’Il faut que tout change pour que rien ne change.’’. Plus grave, Beretti cumule ses défauts avec ceux de Dord !

ECCE HOMO
Ce qu’il pense et dit de lui. Sous l’œil bienveillant du daubé pour qui il n’y a pas de problème.
.  ‘’Beretti, maire sortant, est ‘’de nouveau’’ candidat.’’ Pourquoi ‘’de nouveau’’ ? Il n’a jamais été directement candidat. Il a déjà été sur des listes et a été coopté par Dord pour être son remplaçant.
.  ‘’Je suis un homme libre.’’ Libre en rien du tout ! Depuis presque trente ans il est à la remorque des Barnier, Guaymard et autre Dord ! Il a été formaté par les politicards savoyards et n’a jamais rien fait d’autre que de les accompagner. Il pense Barnier, Gaymard et Dord. Il a toujours agi comme eux et continuera de le faire, parce qu’il ne sait rien faire d’autre.
.  ‘’Je veux.’’ La formule est utilisée plusieurs fois. Dire ‘’Je veux’’ est l’argument d’un faible. Le roi dit nous voulons. Beretti n’a rien à vouloir ! Il n’est qu’un employé et le sera encore s’il est élu ! Il est à la disposition des Aixois pour faire exécuter ce que ceux-ci lui demandent.
Dans l'incroyable daubé Beretti prétend encore  Je ne suis pas le candidat des états-majors parisiens. Je n’ai sollicité aucune investiture. Ni celle de mon parti, ni une autre.’’  Voilà un type qui a passé trente ans à grenouiller dans un parti ! Il en est même le président départemental (cf  ci-dessous)...

...et il ose mettre en avant une prétendue indépendance. Il est LR, il a toujours voté ce que les LR lui disaient de voter, même contre ce que veulent les citoyens. (Exemple le référendum.) Il est responsable et coupable de l’état du pays avec son parti. Ainsi Beretti, maire LR d’Aix-les-Bains, se lance dans la campagne électorale sans l’investiture de Beretti, président du parti LR Savoie ! Ce type se fout des électeurs ! 
‘’Ça n’empêche pas des accords politisés.’’  40 ans que ça dure! On fait semblant de débattre avant les élections et celles-ci passées, on se partage la gamelle.
.  ‘’Toutes les sensibilités, exceptés les extrêmes.’’ Définition d’extrême : ce qui est au bout. Les électeurs, eux, ne sont pas au bout, mais à bout. Ils ne veulent plus des extrêmes cumulards, des extrêmes indemnités qu’ils touchent, de leur extrême mépris, de leur extrême arrogance, de leur extrême incompétence, de l’extrême dette publique qu’ils font, de leur extrême bêtise criminelle, etc…
.  ‘’J’ai à cœur de continuer à mener les chantiers que j’ai suivis, et je veux en lancer d’autres.’’ Comme le hideux bétonnage de la ville ? Les dépenses folles inutiles? Les emprunts? Les subventions électoralistes? Les catastrophiques anciens thermes ? Le maire ne devrait rien avoir à lancer qui ne soit soumis aux Aixois et voulu par eux.
.  ‘’Le maire est sensible à l’appel des 100 jours, de ses adjoints et conseillers.’’. Il ferait mieux d’être sensible aux 20 700 électeurs Aixois qui ont dit non au système et ne sont mêmes pas déplacés aux dernières élections à Aix plutôt qu’à une petite claque d’intéressés.
‘’Ma place est dans la rue à arpenter la ville.’’ On ne le voit que sur le marché en période électorale et dans le daubé courir d’Ehpad en poses de première pierre, inaugurations, enterrements et photos ridicules. 

‘’Il adressera des questionnaires aux Aixois.’’ On ne compte plus le nombre de réunions de ceci, de cela, d’associations de quartiers, forums, etc… pure démagogie . Il ne peut que promettre aux citoyens, les élus encartés ne sont  redevables qu’auprès des grands contributeurs financiers de leurs campagnes .

Le daubé nous étale le CV du candidat ! Et c’est la surprise !
On a droit à tout, ses d’enfants, ses études, les différents postes occupés dans sa longue vie de fonctionnaire, etc…
Surprise ! Il y a un gros trou noir dans le CV de l'apparatchik pas choc. On tombe sur le gros mensonge par omission !  A noter que le daubé ne pose pas la question alors qu’il ne peut pas ne pas savoir !

La question est : où est passé Beretti de 1998 à 2001 ? 
 
                  Rien dans le daubé du 16 décembre 2019

On a cherché et on a retrouvé le petit coquin.


On a retrouvé dans l'Essor du 16 janvier 2014! Beretti était à la mairie d'Albertville de 1998 à 2001.!

Et pas dans un rôle subalterne. Il était le chef de cabinet d'Albert Gibello, le maire d'Albertville. Un chef de cabinet, c'est l'homme qui pilote la politique, c'est celui qui en connaît tous les petits et grands secrets. Celui que le maire charge parfois des basses besognes, celles pour lesquelles le premier magistrat ne veut pas se mouiller. Un chef de cabinet c'est à la fois quelqu'un de très puissant tout en étant un fusible idéal. Celui que l'on fait "disjoncter" quand la situation se complique. Et celui que l'on reclasse alors quelque part, auprès d'un autre décideur, parce qu'il connaît trop de secrets.

Alors pourquoi ce silence sur cette période albertvilloise?

(A suivre !)

BF








Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter