Bientôt le huitième anniversaire de la fermeture virtuelle du passage à niveau du Viviers

QUANT AUX 200 EMPLOIS SPÉCIALISÉS CRÉÉS AU BORD DU LAC, ILS N'ONT PAS BOUGÉ


Avertissement: selon un récent sondage effectué par l'institut Pifométrie, une forte proportion d'électeurs aixois envisageraient de rester chez eux le dimanche 15 mars tandis qu'une proportion non négligeable de ceux qui se rendraient dans un bureau de vote ce jour-là pourraient faire en sorte qu'on assiste à un changement dans la continuité. Dans ces conditions, plus par dérision que dans un espoir vain et présomptueux d'influer sur le cours des choses, voici...

... à l'intention des amnésiques ou de ceux qui sont arrivés à Aix récemment, un petit patchwork de ces belles réalisations propositions qui leur ont peut-être échappé.
Le passé peut souvent éclairer l'avenir.


Par exemple, en 2007,  Dord, déjà conseillé par Beretti, n'hésitait pas à publier et à distribuer un condensé de projets tous plus séduisants les uns que les autres

De cette foire à la crédulité électorale on a extrait deux perles.

D'abord celle-ci pour remettre les électeurs sur de bons rails:


C'était historique! En juin 2007 Dord promettait que la suppression du passage à niveau du Viviers serait réalisée d'ici 5 ans. Soit en 2012 au plus tard. C'était historique on vous dit.

Aïe, aïe, aïe! On est en 2020 et il y a toujours un passage à niveau au Viviers. Et toujours pas de contournement. Apparemment le Dord a connu un passage à vide. Ou alors il n'était pas au niveau.
Du coup, historique ou hystérique? On ne sait plus.

En voici une autre, tirée du même prospectus et qui n'est pas mal non plus. Car avec Dord, il n'y a jamais de.. répit:


Alors, ça, pour une promesse, c'était une promesse. Un vrai centre de vacances sur les bords du lac. Enfin! Et pour des personnes en difficulté. Génial! Et en plus, 200 emplois créés. Super! Tout cela pour l'horizon 2014, 2015 au plus tard. Ah, mais on croyait rêver..!

Vous y aviez cru, n'est-ce pas? Eh bien vous vous êtes encore fait avoir.
C'était du vent. De la poudre de Perlimpin aux yeux.
L'horizon 2015 est loin derrière nous et il n'y a jamais eu de centre de vacances, ni pour les handicapés ni pour personne. Et pas un seul emploi créé non plus.
Dord avait certainement repris à son compte la définition humoristique de l'horizon: c'est une ligne qui ne cesse de reculer à mesure qu'on avance.

Un dernière pour aujourd'hui? Allez, on vous la fait à quatre millions. Non, à un million. Non, on vous la laisse à un euro.

C'était en 2010. C'était il y a dix ans. C'était hier pour certains. C'était il y a un siècle pour les magiciens Dord/Beretti. Ce jour-là ils se penchaient et s'épanchaient sur le devenir des Thermes Chevalley, ceux qui reçoivent des curistes et qui appartenaient encore à l'Etat. Et le dauphiné, serviable comme jamais, rapportait ainsi leurs propos:


On résiste pas au plaisir d'insister sur ce passage en conclusion de l'article:

Oui, vous avez bien lu. Le tandem promettait de faire une offre entre 1 et 4 millions d'euros pour racheter à l'État les Thermes Chevalley, leurs bâtiments, leurs sources, leur blanchisserie, leurs parkings couverts ou aériens, leur clientèle, leur savoir faire. Quatre millions, vous avez bien lu, on ne l'invente pas. Comme on n'invente pas que c'est en proposant seulement trois millions d'euros que la société Valvital a décroché la timbale et qu'elle est devenue propriétaire de ces Thermes Chevalley aujourd'hui florissants.
Avec seulement trois millions!!! Comment est-ce possible?
Bah tout simplement parce que le jour de la vente par l'Etat, Dord et Beretti n'ont proposé... On hésite à le dire, vous n'allez pas nous croire. Ils n'ont proposé... On vous jure que c'est vrai. Il n'ont proposé qu'un seul petit euro. Véridique. Un euro! Sans doute par souci d'économie...
Trois millions d'euros, c'était presque ce que la Ville dépensait en deux ans en communication et festivités. Pour le tandem Dord/Beretti il y avait donc d'autres priorités que le thermalisme.

Quand on sait tout cela et quand on pense qu'il y a des gens qui hésitent encore à voter pour l'intéri-maire sortant, on se dit qu'il devrait y avoir un permis de voter comme il y a un permis de conduire, avec menace de suspension en cas de conduite électorale dangereuse pour les autres.

Allez, dans une prochaine mise en ligne on verra que les successeurs de Dord n'ont aucune raison de douter de la crédulité bienveillance des électeurs locaux.






Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter