Le Berettineur a encore frappé

Seize ans qu'il se fout des avis des Aixois et maintenant que ça sent le brûlé...


Si le ridicule tuait il y aurait un candidat de moins pour la course aux municipales. Heureusement, il y a longtemps qu'en politique le ridicule ne tue ni ne blesse plus personne, sinon quelle hécatombe.

Dans le genre "je me fous de la tête des Aixois et en même temps je me ridiculise" il faut toutefois reconnaître que Renaud Beretti, alias le Berettineur, vient encore de faire très fort.

Son équipe est en train de distribuer aux électeurs aixois un drôle de questionnaire censé recueillir l'avis des gens sur ce qu'il faudrait faire demain à Aix. Voilà qui est curieux de la part d'un bonhomme qui, depuis seize ans, seul ou avec son ancien mentor, fait à peu près tout ce qui lui plait sans jamais demander l'avis de personne.
Mais là où l'on atteint des sommets de foutage de gueule ou de crétinerie (allez savoir) c'est à la lecture des questions. En voici quelques exemples et on garantit que l'on n'invente rien:


Question: Souhaitez-vous que la Ville mette en place un plan trottoirs pour rénover ou créer des trottoirs dans nos quartiers ou hameaux? Une question aussi con, il fallait oser. Quand on connaît l'état de nombreux trottoirs aixois (ou de leur absence) se trouve-t-il un seul citoyen qui pourrait répondre non?
Souhaitez vous que la Ville construise un parking aux Près-riants et place Clémenceau? Bizarre comme question puisque la construction de ces parkings figurait encore il y a peu dans le projet de programme de Beretti. C'était même un engagement du temps de Dord.
Souhaitez vous une concertation pour les projets de plus de 100.000 euros? Quelle guignolade? D'abord parce que pendant 16 ans Beretti et Dord n'ont consulté personne avant de vendre ou d'acheter ou de réaliser quoi que ce soit, même à plus d'un million d'euros! Ensuite parce que des projets à plus de 100.000 euros la ville en traite des dizaines par an et qu'on ne voit pas l'utilité de consulter les Aixois pour changer le mobilier d'une école ou refaire le toit d'une salle de sports. Et surtout pourquoi Beretti n'a-t-il pas consulté les Aixois en décembre dernier quand il a confirmé la vente des anciens thermes à Bouygues, entraînant ainsi la ville à dépenser non pas 100.000 euros mais plusieurs millions d'euros en dépollution en vue de cette transaction. Quelle bouffonnerie!

Souhaitez vous que la Ville construise 40 kilomètres supplémentaires de bandes ou pistes cyclables? Gag! Réaliser 40 kilomètres de pistes cyclables ce serait multiplier par quatre ce qui a été fait ces 20 dernières années avec Beretti et Dord aux commandes. On y croit, on y croit.
Souhaitez vous la création d'un budget citoyen et participatif de 50.000 euros? Késako un budget citoyen et participatif? Une caisse (noire?) dans laquelle chacun pourra prendre un peu d'argent selon ses goûts? Il se fout du monde.

Souhaitez vous que la Ville construise un dojo pour les sports de combat? La réalisation du fameux dojo, c'était déjà dans le programme de Dord pour les municipales de... 2001. Et cela devait se faire... dans les anciens thermes.

Beretti, l'homme qui galèje plus vite que son ombre.


Mais les vieux démons de l'ex-shérif de ces dames reprennent vite le dessus avec ces questions:

Souhaitez vous que la ville augmente le nombre de policiers municipaux? Ben tiens. pour faire quoi au fait? Du renseignement? Protéger le maire lors de ses déplacements ou dans les cérémonies officielles?
Souhaitez vous que la ville augmente son nombre de caméras de vidéoprotection? Ah, bon. Beretti en a installé 200 et ce n'est pas suffisant? Au fait, combien d'affaires résolues avec ses caméras? Qui ont-elles vraiment protégé?
Et cette dernière (parmi les 25 du questionnaire) pour bien cerner le personnage Beretti:
Souhaitez vous que la Ville recourt à la vidéo verbalisation pour les conduites automobiles dangereuses? Surveiller (et verbaliser) tout le monde avec SES caméras vidéo, c'est ça le dada de Beretti? Voilà qui nous rappelle ce qui s'est passé à Albertville il y a quelques années, ville où le Béret' était déjà directeur du cabinet du maire.

Reste que si l'idée d'un questionnaire tendait à faire croire que le Beretti nouveau serait arrivé (avec le beaujolais?) cette passion pour la surveillance de ses semblables finit par trahir le personnage. Comme le disent ceux qui ont quitté le navire, Beretti sans Dord c'est comme avec Dord mais en pire.

Voir aussi à ce propos le billet de Opticon dans la rubrique C'est vite dit (en haut à droite de la page d'accueil)


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter