Pour séduire l'électeur R. Beretti a misé sur ses plus belles toilettes

De là à dire qu'il a un goût de chiottes..!


Depuis des années des habitants ou des touristes s'indignent régulièrement de l'état des toilettes publiques à Aix-les-Bains. Certains n'hésitent pas à faire des photos et à les adresser à la presse.

Faut vraiment "avoir envie" pour pénétrer dans ce cloaque.

"Cela fait dix huit ans que nous avons des toilettes qui ne sont plus aux normes" a reconnu le candidat maire Renaud Beretti.
Ah, bon? Et il a attendu si longtemps pour s'en apercevoir lui qui durant cette période aura été aux affaires municipales pendant 16 années? Etonnant non?

Pas si étonnant que cela, finalement, puisque si Beretti a tenu ces propos c'est que ce lundi après-midi, il inaugurait, oui, oui, il i-nau-gu-rait, deux postes de toilettes publiques installées près du Petit Port par la maison Jean-Claude Sanisette Decaux.

Inaugurer des toilettes publiques, quelle drôle d'idée! Mais organiser cette inauguration à six semaines d'une élection municipale et en y convoquant l'ex-cheffe d'agence du daubé aixois et son photographe pour immortaliser la scène, voilà qui expliquerait tout. De fait, était-ce l'intéri-maire qui inaugurait ces édicules ou bien était-ce le candidat à la mairie? Chacun se fera son idée. Comme chacun s'étonnera, ou pas, en apprenant que cet intéri-maire ne va pas hésiter à signer avec la maison Decaux un contrat d'entretien d'une durée de... 18 ans. Soit trois mandats municipaux. Alors qu'il ne sera peut-être plus en poste dans six semaines.

Près des WC, l'intéri-maire
entouré de ses faire-valoir, dont l'un, ça s'imposait, avait fait Sciences...Pot !

Puisque l'intéri-maire a placé cette inauguration sous le signe de l'humour, restons dans le même registre...

Le représentant de la maison Decaux qui assistait à cette cérémonie proctocolaire s'appelait Chopin. Alors Beretti, dans son discours de présentation, osa cette subtile remarque: "Avec un nom comme celui-ci, c'est normal qu'il y ait de la musique dans les toilettes". Associer Chopin à de la musique diffusée dans des lieux d'aisance pour couvrir les bruits incongrus, quelle élégance!
Mais le Béret' avait sans doute une envie pressante... de briller dans l'humour pipi-caca. Pour l'occasion il s'était bien entouré car, comme dit le vieil adage, c'est dans les besoins qu'on reconnaît ses vrais amis. D'aucuns diront que depuis qu'il est en campagne l'intéri-maire ne se sent plus pisser tandis que d'autres trouveront que ça ne sent décidément pas très bon pour le candidat s'il en réduit à de tels lieux pour faire sa promo. Pour leur part, les bé-bé, les bébé, les bé-bègues pourront toujours dire "Re... Re... Renaud, tu nous fais ch.., tu nous fais ch..., tu nous fais chaque fois le même coup". Quant à l'opinion publique, cette fausse sceptique, elle pourra reprendre le conseil réservé jadis aux arbitres de football et renvoyer "aux chiottes le m'as-tu-vu "
.
Et quand le candidat sera vraiment au bout du rouleau...

...Eh bien il ne restera plus alors qu'à tirer la chasse.!

Quelle idée saugrenue que d'inaugurer des toilettes publiques en pleine campagne électorale... Décidément, quand ça veut pas, ça veut pas !


Note aux benêts: Dominique Fié, élu d'opposition et candidat aux prochaines municipales, était aussi présent ce lundi, mais pas pour faire la claque. Beretti  a d'abord essayé de l'associer à cette inauguration. Fié lui fit alors remarquer qu'il était en désaccord total avec le contrat signé avec Decaux et qu'il était venu uniquement pour exprimer ce désaccord. A quoi Beretti rétorqua " Oui, mais vous, vous êtes en campagne électorale!".
Tiens donc. Et lui, il ne l'était pas, bien sûr.
S'en suivit un bref échange au cours duquel Beretti
(qui se donne des allures de grand maire et qui parle de lui à la troisième personne, véridique) fit preuve d'une curieuse agressivité, totalement inutile et hors contexte. Derrière une fausse bonhommie se cache un personnage dont on peut légitimement ne pas avoir envie qu'il prenne le contrôle de la mairie pour six ans de plus.




Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter