Question à Beretti : que va-t-on trouver dans les 50 000 m2 des anciens thermes.

La question est : et si Bouygues gagnait plus en ne faisant rien qu’en faisant ?

Anciens thermes, la plaisanterie continue.
.  En 2012 Dord achète les anciens thermes en l’état ; 50 000 m2 de parties communes dont 30 000 m2 aménageables.
.  Un premier projet élaboré par Vinci est abandonné. Il comportait plus de 200 logements dans deux tours jumelles de 50 mètres de hauteur. A noter que Dord avait fait modifier le PLU pour passer de la hauteur actuelle des anciens thermes à 50 mètres de hauteur ! (A la grande joie des promoteurs.)
.  En 2016. Dord signe une promesse de vente des Anciens Thermes à Bouygues. Le 5 mai 2018, Dord annonce ‘’un projet historique’’.
.  Du 9 au 23 février 2019, Beretti lance une consultation sur 3 projets d’architectes. (Consultation bidonnée ! Impossibilité de refuser le projet. Impossibilité de contrôler les votes. )
.  Le hasard faisant bien les choses, le résultat de la ‘’consultation’’ est exactement le choix de Dord !
Depuis, plus de nouvelles ! A part un petit article de temps en temps, sur Peyrefitte qui a assigné la ville, ou début 2020 Beretti qui rachète à Bouygues une partie des anciens thermes… on vend et on rachète… (???). Sans oublier les déclarations récentes de Beretti qui se pose des questions sur la faisabilité du parking de 400 places! (8 ans après le rachat des anciens thermes, on se pose ce genre de question.)
La ville devait vider les lieux avant le 30 juin 2020 sous peine d’acquitter 3 millions d’euros à Bouygues. Compte tenu du retard de la ville, Bouygues aurait accepté un report de la date au 31 mars 2021. La sanction financière serait reportée d’autant !
Une question. Le confinement ayant duré deux mois, pourquoi Bouygues, avec ses avocats et ses monteurs d’affaires performants, reculerait-il la date de démarrage du chantier sans aucune contrepartie? On a du mal à y croire.

Enfin des nouvelles des anciens thermes dans la presse !
L’Essor du 3 septembre 2020 :
. Titre de l’article : ‘’Le retard du chantier met-il en danger le processus de vente ?’’ Bonne question qui nécessiterait des explications de la part de nos élus.
. Sous titre : ‘’Le retard du désamiantage décale le début du chantier immobilier prévu par Bouygues.’’ On repose la question, pourquoi Bouygues ferait cadeau de l’indemnité due pour le retard de démarrage imputable à la ville ? Soyons sérieux… Il y a certainement eu des tractations… 

Que nous apprend cet article ?
.  ‘’Cette opération à tiroirs n’en finit pas de susciter des questionnements et fantasmes.’’ . On en est là 8 ans après l’achat ! A part les logements dont on connait le nombre et la hauteur, pour les parkings et les 50 000 m2 c’est le silence absolu de nos élus ! 50 000 m2 de locaux qui vont venir se greffer à l’hyper centre, déjà inaccessible, vont impacter de façon phénoménale notre ville ! Comment des élus peuvent-ils cacher aux citoyens une telle transformation de leur ville !
50 000 m2 soit 30 000 m2 aménageables ! Ce qui représente la totalité des surfaces actuelles des petits commerces intra-muros Aixois !!! (Environ 350 commerces à 83 m2 en moyenne !) Les citoyens sont-ils conscients de ça ?
.  ‘’Bouygues reste soigneusement silencieux dans ce dossier.’’ . Ils ont acheté les anciens thermes, ils sont promoteurs, à partir du moment où ils respectent les réglementations, ils font ce qu’ils veulent ! Les élus n’ont cessé de dire qu’ils garderont un œil sur l’opération, qu’ils n’accepteraient pas n’importe quoi , c’est donc à eux de nous expliquer !
.  ‘’La plus grande partie des anciens thermes a été cédée par la ville au groupement Bouygues-SAS.’’  Le terme ‘’cédé’’ est particulièrement bien employé ! ‘’Cédé’’, définition du dictionnaire : ‘’abandonné, laissé à quelqu’un.’’.
‘’Au préalable, le désamiantage à la charge de la mairie.’’ Pourquoi ce cadeau puisque le vendeur ne doit à l’acquéreur que le diagnostic amiante ? Quant à nos élus ils n’ont qu’une vague idée du coût du désamiantage :
-          France-Bleu, le 4 mai 2018 : 500 000€ qui devrait plutôt avoisiner les 2,5 millions d’euros. (!!!)
-          Le Dauphiné, le 5 mai 2018 : 2,5 millions d’euros.
-          La Tribune Républicaine, le 6 novembre 2019 : ‘’L’ancien maire (Dord) précisait qu’une enveloppe maximale de ‘’15 millions’’ d’euros est dédiée au désamiantage du site.’’ (15 millions ?????? Erreur de frappe?)
-          En 2019, le nouvel accord mairie Bouygues parle de 5 millions d’euros pour le désamiantage.
-          Le Dauphiné, le 26 février 2020 : coût du désamiantage de l’aile sud, 700 000 euros.
-          La Savoie, le 27 février 2020 : désamiantage de l’aile sud, 750 000 euros.
-          France Bleu, le 27 février 2020 : désamiantage, 900 000 euros. (Sans préciser quelle partie.)
-          La SAS, le 28 mai 2020, lance la consultation pour le marché de travaux du désamiantage de la phase 2, autre que la piscine . (A noter que la mairie devait quitter les lieux le 30 juin 2020) Pourquoi est-ce la SAS qui consulte alors que c’est la mairie qui finance les travaux ?
-          A noter que Beretti, pour le budget investissement 2020 de la ville, n’a fait voter QUE 1,15 million d’euros pour le désamiantage ?
De toute 
évidence, nos élus ne maîtrisent pas la situation ! Ce qui ne surprendra que les benêts.
‘’En décalant la date du dernier déménagement des derniers occupants, certains élus se sont demandé si ce contretemps pourrait avoir raison de l’appétit du groupement.’’ La première adjointe : ‘’Le décalage de ce calendrier ne change rien pour le chantier de rénovation.’’  Affirmation confirmée par Beretti. A noter que ces affirmations de nos élus n’ont pas été assurées par Bouygues ! Compte tenu du manque de maîtrise de ce projet par nos élus et du fait que quelques mois avant le démarrage des travaux le projet est plus qu’obscure quant à l’occupation des 50 000 m2, sans parler des incertitudes pesant sur le parking, les Aixois devraient un peu se réveiller avant de se retrouver avec des factures colossales à payer ! Une seule chose est sûre dans cette affaire : Bouygues ne perdra pas d’argent !
.  ‘’Au début de l’année prochaine le démarrage du désamiantage sur l’autre partie se fera.’’ Autrement dit, en trois mois tout le reste sera désamianté ? On demande à voir…
.  Beretti affirme, mais on sait ce que valent les discours politiques : ‘’La vente suit son cours, c’est un cours compliqué, on verra ce qu’il adviendra avec la période économique qui s’ouvre à nous.’’ Il nous ouvre déjà son parapluie… Si ça foire, ce sera de la faute à pas de chance, mais pas de la leur !
Ce qui nous amène à poser cette question : qu’est-ce qui a poussé tous ces politiciens à lancer la ville et les Aixois dans un tel foutoir alors que l’on sait tous que ces grosses opérations se terminent toujours par un énorme fiasco et que les perdants sont toujours les contribuables.

Une question à Guigue, l’homme des situations difficiles.
Le 3 septembre 2020, pour finir de vider les lieux, il assure dans l’Essor Savoyard : ‘’On s’est laissé une marge de manœuvre, mais dans trois mois, c’est plié !’ On admire son optimisme. Mais il devait livrer tout le bazar au 30 juin 2020 et, le confinement ayant été de deux mois, il aurait dû être livré fin août 2020. On est bien certains que dans trois mois, ça ne sera pas plié! (A commencer par le désamiantage qui ne démarre qu’en début d’année.) L’homme n’a jamais été d’une grande fiabilité, ce ne sont pas les 1100 citoyens qui avaient voté pour lui et qu’il a laissé tomber pour avoir sa part du gâteau dordien qui diront le contraire !
Si, pour une raison ou pour une autre, Bouygues laissait tomber l’opération, Guigue a-t-il une marge de manœuvre financière pour réintégrer dans les anciens thermes tous les services qui ont été disséminés dans la ville ? Mais non, jeune homme, on blague… Quoique…

BF

 

 



Cet article vous a intéressé? Partagez-le sur Facebook ou Twitter