Musilac, encore une subvention scandaleuse de nos élus !

Malgré les rapports désastreux de la chambre régionale des comptes .


Les moutons Aixois prêts pour une énième tonte.
En désespoir de cause, faute d’une forte désapprobation des moutons prêts pour une énième tonte, de cette main mise d’une petite équipe sur notre ville qui a démontré à maintes reprises son incapacité flagrante, ses mensonges, son entre-soi, mais qui continue à être omniprésente pour tout et omnisciente en rien.
On se contentera de dénoncer, une fois de plus ! Une nouvelle page s’ouvre sous nos yeux pas du tout ébahis ! Comme prévu, le prédécesseur étant parti, le remplaçant désigné est exactement à la hauteur de ce que l’on pouvait prévoir.
Le successeur est l’exemple type de l’exécutant, le bureaucrate de l’ombre, qui d’un seul coup veut prendre la lumière que Dord lui prenait et cherchait toujours avec gourmandise.
Ce successeur nous indique clairement que l’on poursuit avec application la tendance nationale de puiser toujours dans le même vivier d’approximatifs coûteux des individus dont le formatage intellectuel  et centralisateur est total. Le but inavouable, mais très clair, de notre élu est de conserver par tous les moyens la mainmise de son administration sur la ville ! L’occupant veut continuer à toucher ses rentes. Les privilèges et les petites habitudes ne seront pas modifiés et les élus se voteront de juteuses augmentations !
Les sondages qui s’empilent montrent que l’amour de l’interventionnisme des élus et l’accroissement de leurs prérogatives ne gênent pas les veaux ! L’inculture étant distillée dès le plus jeune âge aucune connexion n’est faite entre l’appauvrissement global, l’idéologie destructive et l’augmentation des ponctions toujours plus grandes pour un résultat toujours plus médiocre ! Si la situation se détériore, les citoyens arrivent à penser que c’est par ce qu’il n’y a pas assez d’Etat, d’Europe ou de mondialisation ! Le pied pour eux.
Dans un tel système, les impôts, prélèvements, taxes, interdictions, obligations, contraintes, formulaires continueront de s’abattre. 
Les citoyens auront-ils conscience un jour de la nullité des services qu’ils paient pourtant fort cher.
Les moutons : aux municipales, les électeurs ont bien souvent privilégié les maires sortants… (avec des scores ridicules !) même quand ceux-ci n’avaient pas brillé. Ainsi près de 80% des maires dont la gestion avait été épinglée par la Chambre Régionale des Comptes ont été réélus ! A Sanary-sur-Mer (Var) le sortant a même été reconduit malgré un procès pour détournement de fonds publics.

Étonnante subvention à Musilac .
 
On est bien en présence d’une SARL. C’est une société commerciale privée dirigée par deux gérants .
Parmi les employés (il y en a 2) on a noté une Léa Perrier . (De la Famille ??)
A noter que ‘’le Conseil général à cessé de subventionner Musilac en 2014, présenté comme une opération commerciale, plus que culturelle, qui doit se financer via des partenaires privés.’’.
Les citoyens Aixois n’ayant aucune raison de financer l’entreprise familiale Musilac, nous suggérons que, si les élus ont un intérêt quelconque dans cette affaire, qu’ils paient de leurs deniers la petite famille Musilac .

Les questions que le Daubé auraient dû poser suite à l’article ‘’DEBAT’’.
.  200 000 €, pour ne rien faire ! C’est plus que le bénéfice de Musilac 2018 pour assurer le spectacle. On a l’impression d’être comme chez nos élus hauts-fonctionnaires : moins tu en fais, plus tu gagnes un pognon de dingue ! Beretti avec ses 10 000€ mensuel a-t-il encore idée de la valeur des choses et des revenus des Aixois ? Pourquoi cette subvention sortie d’un chapeau sans aucun échange avec les élus et les citoyens ? C’est avec ce genre de situation que l’on alimente dans ce pays l’idée du ‘’tous pourris’’ .
.  Beretti : ‘’C’est à se demander si certains d’entre nous ne voudraient pas le départ de Musilac.’’ . Pourquoi n’avoir jamais posé la question aux Aixois ? Pourquoi n’avoir jamais présenté un bilan financier de cette opération aux citoyens ? Si c’était aussi bon que ça, les Dord-Beretti n’auraient pas manqué de le publier. Que Beretti demande leur avis aux Aixois, ce serait la moindre des choses.
.  Beretti : ‘’Le festival aurait coulé sans cette aide .’’ Le festival, ou la société Musilac ? Pourquoi l’argent des contribuables irait-il boucher les trous d’une entreprise privée ? A noter que le plus grand festival de France, ‘’les vieilles charrues’’ n’est pas subventionné et fait 200 000 entrées ! (Moins chères !)
.  L’ineffable Frugier qui est à la saine gestion ce que Guigue est à la fidélité en politique explique :
 ‘’Cette somme ne servira pas à payer les groupes mais les frais fixes de Musilac.’’ Extraordinaire, les citoyens doivent payer les frais fixes d’une entreprise privée alors qu’elle ne leur fournit strictement rien ! Frugier, comme tout le monde a personnellement des frais fixes, doit-on pour autant les payer ?
‘’Il y a de nombreux intermittents qui en dépendent.’’ Sacré Frugier ! Par définition un intermittent travaille par intermittence et lorsqu’il ne travaille pas, il n’est pas payé mais pris en charge par un système de chômage particulier. (A noter que le chômage des intermittents nous coûte plus d’un milliard d’euros par an pour une cotisation de 232 millions ! Le contribuable paie donc en grande partie leur chômage et Frugier lui applique la double peine en subventionnant !)
Que l’on donne 200 000€ pour ne rien faire de choque pas nos élus de la majorité.

Musilac. Rapports de la CRC pour l’OT 2018 et pour Aix-les-bains 2016 .
Pourquoi ces rapports ne figurent-ils pas sur le site internet de la ville ?

A noter que Guigue doit bien connaître les anomalies du système local puisqu’il avait même quitté la salle du conseil municipal en 2010 au moment où Frugier évoquait les subventions de la ville à l’OT. Il ne trouvait pas la trace d’une somme de 1 500 000€ dans les comptes de l’OT. Dix ans après, lui et Frugier ont-ils apporté une réponse ? Non !
Extraits trouvés dans ces rapports de la CRC :
.  ‘’La SARL Musilac est la principale bénéficiaire des subventions de l’OT ;’’
.  ‘’L’OT et la SARL Musilac ont conclu des conventions annuelles de subventionnement.’’.
.  ‘’Ces conventions prévoient le versement d’une subvention au titre de l’aide à l’organisation du festival ; mise en place du matériel nécessaire à l’aménagement du site, coordination des bénévoles, mise à disposition de saisonniers pour le montage et démontage des installations.  En contrepartie, la SARL Musilac s’engage à octroyer un certain nombre d’invitations à l’office du tourisme.’’. Pourrait-on savoir à qui sont destinées ces invitations gratuites ?
.  ‘’Le soutien de l’OT au festival est important c’est la plus importante subvention versée à un organisme externe (plus de 65% du montant total des subventions !)
.  ‘’La subvention versée ne remplit pas les conditions de subventions dites ‘’complément de prix’’ en particulier l’aide doit permettre aux clients de payer un prix inférieur à celui du marché . ‘’C’est donc à tort que la subvention est assujettie à la TVA en cours.’’
.  ‘’Au titre de contrôle par l’OT, l’organisateur du festival doit établir un rapport relatif aux conditions d’exécution de la convention .’’. ‘’Musilac n’établit aucun rapport d’activité annuel dans les formes prescrites.’’. 
 
‘’L’OT doit exiger la production des rapports d’activité prévus par les conventions et s’assurer de la conformité de l’emploi des subventions .’’
‘’Chaque année l’OT et la SARL Musilac concluent une convention de partenariat, complétée par un cahier des charges qui mentionne les obligations d’organisation du festival. Ce document n’est pas tripartite et la commune d’Aix-les-Bains n’intervient pas directement dans l’organisation du festival. ‘’

En conclusion : que d’erreurs, d’incompétence et d’argent foutu en l’air ! Des explications sur cette subvention sont plus que nécessaires.

BF

 


Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter