Elections. Dans la presse locale : un tsunami de conneries !

Quand l’Essor fait pire que le daubé.


Quand un tsunami de conneries pulvérise les folliculaires locaux.
Municipales 2014, le daubé a osé titrer: ‘’Dominique Dord plébiscité.’’.
Définition plébiscite : désigne une élection à une forte majorité.
Dord , 30% des inscrits ! Moins d’un Aixois sur trois donnerait donc une ‘’forte majorité’’.

Municipales 2020 ! Mention  spéciale à l’Essor qui , pour une fois, l’emporte avec une longueur d’avance sur le daubé !
C’est pourtant très dur de faire mieux qu’eux, mais là, ils ont fait très fort !

Tel les Dupont et Dupond, deux folliculaires totalement essorés de tous leurs synapses ont fait tomber toutes les barrières.
On espère qu’ils ne sont que stagiaires, ce qui pourrait nous amener à leur trouver quelques excuses. (Que nous n’avons pas pour les chefs sensés les contrôler, si tel est le cas.)

Nos deux amis ont fait très fort ! Ils s’y sont mis à deux, le soir de l’élection municipale,  pour nous pondre un article qui restera dans les mémoires.
George-Bernard Show nous donne une parfaite définition de la presse : ‘’Journal : une institution incapable de faire la différence entre un accident de bicyclette et l’effondrement de la civilisation.’’

Rappel : dimanche 15 mars à vingt heures trente, l’Essor titre :
A propos de l’élection de notre fonctionnaire employé Beretti :

‘’Un tsunami ! Renaud Beretti pulvérise la concurrence !’’
Ces folliculaire savent-ils ce que signifient les mots tsunami et pulvériser ?
Tsunami : ‘’Onde provoquant d’énormes vagues.’’ A part lorsque Renaud plonge dans la piscine de Dord avec d’autres requins de la politique locale, on ne voit pas bien l’énorme vague !
Pulvériser : ‘’Réduire en miette.’’ Désolé, mais les ‘’miettes’’, bien que déçues se portent plutôt bien. Ils vont continuer d’occuper le terrain de la fausse opposition. Ils vont même se porter plutôt mieux que les Aixois à la fin du mandat de leur employé Beretti. Les miettes se sont émiettées toutes seules en espérant arriver au graal ! Ayant été plus ou moins complices du système, tant pis pour eux.

Rappel à nos stagiaires de l’Essor.
Peut-on appeler tsunami le fait de faire 20% des inscrits à une élection après que des élus aient mis en place tout un système de cooptation qui dure depuis 48 ans en Savoie ? N’importe qui aurait été élu et réélu .
Ainsi est fait notre système qui est à la démocratie ce que Christine Angot et Marcela Lacub sont à l’amour courtois.

Tout ceci n’est pas sérieux et pue la fin de règne.
Flaubert : ‘’Les honneurs déshonorent ; le titre dégrade ; la fonction abrutit.’’.
De Gaulle n’a-t-il pas dit la même chose, en d’autres termes, à propos de ses successeurs : ‘’Place aux profiteurs d’abandon et aux débrouillards de la décadence.’’.

Et si on bousculait un peu les choses ?
Entre les 4 627 voix pour Beretti et les 18 039 voix de ceux qui sont écœurés par le système ou ne veulent pas de lui, où est le tsunami ?
Depuis trop longtemps les électeurs donnent des perchoirs à des perroquets et ceux-ci aujourd’hui se prennent pour des aigles .
Pourquoi, à la vue des résultats locaux a-t-on cette désagréable impression que Dord est toujours aux commandes et que beaucoup d’élus ne sont là que par la grâce de cet ectoplasme qui ne fait plus de politique ?

R. Beretti parle à la télé locale dimanche soir. D. Dord et JC Loiseau ne sont pas loin.
Un futur maire sous surveillance?

Alors que nos politocards tergiversent encore sur les municipales, pourquoi ne pas leur imposer : 
. On annule tout et on fait des élections à la proportionnelle à un tour ! 5 ans non renouvelables et sans cumule possible ! Etat des lieux à l’arrivée et à la fin du mandat de la fortune personnelle et de l’action de l’élu  par un tribunal composé de citoyens électeurs.
Chiche, Beretti, on essaie? Ça aurait une toute autre gueule que votre élection.

Allons même plus loin ! Si on remettait l’église au milieu du village ! (Ceci est vrai pour tous les élus.)
Le maire n’est que l’employé des citoyens de la ville ! Il est même grassement rétribué pour ça .Il faudra bien qu’un jour il se mette ça dans le crâne ! 
Pourquoi les 18 039 citoyens, qui ne veulent pas de lui et qui l'ont dit clairement, sont-ils obligés de lui payer ses indemnités et tous les avantages qui vont avec ? Accordons pour une fois aux électeurs ou aux abstentionnistes un peu d'intelligence. S’ils n’ont pas voté pour lui, c’est qu'ils avaient suivi sa carrière et qu’ils ne le jugeaient pas capable d’assumer sa charge. Pourquoi iraient-ils payer ce salarié ? Celui-ci, en tant qu’employé, ne doit-il pas n'être rétribué que par ses employeurs, c'est-à-dire les 4 627 citoyens qui l’ont embauché ! 

BF

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter