Écoquartiers, entre utopie et incompétence...

Errare humanum est, perseverare diabolicum.

Que Bouygues va-t-il nous faire dans les anciens thermes ?
Nos élus en campagne se projettent déjà en 2025-2028, avec un nouvel hôpital à Grésy.
Avant de parler de 2028, c’est demain que Bouygues va attaquer le chantier de la fumisterie dordienne des anciens thermes. Nos élus savent-ils ce qui va nous être imposé par celui-ci dans les 50 000 mètres carrés disponibles dont il est le propriétaire ? Ça, c’est du concret et pas de l’utopie de politocards à l'horizon 2028!
Les duettistes Beretti, Ferrari, veulent un ‘’écoquartier’’ à la place de l’hôpital. Écoquartier, un mot à la mode et électoralement payant, mais ces gens savent-ils en quoi ça consiste ? Marina, dans une interview n’hésite pas à se référer à la caserne de Bonne à Grenoble. De toute évidence, elle ne sait pas de quoi elle parle.
Le problème, pour tous ces candidats qui n’ont aucun métier, est que pour gagner leur vie, ils faut qu’ils touchent leurs indemnités d’élus ! Et pour être élu, il faut raconter n’importe quoi, alors tout est bon ! Et ce sont les pires conneries qui ont le plus de chances d’être crues par la piétaille conditionnée.
Les événements donnent de si cruels démentis à nos élus qu’ils subissent le sort des oracles, on ne croit plus en eux !

On a cherché à savoir comment vivait l’écoquartier de Bonne à Grenoble !
Nul doute que nos candidats n’ont pas fait les efforts, ils se contentent de suivre la pensée dominante!
En 2005, la mairie de Grenoble lance la ZAC de Bonne. 25 immeubles, galerie commerciale de 50 boutiques, ‘’haute qualité environnementale’’. En 2008 les premiers habitants s’installent. En 2009, la ZAC obtient le Grand Prix National au palmarès des écoquartiers. (A noter que ce sont les élus et les ‘’hauts’’ fonctionnaires à l’origine de l’opération qui ont décerné le prix !) Les édiles ne cachent pas leur fierté. Le premier écoquartier de France est ‘’exemplaire’’.
En 2011, les mauvaises nouvelles commencent à s’accumuler. Les performances énergétiques sont décevantes. (Le chauffage, de 5 à 70% de plus que prévu ! Taux d’humidité élevé dans les logements d’où champignons et asthme.). Les habitants se plaignent de dysfonctionnement. Les commerces ferment leurs portes. Tout parait figé, ‘’sans âme’’ disent les habitants.
La vie sociale du quartier est inexistante. Seules les grosses enseignes franchisées impersonnelles restent. Pas d’artisans, tabac-presse ou marché. Rien n’a été pensé en terme d’habitabilité, garages à vélos trop petits, tri des déchets abandonné car peu pratique.
Ce sont les associations d’habitants des quartiers voisins qui jubilent ! Leurs quartiers avec leurs petits commerçants revivent. Ils analysent la situation : ‘’Les habitants de la ZAC pensaient que tout serait parfait. Mais ils se retrouvent avec des problèmes personnels qu’ils n’avaient pas avant.’’ 

Comme d’habitude les bailleurs, les aménageurs et les politiciens s’auto-félicitent !
C’est génial ! Une façade végétalisée sur le balcon. Des interrupteurs coupeurs de veille. Un lino écologique en marmoléum, un nouveau système de ventilation, un nouveau système de chauffage, etc…
Ils ne cachent pas leur enthousiasme. ‘’C’est une chance d’habiter dans un bâtiment aussi innovant, qui protège la planète .’’ (Qui nous protégera du suivisme béat des élus ?)
Ces nouveaux quartiers ‘’verts’’ et ‘’écolos’’ s’affichent comme la nouvelle mode urbaine du moment.
Des ‘’ingénieurs’’ en génie civil et urbanisme soutiennent des thèses en sciences humaines sur ce thème. Pour eux cette mode n’est pas seulement technique, elle est avant tout ‘’sociale’’ ! C’est une toute nouvelle façon d’habiter qui est imaginée dans ces nouveaux quartiers.
A noter que les thèseux, les fumistes de la communication et nos élus habitent plutôt dans des résidences de type dordiennes de 350m2 avec piscine dans des zones protégées de tous les emmerdements.

Et si on écoutait, madame Lucette et monsieur Marcel, simples locataires ?
Elle regrette son ancien logement dans son ancien quartier où elle pouvait, malgré l’état de ses jambes, encore aller acheter son pain chez un vrai boulanger et discuter avec ses voisines.

A noter que les citations des habitants sont authentiques.
.  ‘’C’est chouette le lierre, mais il pousse de partout ! Il m’envahit. Mais bon, il parait que c’est un mur végétal et que c’est très beau. Mais en attendant, il y a plein d’araignées, plein de bestioles. Ça fait franchement crade. Et toutes les petites bêtes qui vont avec.  Donc moi, je mets du produit spécial, parce que franchement les araignées sur le balcon, super, quoi, c’est un peu flippant.’’
Et lorsque madame Lucette découvre une limace en train de faire la sieste dans sa cuisine, la riposte monte : ‘’Je détourne aussitôt le système d’arrosage pour faire mourir le plus rapidement possible les plantations qui me gênent.’’
Quant au lino écologique, le responsable de la résidence est clair : ‘’C’est une innovation écologique autonettoyante, sans PVC, composé d’huile de lin et de farine de bois, donc à entretenir avec très peu d’eau et aucun produits ménagers.’’. Mais madame Lucette, comme ses voisins, ne s’y résout pas, malgré une odeur de colle désagréable lors des lavages même à grande eau! ‘’Ils nous disent qu’il faut nettoyer à l’eau claire ! Mais à n’utiliser que de l’eau, c’est dégueulasse ! Moi, je suis désolée, je lave pas à la Javel pour pas abîmer, mais je mets du produit. Le gars me dit : ‘’Faut nettoyer à sec’’ ! Je lui ai dit :‘’ pardon’’ ? Il me dit ‘’Juste un coup de balai !’’ Je lui dis : ‘’Au bout de deux ans, c’est dégoûtant, non mais, vous rigolez.’’ Moi je lave comme je lavais avant ! ‘’ Pour contourner l’odeur de colle, madame Lucette et ses voisines ont acheté jusqu’à cinq produits ménagers différents, avant de se résoudre à brancher un diffuseur de parfum . ‘’L’essentiel, c’est que ça sente bon, que ça sente le propre lorsque je fais le ménage.’’
. Une autre petite merveille ! L’interrupteur coupeur de veille ! L’objectif est d’utiliser cet interrupteur pour couper tous les appareils branchés. (Tv, hi-fi, décodeur, etc…) Geste tout simple ‘’pour sauver la planète’’ ! Monsieur Marcel se dit je vais me servir de l’interrupteur de veille pour faciliter l’éclairage d’une lampe d’appoint pour économiser. ‘’L’interrupteur,  ça éteint la lampe depuis ici, pas la peine de se baisser. Parce que si on fait comme ils disent, et qu’on met la télévision et toutes les box, ça éteint tout : le téléphone, internet, la free box, c’est l’horreur. Dès que t’as des invités, ils veulent allumer la lumière et en fait ils éteignent le téléphone : t’imagine la galère, quoi ?’’
Monsieur Marcel ne doit pas être bien adapté aux nouveaux bâtiments verts et ses merveilles technologiques.
De toute évidence ‘’l’homme durable’’ n’est pas encore pour demain ! Et c’est heureux ! Par contre il est grand temps de se séparer de nos politiciens ‘’durables’’ en place depuis bien trop longtemps.

Pour ces crânes d’œufs ce serait l’habitant qui pose problème !
Madame Lucette et monsieur Marcel semblent un peu décalés, à moins que ce ne soit précisément l’inverse ? A moins, aussi, que l’habitat ne soit pas adapté aux habitants.
Voilà en réalité le débat de fond occulté dans les écoquartiers ! Les décideurs noyés dans des utopies, imbus d’eux mêmes, persuadés d’avoir la science infuse n’ont aucun bon sens et ne connaissent rien aux citoyens ! Et si les vrais incultes, comme le pensent les pseudo élites, n’étaient pas madame Lucette et monsieur Marcel, mais ceux qui ont fait Science Po ou autre fumisterie.
Face au mécontentement, la réaction des élus et des adjoints à l’action sociale et familiale osent pérorer .

Mais c’est pas d’la faute de nos élus et de nos penseurs d’opérette ! Non ! Et ils se défendent !
‘’On a essayé de construire autrement. On est dans le droit commun !’’ ‘’On’’ est un peu con?
‘’Nous n’allions pas reproduire un centre-ville. C’est aux habitants de s’intégrer !’’ Et s’ils ne le veulent pas ou ne peuvent pas ? On fait quoi ? On les envoie au goulag ?
‘’Les habitants de la ZAC pensaient que tout serait parfait. En fait ils n’ont que des problèmes personnels. Les gens doivent se greffer dans ce quartier.’’ Chez eux, la greffe du cerveau n’a pas pris !
Ils ont les solutions (C'est déjà un peu reconnaître qu'ils se sont plantés!) : ‘’faire des ludothèques, des centres de vie, une maison des habitants, un centre de ressources sur le bénévolat.’’ Et pourquoi pas une maison pour enfermer les politicards débiles ?
Au secours ! Ils sont devenus fous.

Lorsque l’on voit ce qu’ont fait nos élus à Aix, on craint le pire.
L’Allée promenade. Un désert ! Un alignement de containers inaugurés en grande pompe par un maire faisant semblant de faire du vélo devant les objectifs des photographes du daubé !
La ligne Maginot du boulevard Wilson à la place des parkings de la gare.
Le bétonnage hideux de l’avenue du Petit Port depuis le MacDo jusqu’au port.
Ce ne sont que quelques exemples. Et les mêmes incapables veulent faire un écoquartier…
Désolé, mais à ces élus professionnels on préfère notre boulanger, notre boucher et notre plombier !
Discutez avec ces artisans, ils ne vous parleront pas d’écoquartiers. Pourquoi ? Parce qu’eux, ils ont un vrai métier. Ils n’ont pas besoin d’être élus pour gagner leur vie. Par contre ils vous parleront de l’URSSAF, CANCRAS et CARBALAS ! Ces avalanches de taxes qui servent à payer les nombreux fonctionnaires qui les surveillent et les contrôlent et les élus bien trop nombreux aux monstrueuses indemnités !

Aix-les-bains est cette ville merveilleuse où ceux qui ont échoué passent leur temps à claironner qu’ils vont faire des miracles. Ils oublient un détail, leur échec est déjà acté ! Ce qui, malheureusement ne les empêchera pas d’être réélus.

BF

 

 



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter