Abscons... comme la lune

Ou comment faire payer aux citoyens ce que la loi garantit comme libre et gratuit


T
out fout le camp dans ce pays. C'est la loi du plus fort qui y règne. Un exemple...

Une loi de décembre 2006 a reconnu que les propriétaires riverains du lac du Bourget étaient "obligés" de laisser gratuitement et en permanence à la libre disposition du public une bande de terrain de 3,25 mètres de large en bordure du rivage.
Le préfet de la Savoie l'a confirmé en août dernier à l'association Duralaix et l'a rappelé au maire d'Aix-les-Bains (et à la CALB) en leur laissant un délai raisonnable pour se mettre en conformité avec la loi.


Ce vendredi 19 juin un représentant de l'association a voulu se rendre librement et gratuitement sur la bande de 3,25 mètres qui se trouve au droit du Restaurant de la Plage. Un vigile musclé (payé par la mairie) l'en a empêché en prétextant que si ce citoyen voulait accéder au bord du lac il lui fallait d'abord payer quatre euros. Naturellement ce vigile ne faisait qu'appliquer ce que son "chef" lui avait dit. Par un curieux hasard ledit chef a alors fait son apparition. Il a confirmé que si le citoyen voulait accéder au bord du lac, il devait payer. Et le libre accès gratuit à la bande littorale prévu par la loi? a demandé le citoyen? La réponse du chef vaut son pesant de bê(ré)tise et on vous la livre telle quelle: L'accès en est interdit car il y a un risque de danger! Véridique.

Ainsi, selon la mairie (ou la CALB) il serait dangereux d'emprunter le chemin lacustre sauf... Sauf si on paie quatre euros!
Plus abscons comme raisonnement, c'est difficile de faire pire.
Et il paraît, selon le "chef", que le préfet aurait approuvé cette embrouille, juste pour que la mairie puisse encore racketter quelques euros jusqu'en septembre!

Un préfet qui se ficherait de la loi? On n'a pas voulu y croire!

Un dernier détail: lors de cette discussion entre le représentant de l'association et le "chef" de la plage, trois policiers nationaux sont apparus. Par hasard. Ils n'ont pas eu l'air de trouver bizarre que la loi ne fut pas respectée à Aix-les-Bains comme elle l'est partout ailleurs. Ils étaient totalement d'accord avec le "chef" de plage.
C'est étrange ce laxisme vis à vis du non-respect de la loi. Surtout de la part de fonctionnaires qui, lors du confinement et au nom de la loi, n'ont pas hésité, à Aix-les-Bains, à verbaliser à tour de bras les pseudos contrevenants, y compris une retraitée qui avait daté son "attestation" à l'aide d'un crayon à papier.
C'est avec des attitudes comme ça qu'on rencontre un jour dans des manifs des gens qui prétendent en brandissant une pancarte que "Personne n'aime la Police".

Suggestion: et si cette police se mettait parfois du côté des "petites gens" révoltés par l'attitude méprisante de ceux qui trustent le pouvoir..?





Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter