Saint Beretti a veillé sur nous, ça vaut bien une augmentation.

La mise en scène municipale continue grâce à la presse locale.


Plus rien ne sera comme avant, qu’ils disent !
‘’Le pouvoir du journaliste ne se fonde pas sur le droit de poser une question , mais sur le droit d’exiger une réponse,’’  Milan Kundera . Encore faudrait-il que les ‘’journalistes’’ ne soient pas subventionnés.
Quant à Beretti et ses adjoints, ils n’ont toujours pas compris qu’ils ne sont que nos employés et qu’ils doivent nous rendre des comptes .

  

On l’a retrouvé et il confie son ressenti et ses projets. L’amie du petit déjeuner du daubé nous en donne les grandes lignes, sans poser la moindre question .
Le problème reste entier : la gestion catastrophique du Covid-19 prouve qu’avant de parler de l’avenir et de repeindre le pays en vert, rouge ou bleu, l’urgence est de laver ce pays de sa crasse administrative qui nous rappelle la défaite de 1940 ! 
Beretti dans ses œuvres, et le daubé lui sert de porte parole .
.  ‘’J’ai retrouvé le sens premier du devoir de maire, à savoir protéger les administrés.’’.  Les élus protègent surtout leurs nombreux avantages. Mais non, nous n’avons pas besoin d’une nounou, assez d’infantilisation! L’hygiénisme n’est qu’une mode qui sert à endormir le couillon ! Le président des LR Savoyards le sait bien !  C’est une fausse sécurité qui permet de cacher que nos élus sont incapables d’assurer les règles régaliennes de l’Etat.
.  ‘’La crise a impacté nos finances, mais je l’assume.’’ En s’augmentant et en augmentant ses adjoints ! Comme d’habitude, il est facile d’assumer avec l’argent du contribuable. Il a listé les pertes financières, mais pourquoi n’annonce-t-il pas la listes des recettes qu’il va bien falloir trouver pour combler le trou ? Sachant que la ville a bradé notre patrimoine, les élections étant passées, de combien les taxes vont-elles augmenter ? L’argent dont parle Beretti n’est que l’argent des contribuables.
.  Beretti se vante de l’efficacité de ‘’l’atelier masques’’. Mais ce n’est que la preuve de l’inefficacité de nos politiciens qui avaient abandonné l’hôpital et la santé des citoyens.
Le maire s’est augmenté, mais les bénévoles qui ont fabriqué les masques ont-elles eu quelque chose ? On note que les bénévoles jettent l’éponge ! L’administration folle a repris les commandes et a pondu de telles normes et les risques de non-conformité sont tels que ceux-ci abandonnent. Sans compter que pour faire tester son modèle il en coûte 1150€ ! Pour un qui travaille 10 le contrôlent, le système soviétique a vite repris le dessus sur le système inventif de la débrouille ! Celui-ci a pourtant été le seul à fonctionner.  
‘’Nous avons versé comme prévu la subvention au festival Musilac de 200 000€, malgré l’annulation. Le prix à payer pour le sauver !’’ Un festival est annulé et on paie une subvention pour sauver celui-ci? Il s’agit d’une entreprise privée qui a deux patrons et tout au plus un ou deux employés ! Lorsqu’ils gagnent de l’argent ils n’en font pas profiter les Aixois. Pourquoi ‘’l’opposition’’ n’a-t-elle pas hurlé à une telle décision ?  Il y a un gros problème. Beretti doit s’expliquer : lorsque Musilac gagne de l’argent, c’est pour lui, lorsque il en perd ou qu’il a un manque à gagner, c’est le contribuable qui le renfloue !
La réponse à la crise financière, la priorité : ‘’Les bandes cyclables sont en train d’être refaites.’’ .
On est donc bien toujours dans l’ancien monde ou un maire mal élu (20,41%, soit un électeur sur cinq !) peut s’attribuer ainsi qu’à ses adjoints, une augmentation substantielle en plein marasme économique de la ville qu’il est sensé administrer au mieux des intérêts des citoyens.

Un politicien ne doit jamais gaspiller une bonne crise !
C’est l’un des adages d’une vie politique réussie. Pour les élus fonctionnaires étatistes accrochés à leurs intérêts, qui ne sont pas ceux des citoyens, rien ne vaut ces moments de stress et d’angoisse où les repères sont chamboulés pour renforcer l’idée qu’il est indispensable que l’Etat s’occupe de tout et étende son domaine à des secteurs qui échappaient à son emprise .
Un exemple symbolique : pour le cinquième anniversaire de la fusillade de Charlie Hebdo, un ministre de la culture trouve un prétexte idéal pour lancer la création d’une ‘’Maison du dessin de presse et du dessin satirique’’ afin de protéger ces derniers de toutes les censures qui les menacent. Il est extraordinaire de créer une structure qui met sous cloche et sous subventions étatiques un secteur irrévérencieux qui n’a de sens que s’il est libre de toute attache.

Une république moribonde et des malfaisants.
Richard Ferrand, socialiste défroqué et premier apôtre de la macronie est président de l’Assemblée Nationale. Il est également le président et le rapporteur général de la mission d’information sur l’épidémie du coronavirus.
Cette mission a demandé les pouvoirs d’une commission d’enquête pour une durée de six mois.
Autrement dit , il est ‘’en même temps’’ le président et le rapporteur général de la mission d’information sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie de Covid-19. Mission qui pourrait avoir les pouvoirs d’une ‘’commission d’enquête’’.
En clair, c’est le président de l’Assemblée Nationale, grand pote à Macron qui va juger si le gouvernement a bien géré la crise !!!
Cerise sur le gâteau républicain, nous sommes en face d’une situation inédite pour cette fonction, sachant que celui qui l’occupe a été mis en examen l’année dernière. L’élu du Finistère était resté à son poste malgré les accusations de ‘’prise illégale d’intérêts’’ affirmant ‘’qu’un mis en examen n’est coupable de rien.’’

Augmentation du maire et des adjoints.
L’adjoint Thibaut Guigue est en charge, entre autres, du développement durable. C’est à lui que Beretti donne la parole pour présenter la délibération sur l’indemnité de fonction des élus.
Indemnités : le maire +17%, les adjoints +23%. C’est ce que l’on appelle du développement durable ! Il est à noter que le citoyen Guigue s’est fait connaître en fustigeant le système Dord et en menaçant celui-ci, lui promettant d’être ‘’son pire cauchemar’’ car , parait-il, des choses bizarres se passaient dans notre ville. Mais il s’est contenté de trahir celui qui lui avait mis le pied à l’étrier pour pouvoir faire une petite carrière au sein de la ville et de Grand Lac. Que ne ferait-on pas pour un petit plaçou d’élu fonctionnaire.
Beretti. Pour juger la remarque légitime d’un opposant sur son augmentation, il ne trouve qu’à dire : ‘’Nous ne sommes pas aux purges de Moscou !’’ On retrouve le même système de défense pour le choix bidon du projet d’architecte des anciens thermes où il avait répondu à un citoyen qui lui faisait remarquer que c’était tout sauf une vraie consultation : ‘’Vous, vous votez Front National !’’ Arguments ridicules de ceux qui n’en ont pas ! 

Nos élus s’augmentent, d’autres s’occupent du sort des citoyens.
Le monde d’après, sera sans aucun doute pire que le monde d’avant ! Avec les mêmes hommes qui ont failli et qui ont peur pour leurs privilèges. Nul doute que pour se protéger les lois liberticides vont se succéder à une vitesse grand V.
Beretti, roi de la surveillance, sous prétexte de lutter contre les séditieux,  va se régaler.

Muriel Pénicaud, ministre du travail, le 31 mai 2020. ‘’Il y a des alternatives aux licenciements. J’appelle les entreprises en difficulté à négocier des accords de performance collective, créés par les ordonnances travail.’’
En clair : les ‘’ordonnances de 2017’’ permettent de réduire les salaires.

BF

 

Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter